Aller au contenu principal

Jusqu’à 500 litres de moins par vache

Les conséquences de la sécheresse automnale se font sentir dans les exploitations puydômoises tant sur la quantité, la qualité que la fertilité.

Moins d’alimentation, moins de lait, les éleveurs laitiers puydômois accusent la douloureuse équation de la sécheresse automnale.

En plein cœur de l’hiver, les exploitations laitières du Puy-de-Dôme accusent une baisse de productivité. En moyenne, l’EDE relève une perte entre 2 et 3 kg de lait par vache et par jour. La raison est toute simple : « cet automne, les éleveurs ont puisé dans les réserves de leurs animaux pour ne pas entamer sérieusement les stocks de fourrage » explique Bibiane Beaumont, directrice du Conseil laitier.

27 000 litres en moins


Les chiffres sont accablants. « Jusqu’à 500 litres de lait en moins sur la durée de la lactation. » Multiplié par le nombre de vaches moyen dans les exploitations puydômoises (55 animaux), la perte s’élève à environ 27 000 litres de lait sur la campagne. Moins de lait donc pour les producteurs dont les espoirs ne peuvent même pas se reposer sur la qualité. « Les taux de TP et TB sont également bas. Seules les cellules, curieusement, enregistrent une amélioration » précise Bibiane Beaumont.
D’ordinaire, la campagne laitière enregistre toujours une baisse de production durant l’été et en octobre. Seulement en 2018, la sécheresse automnale n’a fait qu’aggraver les choses. « Toutes les vaches ayant vêlé jusqu’en septembre, n’ont pas bénéficié de bonnes conditions (chaleurs, carences alimentaires…). La production est de ce fait lourdement impactée. Le nombre de mort néonatale est en hausse sur septembre, octobre et novembre. A contrario, les vêlages en cours sont plus prometteurs. » Dans certains secteurs du département, les éleveurs ont complémenté leurs animaux dès le mois juillet. Afin de ne pas entamer trop ardemment les stocks de l’hiver, beaucoup ont rallongé la période de pâture malgré la faible quantité d’herbe. Un coup d’épée dans l’eau. « Ils ont tiré sur leurs animaux et ont gardé l’espoir de voir l’herbe repousser. Les décisions à prendre n’étaient véritablement pas évidentes. Ils ont fait comme ils ont pu. »

« C’est le calcul quotidien »


Bourg-Lastic a été l’une des communes les plus touchées par cette sécheresse. Christian Agay, éleveur de 70 vaches laitières, a récolté 40% de fourrages en moins en 2018. Malgré tout, il a dû commencer à nourrir ses animaux le 20 juillet jusqu’à leur donner une ration complète dès la fin août.
Aujourd’hui, il reste dans sa grange tout juste de quoi finir l’hiver, si celui-ci ne s’éternise pas. « C’est le calcul quotidien ! J’ai un mois de fourrage devant moi. » L’éleveur tente de joindre les deux bouts en réalisant des achats alimentaires (déjà 25 000€) et en réformant des animaux peu productifs. « Ce n’était pas prévu mais je n’ai pas le choix… » Sa production laitière enregistre inévitablement une baisse quantitative, « environ 2 litres en mois par vache et par jour ». L’éleveur constate également « une baisse de la fertilité » se traduisant par des retours de chaleurs plus lents.
Parfaitement conscient de la répétitivité de ces incidents climatiques, Christian Agay tente de trouver une solution mais en vain. « Le prix des terres explose dans notre secteur, je ne peux donc pas acheter de prairies supplémentaires. L’herbe sur pied, personne n’en vend. Je n’ai pas la possibilité de faire davantage de cultures. La seule option à ma disposition : réduire, encore, la taille du troupeau… »


Mélodie Comte

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Le secteur du Sancy a vu sa fréquentation touristique bondir cet été.
«Les touristes ont visité l'ensemble du Sancy »
Le Sancy a été plébiscité par les touristes étrangers et locaux durant l'été. Luc Stelly, directeur de l'Office du tourisme…
Rendez-vous jeudi 24 septembre dès 9 h 30 à l’INRAE de Laqueuille (Les Fumades), inscription au 04 73 65 92 69.
11ème édition de l’Herbe de nos Montagnes, jeudi 24 septembre à l’INRAE de Laqueuille
L’Herbe de nos Montagnes illustre la dynamique entre la recherche, le développement et les agriculteurs autour du thème de l’…
Alexandre Maffre est l'un des 20 céréaliers de Limagne a produire de la luzerne pour les producteurs de Saint-nectaire.
De la luzerne de Limagne pour les producteurs AOP de montagne
Les céréaliers de Limagne cultivent de la luzerne pour les éleveurs de montagne : le projet audacieux est porté collectivement…
Déclaration de ruches - Campagne 2020
Chaque année, les apiculteurs sont invités à déclarer leurs colonies d'abeilles auprès de la DGAL du 1er septembre jusqu'au 31…
Thomas Pannetier et Stéphanie Seguin devant une rangée de tabac Brun. Variété rustique, le Brun demande peu d’eau. Il possède une haute teneur en nicotine. Son stockage et séchage sont simplifiés.
Le tabac aussi mise sur le haut de gamme
Malgré les bouleversements qui ont impacté la filière tabacole ces dernières années, les planteurs du Puy-de-Dôme et de l’Allier…
Jérôme Aubert, président de Sodiaal  section Nord  Massif central, sur son exploitation.
Sodiaal multiplie les investissements en 2019
L'assemblée générale de la section Nord Massif central de Sodiaal, statuant sur l'activité 2019, s'est tenue mercredi 9 septembre…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole