Aller au contenu principal
Font Size

«La Chine est l’un des facteurs majeurs»

Pour Jean-Marc Chaumet, agroéconomiste à l’Institut de l’Elevage et rédacteur en chef de Chine Abcis, lettre de veille agricole sur la Chine, l’Empire du milieu est l’un des éléments centraux de la crise laitière.

Jean-Marc Chaumet : «Ce qui s’est passé ces dernières années est caractéristique de ce qui va se passer dans les années à venir. Il ne faut pas s’attendre à une augmentation des importations en ligne droite».

Quel est le rôle de la Chine dans la crise que traversent actuellement les éleveurs laitiers français ?

La Chine est un des facteurs majeurs de la crise actuelle, notamment de la baisse des prix. Elle a commencé à limiter ses importations à partir du deuxième trimestre 2014, et les prix ont commencé à baisser à partir de ce moment. Rappelons que c’était l’année dernière le premier importateur mondial des produits laitiers.

 

Pourquoi cette baisse soudaine des importations de lait ?

Depuis février 2014, le secteur laitier chinois est en crise. La crise est apparue de la manière suivante : les ventes de produits laitiers avaient très fortement augmenté début 2013, vidant les stocks, augmentant les prix aux producteurs, et boostant ainsi la production intérieure et les importations. Quelques mois plus tard, les importations augmentent fortement, entre fin 2013 et début 2014. Mais c’est justement le moment où la consommation chinoise s’est rétractée. Les offres de lait local et d’importation étaient trop importantes et ont fait chuter les prix en Chine. La Chine importe depuis moins de lait, notamment depuis la France, où les prix aux producteurs baissent, comme partout ailleurs dans le monde.

Pourquoi cette soudaine baisse de consommation des Chinois ?

Tout d’abord, c’est un retour à une consommation plus raisonnable, après le bond énorme en 2013, que je ne m’explique toujours pas. Ensuite, la hausse des cours à la production s’est répercutée sur les cours à la consommation, et a freiné la demande. Il y a eu par ailleurs une volonté des autorités chinoises de limiter la corruption, qui n’a pas seulement touché les ventes de cognac et de vin, mais aussi les produits laitiers. Enfin, élément aggravant : en réaction à la baisse des ventes, les entreprises locales ont pris le parti de vendre moins de bas de gamme, et plus de haut de gamme. Elles se li-vrent par ailleurs, depuis la chute des cours, à une vraie guerre des prix, et ont mis en place des promotions. Aujourd’hui, presqu’aucun Chinois n’achète de produit laitier sans promo.

 

La baisse des importations touche-t-elle tous les produits ?

Il faut distinguer les poudres maigres et grasses, sur lesquelles les importations ont subi une baisse de 50% sur les 5 premiers mois de l’année (par rapport à 2014). En revanche, les produits à haute valeur ajoutée comme le lait liquide, et la poudre de lait infantile -produits emballés, prêts à consommer- sont toujours porteurs. Les importations ont même continué d’augmenter de 20% sur les 5 premiers mois de l’année.

 

Y-a-t-il eu un mirage chinois dans le secteur laitier européen ?

Ce n’est pas un mirage, mais il faut être prudent. En Chine, le lait ne fait pas partie du régime alimentaire traditionnel, comme le porc ou le riz. Il y a eu une très forte augmentation de la consommation et de la production locale dans les années 2000. Elles ont été multipliées par trois. La crise de la mélamine en 2008 a marqué un coup d’arrêt pour la production locale en laquelle les Chinois n’avaient plus confiance (6 morts et 300 000 nourrissons malades), et permis aux exportations d’augmenter. Après 2009, tout le monde pensait que les exportations allaient continuer d’augmenter sur ce rythme, mais il ne faut pas oublier qu’elles sont dues à un problème interne chinois.

Ce qui s’est passé ces dernières années est caractéristique de ce qui va se passer dans les années à venir. Il ne faut pas s’attendre à une augmentation des importations en ligne droite, il y aura des à-coups, ils dépendront de la production locale, de la réussite des efforts du gouvernement chinois pour redorer le blason d’une industrie laitière empêtrée dans les scandales à répétition, et des stratégies des importateurs. Par ailleurs, la consommation chinoise va continuer d’augmenter mais à un rythme moins fort. Les Chinois en boivent 30 litres par an, contre 100 litres pour la moyenne mondiale.

 

La presse chinoise fait état d’un projet chinois de ferme laitière de 100 000 vaches pour alimenter les marchés russes - l’alimentation des vaches proviendrait de Russie. Qu’est-ce que cela nous dit de la production chinoise ?

Depuis le début de l’embargo russe, la Chine essaie d’exporter en Russie. Cela est vrai en porc, en fruits et légumes, et dans ce cas, le lait. Il faut voir ce projet dans ce mouvement. Concernant la taille du projet, c’est dans la ligne droite de la politique agricole chinoise qui est de promouvoir les grandes exploitations laitières depuis la crise de la mélamine de 2008. Le gouvernement veut simplifier la chaîne, et éliminer les collecteurs et les petites fermes, qui étaient la source du problème selon lui. Il souhaite la création de grandes fermes modernes, conduites par des professionnels, et plus faciles à contrôler. Aujourd’hui 15% des vaches chinoises logent dans des fermes de plus de 1000 vaches, contre 2-3% en 2007.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Le secteur du Sancy a vu sa fréquentation touristique bondir cet été.
«Les touristes ont visité l'ensemble du Sancy »
Le Sancy a été plébiscité par les touristes étrangers et locaux durant l'été. Luc Stelly, directeur de l'Office du tourisme…
Déclaration de ruches - Campagne 2020
Chaque année, les apiculteurs sont invités à déclarer leurs colonies d'abeilles auprès de la DGAL du 1er septembre jusqu'au 31…
Rendez-vous jeudi 24 septembre dès 9 h 30 à l’INRAE de Laqueuille (Les Fumades), inscription au 04 73 65 92 69.
11ème édition de l’Herbe de nos Montagnes, jeudi 24 septembre à l’INRAE de Laqueuille
L’Herbe de nos Montagnes illustre la dynamique entre la recherche, le développement et les agriculteurs autour du thème de l’…
Thomas Pannetier et Stéphanie Seguin devant une rangée de tabac Brun. Variété rustique, le Brun demande peu d’eau. Il possède une haute teneur en nicotine. Son stockage et séchage sont simplifiés.
Le tabac aussi mise sur le haut de gamme
Malgré les bouleversements qui ont impacté la filière tabacole ces dernières années, les planteurs du Puy-de-Dôme et de l’Allier…
Apprentissage, alternance, aide à l’embauche : le gouvernement incite les entreprises à employer des jeunes.
Apprentissage et emploi : des aides à l’embauche
Présenté en juin par le gouvernement, le plan « 1 jeune 1 solution » entend favoriser l’emploi des jeunes par l’intermédiaire de…
De gauche à droite : Bertrand Bissuel, directeur du lycée, Alain Mercier, président de la Communauté de communes Dômes Sancy Artense , Brice Hortefeux et le sénateur Jean-Marc Boyer.
Des travaux au lycée de Rochefort-Montagne
Le lycée agricole de Rochefort-Montagne est engagé dans un plan de rénovation de ses bâtiments pour lequel la Région contribue à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole