Aller au contenu principal

Technique
Initiation au désherbage mécanique

Le 24 mars à Entraigues, la Chambre d'agriculture du Puy-de-Dôme propose aux agriculteurs de s'initier au désherbage mécanique.

Herse étrille à ressorts utilisée sur la parcelle.

La Chambre d'agriculture, avec l'appui de Bio 63 et de la FDCuma, organise jeudi 24 mars une rencontre technique pour aider les agriculteurs à choisir et régler leurs outils de désherbage mécanique. Présentation d'essais, comparaison des outils, témoignages et démonstrations sont au programme. Parmi ces témoignages, celui d'Alexandre Bresson, agriculteur à Entraigues et Clerlande. Installé depuis 25 ans en productions de maïs, tournesol et blé de semences, Alexandre Bresson franchit le pas il y a deux ans, de cultiver une partie de sa production en bio, soit 12 ha de maïs semences, 7 ha de tournesol, 2 ha de soja et 2 ha de blé et luzerne. "C'est un choix réfléchit. Cela faisait plusieurs années que je souhaitais consacrer une partie de ma production en bio. Mais à l'époque je cultivais de la betterave sucrière et je n'osais pas me lancer dans l'aventure du bio. Mais une visite en 2018 chez des producteurs de grandes cultures bio ainsi que l'arrêt de la sucrerie en 2019 ont été les éléments déclencheurs de ma décision."  En 2020, il se lance donc dans le désherbage mécanique. "C'est très technique, c'est une méthode de travail différente qui demande beaucoup d'observations et d'anticipation" .
Alexandre Bresson interviendra lors de la rencontre du 24 mars à travers la mise à disposition de 4 matériels (houe rotationnelle, herse étrille et bineuses). Il  témoignera avec d'autres de l'intérêt du désherbage mécanique pour les producteurs, y compris ceux en conventionnel qui avec cette technique "peuvent limiter un passage chimique".

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Une aide à l'alimentation animale est allouée aux éleveurs pour couvrir une partie de la hausse des charges à laquelle ils sont confrontés depuis l'explosion de la guerre en Ukraine.
Plan de résilience : l'aide à l'alimentation animale
Dans le cadre du plan de résilience et pour faire face à la hausse de charges d’exploitation, le gouvernement octroie aux…
Nicolas Chatard, nouveau président JA63.
Le nouveau président de JA 63 entre innovation et persévérance
Nicolas Chatard a été élu président du syndicat Jeunes Agriculteurs du Puy-de-Dôme avec une nouvelle équipe et succède ainsi à…
Le COTI du 5 mai dernier a rassemblé, à la Chambre d'agriculture du Puy-de-Dôme, la profession agricole et para-agricole, des élus locaux et l'enseignement agricole.
Installation/transmission et DJA, évolutions plus ou moins favorables
Une nouvelle DJA financée, non plus par le Feader mais par les Régions, devrait voir le jour le 1er janvier 2023 avec un montant…
Après plusieurs années d'augmentation, les effectifs de la Limousine se stabilisent en 2022.
L’Aubrac et la Limousine augmentent, la Salers se stabilise et la Charolaise décroche
Les effectifs bovins allaitants dans le Puy-de-Dôme sont en baisse chaque année mais certaines races résistent mieux que d'autres…
« Le contrat : une arme de proposition massive que doivent utiliser les éleveurs »
Alors que la décapitalisation s’accélère dans un contexte de hausse de charges sans précédent, la vente des animaux aux coûts de…
La journée de démonstration de matériel à Moureuille, le 20 avril, a attiré une trentaine de visiteurs.
La Cuma des Prés se tourne vers l’avenir
La Cuma des Prés à Moureuille compte une vingtaine d'adhérents qui ont accès à du matériel performant grâce à la collectivité.  
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole