Aller au contenu principal

« Je suis là pour valoriser votre tabac »

La Société Coopérative Agricole des Producteurs de Tabac du Périgord-Saintonge-Auvergne-Limousin, section Auvergne, a tenu son assemblée générale, le 29 novembre, à Sardon.

Nizar Ayyad, responsable des ventes à France tabac, est venu à la rencontre des producteurs à Sardon

À l’Assemblée générale ordinaire de la section territoriale d’Auvergne à Sardon, était convié le responsable des ventes à France Tabac, M. Nizar Ayyad. Il est intervenu sur la politique commerciale nationale et l’orientation de la production en relation avec le marché. L’occasion pour lui de venir à la rencontre des producteurs de tabac et de leur expliquer « où nous en sommes aujourd’hui et ce qu’on va faire demain ».

 

Se spécialiser dans les marchés de niche

« Aujourd’hui, les gens ne veulent plus de tabac Virginie classique, il faut se spécialiser dans des marchés de niche qui nous apportent une valeur ajoutée », explique Nizar Ayyad aux producteurs de l’assemblée. Pour le burley c’est la même chose, il y a de plus en plus de demandes en bio et elles devraient continuer d’augmenter car les clients ne veulent plus de pesticides. Désormais, « ce n’est plus le producteur qui fixe les prix, c’est le marché. Vous êtes des patrons et des chefs d’entreprise, vous savez comment ça marche». D’où la nécessité d’arriver sur le marché avec un bon produit si les producteurs veulent en tirer un bon prix. Le premier objectif de France Tabac est de stabiliser la production et les prix afin de sécuriser les producteurs, mais aussi de répondre aux demandes des clients « qui font des plans sur leurs achats pour 5 à 10 ans». Le problème que rencontrent les producteurs est que « pour se spécialiser dans des marchés de niche, il faut le savoir au moins un an à l’avance pour lancer la production».

Une profonde refonte du système d’achat

« Le producteur ne peut pas baisser ses prix mais le client lui veut toujours un prix moindre », c’est la raison pour laquelle le système d’achat a été totalement repensé à l’usine de Sarlat. Le tabac est désormais regradé directement et non pas stocké une première fois, ce qui est beaucoup plus rapide et économique. En contrepartie, les producteurs ne voient plus leurs achats.

 

« France Tabac c’est vous, et vous c’est moi »

Nizar Ayyad a longuement expliqué aux producteurs de tabac que leurs intérêts convergent et qu’il travaille à leur service afin de valoriser leur tabac. « France tabac, c’est vous, vous êtes les actionnaires de cette société à 100% et vous en avez la responsabilité. Sa pérennité ne dépend que de vous. Si vous n’êtes pas contents, il faut le dire ».

Aujourd’hui les producteurs n’ont plus d’aides, seul le prix commercial compte. Le prix du tabac est un débat sensible au jour où un paquet de cigarettes se vend en moyenne à plus de 7 euros, sur lesquels l’État encaisse plus de 85% de taxes qui ne cessent d’augmenter. C’est pourquoi les fabricants cherchent à diminuer leurs coûts au maximum en se procurant le tabac et les feuilles les moins chers. Seulement, «tant qu’il y a le choix avec du tabac d’autres pays, on ne peut pas exiger un prix », ce qui favorise l’importation au détriment du tabac français.

Suite à l’intervention du responsable des ventes à France tabac, l’Assemblée a approuvé les comptes avant d’ouvrir un débat sur la mécanisation.

La filière recrute !

La filière recherche des jeunes ou moins jeunes, car le tabac reste une production locale de diversification, intéressante économiquement. Pour tout renseignement n'hésitez pas à prendre contact avec Stéphanie Seguin au 06 86 17 60 31 ou par mail : steph.seguin63@orange.fr

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Sébastien Ramade, nouveau président de l’interprofession Saint-nectaire
« Notre force : l’union entre les différents acteurs de la filière »
Sébastien Ramade, producteur fermier de Saint-nectaire vient d'être élu président de l'Interprofession du Saint-nectaire (ISN) et…
Betteraves
Quelles cultures après la betterave ?
Les ex-betteraviers de la Limagne étudient avec leurs partenaires techniques les productions alternatives à la betterave ayant à…
Meilleurs voeux 2021

L'Auvergne Agricole et  Excepto vous présentent ses voeux.

Maître d'apprentissage et son apprentis
Phytos : ce que la séparation de la vente et du conseil a changé au 1er janvier
Les dispositions de la loi Egalim sur la séparation vente/conseil en phytos sont entrées en vigueur au 1er janvier 2021. Éléments…
Le grand Massif central défend des fermes pas des firmes
Réunis le 8 janvier à Clermont-Ferrand, les membres de la Copamac-Sidam ont réitéré leurs propositions dans le cadre des derniers…
Personnes se promenant le long de l'Allier
Voie verte, les agriculteurs seront concertés
Le future voie verte reliant Saint-Yorre à Pont-du-Château et Authezat à Brassac-les-Mines inquiètent bon nombre d'agriculteurs.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole