Aller au contenu principal

La charte approuvée par la préfète, et après ?

Retour sur les conséquences de la Charte d’engagements départementale des utilisateurs agricoles de produits phytopharmaceutiques du Puy-de-Dôme validée par la Préfecture.

Les distances de sécurité sont à 5 m ou 10 m à proximité des habitations

Anne-Gaëlle Baudoin-Clerc a approuvé le 10 juillet la charte départementale d’engagement des utilisateurs agricoles de produits phytopharmaceutiques. Chaque agriculteur doit disposer d’un exemplaire.

Toutes les cultures concernées

En vigueur depuis le 1er janvier 2020, le décret d’encadrement de l’usage des produits phytos à proximité des habitations fixe des zones de non-traitement (ZNT). Depuis le 1er juillet, la règlementation ZNT est applicable sur toutes les cultures, le moratoire accordé par le Gouvernement pour l’application sur les cultures annuelles semées avant le 1er janvier 2020 ayant pris fin. Ces distances de sécurité sont établies à 5 m pour les cultures basses et 10 m pour les cultures hautes. La pression et le travail syndical ont ouvert la possibilité aux départements de se doter d’une Charte pour réduire ces distances. C’est désormais validé en Préfecture; les agriculteurs puydomois peuvent réduire les ZNT sous conditions.

Réduire les distances, oui mais pas sans contrepartie

Les zones de non-traitement peuvent donc être réduites à conditions d’utiliser des buses limitant la dérive à hauteur de 66%. Ces matériels sont référencés dans une publication au Bulletin officiel du ministère chargé de l’agriculture, régulièrement actualisée. Si la profession a su se mobiliser pour faire face à cette nouvelle réglementation et que les agriculteurs du département ont su la mettre en œuvre en ayant à l’esprit la volonté de rétablir le dialogue local, il faut désormais que riverains, élus locaux et agriculteurs s’inscrivent dans une démarche collaborative et volontaire pour cultiver durablement le "bien vivre ensemble ". C'est ce que doit permettre la charte riverains telle qu'elle a été bâtie et approuvée par la préfète du Puy-de-Dôme (disponible au téléchargement et sur simple demande).

Aide à l’investissement ZNT : premier arrivé premier servi !

Le Gouvernement a annoncé un plan de 30 M€ pour accompagner filières et agriculteurs dans l’investissement de matériels d’application de produits phytosa les plus performants ainsi que certains équipements alternatifs à l’utilisation de ces produits. L’appel à projets est géré par FranceAgrimer. La téléprocédure pour le dépôt des dossiers de demande d’aide est ouverte jusqu’au 31/12/2020 inclus, dans la limite des crédits disponibles. Les dossiers seront examinés et sélectionnés selon leur date d’arrivée.

Les matériels éligibles à l’investissement

Les buses permettant de réduire la dérive ; les équipements complets d’application de produits phytopharmaceutiques permettant de réduire la dérive de pulvérisation ; certains équipements de substitution à l’usage de produits phytos identifiés dans le référentiel agroéquipement MAA 2015 ; les matériels bénéficiant de la labellisation « Performance Pulvé» dès lors qu’ils auront obtenu une classe 1 à 4.

 

Montant de l’aide :

Le montant minimal des dépenses de la demande d’aide est fixé à 500 € ; le plafond de dépenses éligibles par demande est fixé à 40 000 € HT.

Le taux d’aide est fixé à :

30 % du coût HT des investissements éligibles pour les équipements d’application des produits phytopharmaceutiques ; 40 % du coût HT des investissements éligibles pour les équipements de substitution à l’usage de produits phytos. Le taux d’aide est majoré de 10 points pour les nouveaux installés/JA et les CUMA.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Mathieu Peyrat a repris l'exploitation de François Dauphin à Job.
" J'ai eu la chance d'avoir le repreneur sous la main"
Plusieurs journées autour de la cessation et reprise d'exploitation sont organisées dans le Puy-de-Dôme. L'occasion de rencontrer…
Ovins dans une étable
La filière ovine puydômoise à la recherche de repreneurs
Le renouvellement des générations est également un enjeu pour les filières puisqu'il assure le maintien du maillage des activités…
Emmanuel Bernard, Bruno Dufayet et Jonathan Janichon face aux représentants des éleveurs de la région Auvergne Rhône Alpes mardi 16 février à Aubière.
Les éleveurs allaitants mettent la pression sur le gouvernement
 Prix en berne, échec du plan-filière, négociations difficiles de la Pac, indifférence et passivité gouvernementale... Les…
Michèle Boudoin, présidente de la FNO.
" L’aide couplée ovine est une priorité vitale ! "
Dans le cadre de la réforme de la Pac post-2023, les producteurs ovins revendiquent le maintien de l’aide couplée ovine. Leurs…
Le 17 février, une trentaine d'agriculteurs a répondu présent à l'invitation de la Chambre d'agriculture autour d'une réunion d'information sur la mise en place d’une filière légumes dans le Puy-de-Dôme.
Légumes de plein champ : les prémices de la filière
Le 17 février dernier, la première réunion d'information autour de la production de légumes de plein champ marque le début des…
Vache + saint nectaire
Le Saint-nectaire se met au Bio
La production de lait Bio en AOP Saint-nectaire est encore marginale avec seulement une dizaine de producteurs, mais cela…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole