Aller au contenu principal

Entreprise
Jardin de Limagne a retrouvé la patate

Créée en 1993 par six agriculteurs auvergnats, Jardin de Limagne avait pour vocation le stockage des pommes de terre. Depuis, la coopérative s’est muée en SAS qui a élargi sa gamme de produits commercialisés.

Sur la plaine de Limagne, on cultive du maïs semences, des blés améliorants, des betteraves…mais aussi des pommes de terre. Alors évidemment, les volumes produits sont sans commune mesure avec ceux des productions dominantes. N’empêche que c’est un segment de marché, qui permet à une douzaine de producteurs installés dans le Puy-de-Dôme et l’Allier de ne pas mettre tous leurs œufs dans le même panier en diversifiant leur production. Les 50 hectares de pommes de terre cultivés trouvent un débouché auprès de Jardin de Limagne, une coopérative née en 1993 sous l’impulsion d’une poignée d’agriculteurs, transformée depuis 2005 en SAS(1). Si à l’origine, Jardin de Limagne a bien répondu aux besoins de stockage de la production et du coup permis un étalement des ventes tout au long de la campagne, force est de constater que l’établissement a rapidement été confronté à des difficultés. Manque de volumes, valorisation inférieure aux prévisions et charges importantes ont fait tanguer le projet.

Moins d’intermédiaires

« Depuis trois ans, on arrive à sortir la tête de l’eau », témoigne Laure Charrin, directrice commerciale à la tête d’une équipe de douze salariés. Le positionnement commercial a en effet évolué puisque jusqu’en 2005 la production était vendue essentiellement à des intermédiaires. Et qui dit intermédiaires, dit dispersion de la valeur ajoutée. L’entreprise négocie désormais en direct avec les magasins et les centrales d’achat. 90 % des volumes sont vendus aux GMS, et le reste à des grossistes. Jardin de Limagne traite annuellement entre 3 000 et 3 500 tonnes de pommes de terre, 500 tonnes d’oignons, 50 tonnes d’ail rose d’Auvergne et 100 tonnes d’échalotes. L’entreprise mise à fond sur la carte locale. Une démarche qui a séduit de plus en plus les GMS, pour qui le « terroir » constitue un formidable fond de commerce. Jardin de Limagne adhère depuis 2004, au réseau « Bravo l’Auvergne », une marque déposée et gérée par l’Union régionale des industries agroalimentaires d’Auvergne, «qui constitue un clé d’entrée intéressante pour entrer en GMS ». Pommes de terre pour aligot, pour raclettes, pour truffades, à rissoler… « La différenciation de la gamme permet d’apporter une réponse à la demande de légumes goûteux et authentiques formulée par les consommateurs », explique Laure Charrin.

Des produits de saison

Pour dynamiser les ventes, et sortir de la monotonie du trio pommes de terre, oignons, ail, Jardin de Limagne propose aussi des produits de saison : des fraises, des framboises, des asperges, des choux, des noix et des courges. Ces produits, issus d’une production locale, alimentent le chiffre d’affaires et les volumes de l’entreprise à hauteur d’1 à 2%.

Au final, dans un rayon de 35 kilomètres autour de son siège d’Aigueperse, au nord de Clermont-Ferrand, l’entreprise travaille d’une manière plus ou moins régulière avec 35 producteurs. De l’historique coopératif, elle a conservé des liens privilégiés avec eux. «Les agriculteurs ont un contrat où figurent la variété à planter, la surface ainsi que le prix», témoigne Laure Charrin. Aujourd’hui, Jardin de Limagne souhaite travailler dans trois directions : l’amélioration de la qualité, l’augmentation des volumes, et une présence plus importante dans les GMS, en particulier celles de la région.

(1) Jardin de Limagne est désormais une filiale du groupe Champart, situé dans la Marne.

En agriculture raisonnée

Les producteurs livrant à Jardin de Limagne cultivent les tubercules dans des terres sélectionnées avec des méthodes de production raisonnée selon la norme NF V25-111. Parmi les quelques 3 000 variétés existantes, l’entreprise a choisi celles qui sont les mieux adaptées au climat continental et qui sont reconnues pour la saveur et la finesse de leur chair. Il s’agit des fondantes (agata) et des fritables (monalisa), qui sont produites dans toute la Limagne, plus riches en amidon elles conviennent très bien pour la purée, l'aligot, les potages et les frites. Les pommes de terre à chair ferme (à peau jaune : annabelle, charlotte, celtiane - à peau rouge : franceline, chérie) demandent beaucoup d'attention à leur producteur, de forme oblongue, elles restent entières et fermes après cuisson.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Bruno Dufayet
Bruno Dufayet : « Les marchés sont porteurs, ne lâchez pas les prix sur vos fermes »
Eleveur à Mauriac dans le Cantal, Bruno Dufayet déploie la feuille de route de la Fédération nationale bovine qu’il préside, avec…
Marché du maigre et du gras, stop à l’enfumage !
 Jeudi 8 octobre, les producteurs de viande ont reçu Bruno Dufayet, président de la Fédération Nationale Bovine (FNB). Remise à l…
Cultiver l'herbe : la solution pour affronter le changement climatique
La 11ème édition de "l'Herbe de nos Montagnes" organisée à Laqueuille la semaine dernière a posé plusieurs…
Le syndicat des volailles fermières d’Auvergne vient d’intégrer le cercle très fermé des dix sponsors officiels de l’ASM Clermont-Auvergne
Les volailles fermières d’Auvergne entrent dans la mêlée
Le syndicat des volailles fermières d’Auvergne vient d’intégrer le cercle très fermé des dix sponsors officiels de l’ASM Clermont…
De gauche à droite : André Bernard, président de la chambre régionale d'agriculture PACA, David Chauve, Sébastien Windsor, président de l'APCA, Vincent Chirent et Christophe Hillairet.
« Les chambres d'agriculture doivent être innovantes »
En visite dans le Puy-de-Dôme, le président et le secrétaire général de l'Assemblée Permanente des Chambres d'Agriculture ont mis…
En Haute-Savoie, des éleveurs connectés et solidaires face au loup
  A partir de cette semaine, vos journaux agricoles d’Auvergne-Rhône-Alpes vous proposeront tous les mois, une rubrique dédiée à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole