Aller au contenu principal

Engrais
Jusqu'où peut-on rentabiliser le prix de l'engrais ?

Le prix de l'ammonitrate a bondi en passant de 250€/t en décembre 2020 à plus de 800€/t en décembre 2021 et idem pour l'urée, suivant ainsi la tendance mondiale d'inflation des coûts de l'énergie.

Tracteur sur calculette + pièces

C'est une situation inédite. Jamais il n'a été observé auparavant une telle inflation des engrais chimiques en l'espace de 12 mois. L'ammonitrate culmine en ce moment même à 785€/t en sortie usine. L'urée vient tout juste d'atteindre 805€/t après être restée à près de 900€/t depuis novembre. L'année dernière, à la même époque, ces deux fertilisants étaient aux alentours de 260€/t. Cette inflation, si elle se maintient, inquiète la production céréalière de 2023. 

Quid de 2023 ?

Tout a commencé à la fin de l'été 2021 avec l'ascension des cours du pétrole et du gaz. Quelques semaines plus tard, début octobre, les pays producteurs d’engrais que sont les États-Unis, la Chine et la Russie, décident d'arrêter la production devenue peu rentable. Bien entendu, ils ont conservé un certain volume d'engrais pour leurs productions agricoles et n'ont mis en vente que le surplus. Dès lors, la spéculation a opéré face à la crainte de la pénurie. Les prix ont explosé. Heureusement, les agriculteurs puydômois n'attendent pas la dernière minute pour s'approvisionner. " Le plus gros des achats pour la campagne 2021-2022 a été réalisé en juin. Environ 80% des besoins en azote sont couverts à des prix raisonnables" explique Yoann Ginestière, conseiller agronomie à la Chambre d'agriculture du Puy-de-Dôme, à l'occasion d'une réunion technique. Il faut donc comprendre que les producteurs n'auront pas de difficultés à fertiliser leurs cultures ce printemps.
En revanche, qu'en sera-t-il la prochaine campagne ? Les courbes montrent un léger fléchissement des cotations sortie usine mais elles restent très élevées. "Si les prix restent à de tels niveaux en mai prochain, la question de la rentabilité des cultures va se poser." 

Exemples chiffrés

Pour mieux s'en rendre compte, Yoann Ginestière conseille aux agriculteurs de ramener le prix des engrais à l'unité (U) d'azote. "En 2019, nous étions à 1€ l'U, en 2020 à 0,90€/U et en 2021-début 2022 à +2€/U."  Dès lors, il est aisé de réaliser des petits calculs avec le prix des céréales pour déterminer le résultat net (ce dernier est considéré satisfaisant lorsqu'il est supérieur à 120€/ha).
En blé tendre d'abord, à partir des résultats de 45 parcelles inscrites dans le réseau DESCINN(1), avec une moyenne de production de 5,7 t/ha pour un total de 161 U/ha et des charges moyennes de 812€/ha (hors engrais) :
- 2019 : avec l'unité d'azote à 1€ et le prix du blé à 180€/t, le résultat net était de 53€/ha.
- 2021: l'unité d'azote (achetée donc en 2020 ) à 0,9€ et le blé à 220€/t, le résultat net était de 297€/ha.
Pour conserver ce niveau de résultat en 2022 avec un coût de l'azote entre 1,9€ et 2€, la tonne de blé tendre devrait être vendue entre 230 et 240€.
En maïs grain non irrigué, toujours à partir des résultats du réseau DESCINN, avec une production moyenne de 6,6 t/ha, 119 U/ha et des charges moyennes à 1 042€/ha (hors engrais) :
- 2019 : avec l'unité d'azote à 1€ et le prix du maïs à 155€/t, le résultat net était de -138€/ha.
- en 2021 : avec l'unité à 0,9€ et le maïs à 210€/t, le résultat net était de 429€/ha.
Pour conserver un résultat net similaire à 2021, en 2022, la tonne de maïs devrait être vendue entre 220 et 230€/t.

Une prise de risque de plus en plus importante

Si l'inflation des engrais persiste, le prix des céréales devra augmenter pour maintenir la rémunération des agriculteurs. Cependant, il n'en reste pas moins qu'entre les à-coups climatiques, l'instabilité des marchés en tout genre (prix de l'acier, du pétrole...) et la suspension de nombreuses matières actives, la prise de risque pour les agriculteurs devient de plus en plus importante. " Avec des fertilisants à ces prix, l'investissement va devenir très important avec, en raison du changement climatique notamment, une mauvaise chance accrue d'avoir un rendement à peine satisfaisant voire médiocre." Bien que le conseiller, ni personne, n'ait en sa possession une boule de cristal, il apparaît évident que le prix des céréales seul ne suffira pas à maintenir le revenu des exploitations.

1 : DESCINN : Développement et Étude de Systèmes de Cultures INNovants est un réseau de fermes innovantes de la région Auvergne, hors Cantal.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Une aide à l'alimentation animale est allouée aux éleveurs pour couvrir une partie de la hausse des charges à laquelle ils sont confrontés depuis l'explosion de la guerre en Ukraine.
Plan de résilience : l'aide à l'alimentation animale
Dans le cadre du plan de résilience et pour faire face à la hausse de charges d’exploitation, le gouvernement octroie aux…
Nicolas Chatard, nouveau président JA63.
Le nouveau président de JA 63 entre innovation et persévérance
Nicolas Chatard a été élu président du syndicat Jeunes Agriculteurs du Puy-de-Dôme avec une nouvelle équipe et succède ainsi à…
Le COTI du 5 mai dernier a rassemblé, à la Chambre d'agriculture du Puy-de-Dôme, la profession agricole et para-agricole, des élus locaux et l'enseignement agricole.
Installation/transmission et DJA, évolutions plus ou moins favorables
Une nouvelle DJA financée, non plus par le Feader mais par les Régions, devrait voir le jour le 1er janvier 2023 avec un montant…
Après plusieurs années d'augmentation, les effectifs de la Limousine se stabilisent en 2022.
L’Aubrac et la Limousine augmentent, la Salers se stabilise et la Charolaise décroche
Les effectifs bovins allaitants dans le Puy-de-Dôme sont en baisse chaque année mais certaines races résistent mieux que d'autres…
« Le contrat : une arme de proposition massive que doivent utiliser les éleveurs »
Alors que la décapitalisation s’accélère dans un contexte de hausse de charges sans précédent, la vente des animaux aux coûts de…
La journée de démonstration de matériel à Moureuille, le 20 avril, a attiré une trentaine de visiteurs.
La Cuma des Prés se tourne vers l’avenir
La Cuma des Prés à Moureuille compte une vingtaine d'adhérents qui ont accès à du matériel performant grâce à la collectivité.  
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole