Aller au contenu principal

La Chambre d’agriculture se mobilise pour accompagner les producteurs du Puy-de-Dôme

EDITORIAL Sabine Tholoniat, élue Chambre d’agriculture du Puy-de-Dôme en charge des circuits courts.

Personne n'est exempt...

Dans le cadre exceptionnel de cette épidémie d'ampleur, en tant que citoyens, parents et agriculteurs nous devons absolument mettre tout en œuvre pour limiter le développement de l'épidémie à notre niveau.

Nos modes de commercialisation sont totalement bouleversés, notamment en vente directe via les marchés locaux et les marchés destinés à la restauration hors domicile. Pourtant, dans nos exploitations, la production est bien là, que ce soit des légumes, du fromage ou bien d'autres produits alimentaires, plus ou moins stockables avec des durées de vie plus ou moins longues....

Nous devons donc réfléchir à de nouveaux moyens de commercialisation, qui permettront aux producteurs de vendre le fruit de leur travail, et de leur assurer un revenu. Un travail collectif engagé par le réseau des Chambres d'agriculture et le syndicalisme a permis la réouverture de certains marchés avec autorisation préfectorale [NDLR : 78 marché autorisés à l’heure où nous bouclons], sous réserve de la mise en place de mesures sanitaires permettant de limiter la propagation de la pandémie.

Les réflexions menées par la Chambre d'agriculture et d'autres partenaires comme la Fnsea63, JA63, Bio63, le Conseil départemental et les collectivités, devraient permettre la mise en route de débouchés différents comme des drives fermiers en différents points du département. La Chambre d’agriculture a également créé une carte interactive (voir ci-dessous), permettant aux producteurs en circuits courts qui ont du mal à écouler leurs produits de se faire connaître du grand public.

Concernant les grandes et moyennes surfaces, restées ouvertes et prises d'assaut, un dialogue a été instauré entre ces distributeurs et les producteurs de vente directe pour trouver des solutions en urgence. Si les produits locaux semblent appréciés par les GMS et sollicités par les consommateurs, alors il faut développer nos moyens pour parvenir à développer ces produits dans les rayons. Par de la logistique, un volume adéquat, des prix, une communication gagnante-gagnante.

Nos PME pourraient aussi y gagner : de l'agneau français, des fromages AOP, fermiers...

La Chambre d'agriculture et les Organismes Professionnels Agricoles doivent être des acteurs facilitant ces échanges entre producteurs et structures de distribution. Mais il ne faut pas se limiter à cela. Les Drive fermiers vont être mis en place rapidement, dans le contexte actuel, mais ils ont vocation à perdurer ! Aussi, demain, pourquoi pas des solutions encore plus "clés en main"?

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Sébastien Ramade, nouveau président de l’interprofession Saint-nectaire
« Notre force : l’union entre les différents acteurs de la filière »
Sébastien Ramade, producteur fermier de Saint-nectaire vient d'être élu président de l'Interprofession du Saint-nectaire (ISN) et…
Betteraves
Quelles cultures après la betterave ?
Les ex-betteraviers de la Limagne étudient avec leurs partenaires techniques les productions alternatives à la betterave ayant à…
Meilleurs voeux 2021

L'Auvergne Agricole et  Excepto vous présentent ses voeux.

Maître d'apprentissage et son apprentis
Phytos : ce que la séparation de la vente et du conseil a changé au 1er janvier
Les dispositions de la loi Egalim sur la séparation vente/conseil en phytos sont entrées en vigueur au 1er janvier 2021. Éléments…
Le grand Massif central défend des fermes pas des firmes
Réunis le 8 janvier à Clermont-Ferrand, les membres de la Copamac-Sidam ont réitéré leurs propositions dans le cadre des derniers…
Personnes se promenant le long de l'Allier
Voie verte, les agriculteurs seront concertés
Le future voie verte reliant Saint-Yorre à Pont-du-Château et Authezat à Brassac-les-Mines inquiètent bon nombre d'agriculteurs.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole