Aller au contenu principal

Betterave
La betterave a fait son nid en terre de Limagne

Les semis sont précoces cette année. Ils ont démarré avec une semaine d’avance dans des conditions idéales. Les planteurs ont maintenant un œil rivé sur la terre et l’autre vers le ciel…

C'est parti ! Les premiers semis de betterave ont démarré, avec quelques jours d'avance, le 10 mars dernier, sur l'ensemble de la Limagne. « A ce jour, plus de 80 % d'entre eux ont été réalisés, facilités par des conditions climatiques idéales, des terrains bien préparés et des semences de bonne qualité», souligne Jean-Paul Philippon. Un peu d'eau serait maintenant la bienvenue... mais pas trop !
En effet, le technicien du syndicat betteravier des Limagnes fait allusion aux fortes précipitations de printemps qui ont pénalisé les productions des deux dernières années, « surtout celle de 2008 ! »
La crainte du moment se porte plutôt sur le gel de printemps qui pourrait impacter les semis précoces, « d'autant plus que nous avons des semences activées qui peuvent lever très vite, au plus fort d'éventuelles gelées » reconnaît Jean- Paul Philippon. La présence de mulots sur les parcelles ne rassure pas non plus les planteurs invités à mettre en œuvre rapidement les moyens de lutte contre ce rongeur.

 

La campagne betteravière commence sous de bons auspices

La sole est reconduite à 4 200 ha avec quelques producteurs en moins (402 au lieu de 410) mais avec l'arrivée de jeunes dans la production, «preuve que la betterave est ancrée sur la Limagne et que la fibre betteravière existe bel et bien !» se félicite le président, Jean-Claude Delsuc. Le syndicat des planteurs et le Centre technique betteravier Limagnes (CTBL) n'hésitent pas d'ailleurs à optimiser la production du département en expérimentant différentes variétés. Cette année, des essais portant sur 39 variétés classiques cultivées sur les terres de la Limagne, et sur 17 nouvelles variétés doubles tolérance rhizoctone brun et rhizomanie, sont réalisés sur une parcelle appartenant à Olivier Semonsut, exploitant à Gerzat. « Le rhizoctone brun touche 30 % des parcelles du département. Nous sommes les seuls, avec l'Alsace, à subir cette maladie sur betterave, nous avons donc tout intérêt à développer ces variétés avec tolérances pour pouvoir maintenir de bons rendements » explique Jean-Paul Philippon. La zone est également pilote en France sur l'observation de la scercosporiose.
Enfin, dans le labyrinthe de la réglementation des produits de traitement, la betterave devrait s'y retrouver tout au long de cette nouvelle campagne puisque les molécules actuelles sont utilisables. « Nous n'avons pas d'impasse de traitement ; des solutions de rechange existent grâce au travail de sensibilisation et aux négociations menées sans relâche par l'ITB auprès du ministère » souligne Jean-Claude Delsuc.

Il a dit
Jean-Claude Delsuc, président du syndicat des betteraviers, à propos de la réforme sucre : « L'objectif de la réforme sucre est atteint par l'Union européenne : ses surfaces ont diminué ! Mais d'ici la fin de l'année que va-t-il se passer ? Quel sera le niveau des importations et à quel prix ? Les stocks sont extrêmement difficiles à évaluer, surtout quand un pays comme le Brésil joue au yoyo avec la betterave entre issue alimentaire et issue énergétique. Nous avons donc peu de lisibilité, si ce n'est que le marché est aujourd'hui assaini, rendant l'Europe déficitaire... Il faut espérer que les cours vont augmenter pour les producteurs. Or, l'objectif de l'UE est 404 €/tonne en 2009. Avec ce cours du sucre on ne tiendra pas longtemps ! Nos charges sont importantes. Hormis la charge énergétique, la culture demande des traitements importants et engendre des coûts de récolte élevés que seule une marge suffisante peut supporter ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Le secteur du Sancy a vu sa fréquentation touristique bondir cet été.
«Les touristes ont visité l'ensemble du Sancy »
Le Sancy a été plébiscité par les touristes étrangers et locaux durant l'été. Luc Stelly, directeur de l'Office du tourisme…
Rendez-vous jeudi 24 septembre dès 9 h 30 à l’INRAE de Laqueuille (Les Fumades), inscription au 04 73 65 92 69.
11ème édition de l’Herbe de nos Montagnes, jeudi 24 septembre à l’INRAE de Laqueuille
L’Herbe de nos Montagnes illustre la dynamique entre la recherche, le développement et les agriculteurs autour du thème de l’…
Alexandre Maffre est l'un des 20 céréaliers de Limagne a produire de la luzerne pour les producteurs de Saint-nectaire.
De la luzerne de Limagne pour les producteurs AOP de montagne
Les céréaliers de Limagne cultivent de la luzerne pour les éleveurs de montagne : le projet audacieux est porté collectivement…
Déclaration de ruches - Campagne 2020
Chaque année, les apiculteurs sont invités à déclarer leurs colonies d'abeilles auprès de la DGAL du 1er septembre jusqu'au 31…
Jérôme Aubert, président de Sodiaal  section Nord  Massif central, sur son exploitation.
Sodiaal multiplie les investissements en 2019
L'assemblée générale de la section Nord Massif central de Sodiaal, statuant sur l'activité 2019, s'est tenue mercredi 9 septembre…
Thomas Pannetier et Stéphanie Seguin devant une rangée de tabac Brun. Variété rustique, le Brun demande peu d’eau. Il possède une haute teneur en nicotine. Son stockage et séchage sont simplifiés.
Le tabac aussi mise sur le haut de gamme
Malgré les bouleversements qui ont impacté la filière tabacole ces dernières années, les planteurs du Puy-de-Dôme et de l’Allier…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole