Aller au contenu principal

Installation
Installation, un défi de taille !

Le renouvellement des générations préoccupe plus que jamais les agriculteurs et leurs filières. C'est une des priorités de la Chambre d'agriculture du Puy-de-Dôme dont les dispositifs d'accompagnement concernent tous les porteurs de projets.

Dans le Puy-de-Dôme, 37% des installés sont des femmes et 53% des installations concernent la production bovine (lait, viande ou mixte).

Avec près de 50% des agriculteurs qui vont cesser leur activité dans les 10 prochaines années, le renouvellement des générations se présente comme un défi de taille. C’est d’ailleurs une des priorités de la Chambre d’agriculture du Puy-de-Dôme qui multiplie les dispositifs d’accompagnement "adaptés à tous les projets et candidats à l’installation, en veillant à réaliser des installations qui permettent au nouvel agriculteur de vivre de son travail » expliquait Baptiste Arnaud, vice-président de la Chambre d’agriculture du Puy-de-Dôme, en charge de l’installation-transmission, lors du dernier Comité technique à l’installation.

De nouveaux profils

Dans le département, 180 nouveaux agriculteurs s’installent en moyenne chaque année(*) dont 85 avec la Dotation jeune agriculteur (DJA) « soit une installation sur deux » précise Fabienne Puel, responsable du service installation et projet d’entreprise à la Chambre d’agriculture du Puy-de-Dôme.
Ces dernières années, les candidats sont de plus en plus nombreux à pousser les portes du Point Accueil Installation (PAI) de la Chambre d’agriculture, « plus de 350 par an». Leurs profils évoluent avec l’arrivée (68%) de candidats Non Issus du Milieu Agricole (les NIMA ndlr), souvent en situation de reconversion professionnelle, non pourvus de diplôme agricole de niveau IV (47%) et préférant s’installer en individuel (56%). « Une majorité d’entre eux souhaite en effet s’installer seule sur de petites structures. Les exploitations sociétaires inscrites dans le RDI qui dégagent pourtant du revenu ont parfois du mal à trouver un associé. Est-ce par crainte d’intégrer une exploitation familiale ou bien une forme d’individualisme ? interroge la conseillère. En tout cas ils ne mesurent pas le confort et la sécurité de s’installer avec des associés qui ont de l’expérience !»  

Les standards de productions demeurent

La plupart de ceux en reconversion veulent donner un sens à leur métier et voient en l'agriculture un nouveau départ professionnel. Leurs projets sont parfois "originaux"  mais souvent difficiles voire impossibles à mettre en œuvre. "Certains mettent beaucoup plus de temps pour aboutir car ils n'ont pas été suffisamment mûris ou le niveau de formation est inexistant. D'autres n'aboutissent pas..." constate la conseillère.
Ce nouveau public se tourne davantage vers le maraîchage qui représente aujourd'hui 42% des installations dans le département. Un engouement  porté par l'envie de revenir à la terre et développer des circuits courts, des labels "mais tout le monde ne peut pas se lancer dans ce type de projet. Nous avons aussi besoin de maintenir des potentiels de production pour fournir les filières et nourrir nos concitoyens" prévient la conseillère. Pour autant, la majorité des projets concerne encore les grandes filières :  75 % des installations se font en élevage bovins viande, bovins lait, ovins et grandes cultures, y compris en bio. "Le profil des candidats a certes changé mais c'est encore en production bovine que l'on installe le plus, soit  53% en bovins lait, viande ou mixte" insiste Fabienne Puel qui reconnaît toutefois en région une tendance à la baisse générale de l'installation en filières bovines.
La Chambre d'agriculture du Puy-de-Dôme accompagne tous les porteurs de projets, qu'ils prétendent ou non à la DJA. Elle promeut tous les métiers de l'agriculture y compris le salariat agricole "dont on manque cruellement". "Être salarié agricole est aussi un tremplin à l'installation qui permet pendant quelques années de se frotter au métier, d'acquérir de l'expérience et de prendre le temps de construire son projet".

*Moyenne entre 2016 et 2020, hors transferts entre époux de + 40 ans.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

De gauche à droite : Laurine Rousset, présidente JA43, Eric Richard, président de la section laitière FDSEA43, Stéphane Joandel, président de la section laitière régionale, Vincent  Chirent, producteur de lait 63 et Sabine Tholoniat, présidente de la FNSEA63 ont procédé à une  vérification des prix du lait au supermarché E.Leclerc à Clermont-Ferrand
Les producteurs revendiquent 500 €/1000 litres de lait
Dans un contexte de flambée des prix et de sécheresse sans précédent, les responsables professionnels de la région demandent à la…
Les agriculteurs investissent dans le matériel économe en eau.
Comité départemental de l’eau : un renforcement des mesures de restriction

Le secrétaire général de la préfecture a réuni le Comité départemental de l’eau le 19 juillet afin d’échanger sur la situation…

L’Axe Allier passe en alerte renforcée
A l’issue du Comité départemental de l’eau (CDE) du 9 août, le Préfet a pris le 5ème arrêté de restriction des usages…
Jérôme Aubert, président de Sodiaal Massif central est venu à la rencontre des producteurs de lait.
Les producteurs de lait toujours dans l’incertitude
Le jeudi 4 août, les producteurs de lait puydômois ont mené une action devant les bureaux de Sodiaal à Clermont- Ferrand avant d'…
Durant les fortes chaleurs, les équipes de castration sont intervenues dans les champs le matin.
Les castrations sur la fin
La castration des maïs semence arrive bientôt à son terme après près d'un mois de travaux mais les fortes chaleurs laissent…
En marron, les communes classées en zone de montagne et qui bénéficient d'une majoration supplémentaire de 15%.
La récupération des eaux pluviales financée
L'Agence de l'Eau Loire-Bretagne double l'enveloppe financière de son appel à projets "économies d'eau dans les élevages" pour…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole