Aller au contenu principal

La Charolaise toujours leader dans le Puy-de-Dôme

Le syndicat Charolais a tenu son assemblée générale, l’occasion de revenir sur l’actualité de la race dans le Puy-de-Dôme.

Les éleveurs Charolais ont été nombreux à venir suivre l’assemblée générale au Montel-de-Gelat.

Le Puy-de-Dôme compte plus de 93 000 vaches allaitantes. En tête de liste depuis de nom-breuses années, la Charolaise représente près de 57% des ef-fectifs bovins du département. Une race dont les éleveurs ont su tirer le meilleur et qu’ils continuent de faire progresser. Preuve de ce travail rigoureux, plusieurs d’entre eux se sont illustrés au cours de l’année 2014 dans des concours prestigieux tels que le Salon Inter national de l’agriculture à Paris, le Sommet de l’élevage ou enco-re lors du Challenge international.

 

Poursuite du travail génétique

La sélection génétique était au cœur de l’actualité du syndicat Charolais, le 20 mai dernier lors de l’assemblée générale. Sébastien Cluzel, président et membre récent de l’équipe dirigeante du Herd-Book explique combien il est important que les éleveurs poursuivent ce travail. « Notre département a su être précurseur pour faire avancer la race. Nous sommes d’ailleurs régulièrement cités en exemple, nous devons donc continuer dans ce sens. Si nous n’entreprenons pas ce travail de sélection d’autres structures s’en chargeront à notre place. L’arrivée du nouveau règlement zootechnique européen ouvre la sélection bovine à la concurrence en 2017. Certaines entreprises sont déjà en train de se positionner sur ce marché et mettent la main sur les futurs outils génomiques. Les éleveurs doivent rester vigilants pour que la sélection ne leur échappe pas. »

Ce nouveau système libéral inquiète les éleveurs qui craignent de perdre quelque peu la main sur la génétique de la race. A ce jour, plus de 87% des veaux Charolais français sont issus de pères (montes naturelles) dont 91% proviennent des élevages. Une activité souvent annexe dans les exploitations mais qui contribue largement au revenu annuel.

 

Essai réussi avec la Hongrie

Outre la génétique, les éleveurs puydômois travaillent également à la recherche de nouveaux marchés. En 2012, 38 animaux de 18/24 mois provenant de 11 élevages ainsi que 301 animaux de 10/12 mois de 54 élevages ont été exportés vers la Hongrie. L’année suivante, le syndicat Charolais a rendu visite aux nouveaux propriétaires « satisfaits de la qualité des animaux et de leur docilité » d’après Gilles Gapihan, responsable du service viande à la Chambre d’agriculture du Puy-de-Dôme. Cette coopération a permis de valoriser un bon nombre d’animaux puydômois et les travaux de génétique entrepris depuis plusieurs décennies par les éleveurs. Les animaux ont montré également de très bons résultats techniques avec un taux de fécondité de près de 90% sur insémination artificielle à 15/21 mois. En revanche, aucune connaissance sur les performances de croissance n’ont été transmises à ce jour. Malgré les bons retours de cette expérience, d’autres prestations ne sont pas prévues à ce jour.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Sébastien Ramade, nouveau président de l’interprofession Saint-nectaire
« Notre force : l’union entre les différents acteurs de la filière »
Sébastien Ramade, producteur fermier de Saint-nectaire vient d'être élu président de l'Interprofession du Saint-nectaire (ISN) et…
Betteraves
Quelles cultures après la betterave ?
Les ex-betteraviers de la Limagne étudient avec leurs partenaires techniques les productions alternatives à la betterave ayant à…
Meilleurs voeux 2021

L'Auvergne Agricole et  Excepto vous présentent ses voeux.

Maître d'apprentissage et son apprentis
Phytos : ce que la séparation de la vente et du conseil a changé au 1er janvier
Les dispositions de la loi Egalim sur la séparation vente/conseil en phytos sont entrées en vigueur au 1er janvier 2021. Éléments…
Le grand Massif central défend des fermes pas des firmes
Réunis le 8 janvier à Clermont-Ferrand, les membres de la Copamac-Sidam ont réitéré leurs propositions dans le cadre des derniers…
Personnes se promenant le long de l'Allier
Voie verte, les agriculteurs seront concertés
Le future voie verte reliant Saint-Yorre à Pont-du-Château et Authezat à Brassac-les-Mines inquiètent bon nombre d'agriculteurs.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole