Aller au contenu principal

Disparition de Valéry Giscard d’Estaing
« Il voulait faire de l’agriculture le pétrole vert de la France »

Qu’il l’ait côtoyé à Clermont-Ferrand ou à Paris, le monde agricole reconnaît en Giscard un homme visionnaire dont le projet avorté de Constitution européenne, fixant un cadre pourtant plus clair, résonne encore aujourd’hui.

 

Depuis son décès mercredi soir, à l’âge de 94 ans, les hommages à l’égard de Valéry Giscard d’Estaing sont nombreux. Qu’ils soient élus, acteurs du monde économique et social, observateurs… tous reconnaissent en celui qui en 1974 avait pris la route de l’Elysée pour un périple de sept ans, un homme moderne qui a fait basculer la France dans une ère nouvelle. Sous la présidence giscardienne, les mœurs de la société française ont en effet profondément évolué à la faveur de mesures emblématiques telles que : l’abaissement de la majorité civile et électorale de 21 à 18 ans, la création d’un secrétariat d’Etat à la condition féminine, la dépénalisation de l’avortement, l’autorisation du divorce par consentement mutuel. Ce vent de modernité, on le retrouve aussi dans l’empreinte agricole laissée par Giscard, le chef d’Etat mais aussi par Giscard le député, le conseiller départemental du Puy-de-Dôme, et le président de la région Auvergne.

Secrétariat d’Etat à l’agroalimentaire

« Dans l’un de ses discours de 1978, il avait annoncé son ambition de faire de l’agriculture le pétrole vert de la France en augmentant massivement la production pour renforcer la place de la France à l’export », se souvient Gilbert Bros, agriculteur retraité en Haute-Loire qui a présidé la FRSEA Massif central et la Chambre d’agriculture de Haute-Loire dans les années quatre-vingt-dix. Fort de cette volonté, VGE dote en 1979 son premier ministre, Raymond Barre d’un secrétariat d’Etat chargé des industries agro-alimentaires, une première ! Un poste qui sera occupé jusqu’en 1981 par un autre auvergnat, un certain Michel Debatisse, avec lequel Giscard fera également un bout de chemin au Conseil régional d’Auvergne. « Giscard était quelqu’un de très intelligent, qui avait une faculté à comprendre rapidement les choses impressionnante », raconte Gilbert Bros. Cette perspicacité, a servi l’agriculture auvergnate, il en est convaincu : « Lorsqu’il a pris la présidence de la région Auvergne, une conférence régionale agricole était organisée chaque année durant laquelle nous plaidions pour une augmentation forte des crédits en faveur du secteur agricole. Giscard a mesuré les enjeux, en particulier de modernisation, puisque nous sommes passés d’un budget agricole de 5 à 6 millions de francs à 21 millions ».

Le rêve européen

Député puis conseiller départemental du canton de Rochefort-Montagne dans le Puy-de-Dôme, Valéry Giscard d’Estaing va contribuer à changer le visage du territoire : « Invitant à mettre en œuvre les opérations de remembrement, sous son impulsion le développement agricole va s’accélérer sur notre secteur », estime Alain Mercier, agriculteur, actuel maire de Nebouzat et président de la Communauté de communes de Rochefort-Montagne et Sancy-Artense. Emu par la disparition du président Giscard, Alain Mercier est fier d’avoir servi à ses côtés à la région Auvergne, d’abord à la présidence de la commission agricole, puis à la vice-présidence à l’agriculture jusqu’en 2004, date où le Conseil régional sera ravi par la gauche. « Il avait toujours une génération d’avance sur tout le monde et était convaincu que si l’Europe ne fonctionnait pas, la France ne fonctionnerait plus », suggère l’élu, qui regrette que le projet de Constitution européenne porté par VGE n’ait pas pu aller à son terme. « Il avait mis une énergie folle sur ce texte, et a été très déçu par son rejet par les français à l’occasion du référendum de 2005. Force est de constater que l’histoire lui a donné raison, puisque l’Europe manque toujours de règles qui garantissent un bon fonctionnement avec autant de pays ».

Sophie Chatenet

 

L’A75, Vulcania, la Grande Halle : Giscard, le bâtisseur

Les habitants du Massif central savent ce qu’ils doivent à Valéry Giscard d’Estaing en termes d’aménagement du territoire. « A75 », une lettre et deux chiffres pour baptiser une voie qui relie Clermont-Ferrand à Montpellier et qui a largement contribué au désenclavement du territoire dans les années quatre-vingt-dix. Chaque jour, ce sont près de 80 000 véhicules qui l’empruntent gratuitement (seul le passage de Viaduc de Millau est payant). Autre aménagement que l’Auvergne doit à Giscard : le parc d’attractions et d’animations Vulcania, dédié aux volcans, mais aussi la Grande Halle d’Auvergne. Imaginée à l’origine comme un parc des expositions pour organiser dans de meilleurs conditions le Sommet de l’Elevage et la Foire de Clermont-Cournon, et défendu ardemment par le président du Sommet de l’époque Roger Blanc, la Grande Halle a été inaugurée en octobre 2004, soit quelques mois après la défaite de Giscard aux régionales. Et pourtant… « sans Giscard, pas de Grande Halle, et sans Grande Halle et pas de Sommet de l’Elevage avec l’envergure qu’on connaît. A l’époque, la Région était seule à soutenir le projet », souligne le président du Sommet, Jacques Chazalet.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Jacques Chazalet, président du Sommet, est optimiste quant au maintien de l’évènement en octobre prochain à la Grande Halle d’Auvergne.
Une édition 2021 maintenue avec pass sanitaire
A quatre mois de l’ouverture, les organisateurs du Sommet de l’élevage (du 5 au 8 octobre) affichent optimisme et prudence en…
La pullulation de campagnols reste un réel fléau sur certains secteurs.
Une aide d’urgence pour soutenir des agriculteurs victimes du rat taupier
Face à la présence incessante du rat taupier sur certains secteurs du département, le Conseil Régional Auvergne Rhône- Alpes a…
Aulx
L’industrie Rochias en pourparlers avec les agriculteurs
L'entreprise Rochias, spécialisée dans l'ail déshydraté, s'est récemment rapprochée de la Chambre d'agriculture du Puy-de-Dôme…
Sabine Tholoniat, présidente de la FNSEA du Puy-de-Dôme.
« Prendre à l'un pour donner à l'autre : une solution inacceptable »
Sabine Tholoniat, présidente de la FNSEA du Puy-de-Dôme, revient sur les principales annonces du plan stratégique national (PSN)…
Huit exploitations de Limagne Nord se sont équipées de sondes capacitives qui mesurent tous les 10 cm sur une profondeur totale de 60 cm, la quantité d'eau disponible pour les plantes.
Huit sondes capacitives installées en Limagne nord
La Cuma des Marais et des adhérents du CETA Val de Morge ont investi dans plusieurs sondes capacitives pour piloter au mieux leur…
« France, veux-tu encore de tes éleveurs allaitants ? »
Conjoncture, prix, travaux de filière mais aussi PAC 2023 et problématiques locales à l’ordre du jour de la section bovine du 7…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole