Aller au contenu principal

PPNU
« Il est devenu crucial d’évacuer les PPNU »

Une collecte de produits phytosanitaires non utilisables aura lieu dans le Puy-de-Dôme, du 5 au 7 décembre prochain. Le président de la Chambre d'Agriculture souligne l'intérêt d'une telle opération.

« Il s'agit, a dit Gérard Renard, d'évacuer ses PPNU en professionnel responsable désireux de respecter la réglementation, de préserver l’environnement (et le démontrer) et de sauvegarder sa santé et celle de sa famille et des salariés de l’exploitation».
Pourquoi évacuer les PPNU ?
Gérard Renard : Tout agriculteur peut avoir chez lui l’un ou l’autre de ces bidons de PPNU que nous cherchons aujourd’hui à éliminer. Il peut s’agir d’un produit dont il n’a plus l’usage ou dont l’autorisation d’emploi a été retirée, d’un fond de bidon dégradé par le gel ou pris en masse,…
L’agriculteur ne doit pas être gêné de les avoir encore en sa possession car s’il les a gardés c’est justement la preuve, qu’en entrepreneur responsable, il les a conservés plutôt que de s’en débarrasser par des voies illégales, en les brûlant par exemple.
Il est important maintenant de faire place nette et d’éliminer ces PPNU de nos exploitations , dans des conditions qui garantissent le respect de l’environnement mais peut-être surtout aussi celui de la santé des exploitants, de leurs salariés et de leur famille.
Il faut aussi donner aux agriculteurs l’opportunité d’être réglementairement couverts dans un contexte réglementaire qui s’est durci, tout particulièrement en ce qui concerne les conditions d’usage des produits phytosanitaires.

Il s’agit d’un important effort du développement agricole départemental ?
G.R. : La mise en place d’une opération de collecte départementale n’a pas été chose facile. Elle nécessite en effet un fort partenariat des organismes de développement, et en particulier de la Chambre d’Agriculture qui anime cette démarche , mais aussi des distributeurs qui doivent accepter de mobiliser leur personnel sur un certain nombre de sites du département pour réceptionner ces PPNU. Vu que l’opération doit permettre, autant que possible, aux agriculteurs de tout le département de trouver un site pas trop éloigné de chez eux, il a fallu disposer d’un grand nombre de sites ; en conséquence mobiliser un grand nombre de techniciens pour les organismes partenaires.
Nous disposions déjà de la structure de concertation avec notre partenariat au sein de Savoir Faire et Conseil. Ceci a facilité nos démarches de coordination.
La collecte est cependant gratuite pour les agriculteurs ?
G.R. : Oui , mais cela a été un réel challenge. Une telle opération est très coûteuse et nous avions la volonté de la proposer gratuitement aux agriculteurs. Les partenaires financiers ont été peu enthousiastes , mis à part l’Agence de l’Eau Loire-Bretagne et la MSA ; il reste donc une part importante des frais à notre charge et à celle des distributeurs partenaires de l’opération ; nous devons ainsi assumer à peu près tout le temps passé par les techniciens des divers organismes dans le mise en place et la tenue de cette opération.
Malgré cela l’opération est gratuite en 2006, mais s’il reste des PPNU les années suivantes, nous ne savons pas si nous pourrons encore garantir la gratuité (l’Agence de l’Eau ne s’est pas encore officiellement prononcée sur des octrois de financements pour l’année 2007 et les années suivantes).

Vous attendez donc une participation importante des agriculteurs ?
G.R. : Oui, l’enjeu réglementaire, santé, environnement est trop important pour qu’il puisse en être autrement. Si nous passons à côté de cette collecte nous ratons l’opportunité d’affirmer, au regard de tous , notre sens de la responsabilité dans notre gestion d’exploitation, le choix de nos pratiques et, dans le cas présent, dans la gestion de nos déchets. Nous devons tous ensemble informer un maximum d’agriculteurs, faire un maximum d’écho à cette opération, insister sur l’importance d’apporter les PPNU, dans le respect de la réglementation, sur des lieux habilités à les recevoir ; et faire en sorte, aussi, de toucher même ceux qui ne sont plus en activité.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Bruno Dufayet
Bruno Dufayet : « Les marchés sont porteurs, ne lâchez pas les prix sur vos fermes »
Eleveur à Mauriac dans le Cantal, Bruno Dufayet déploie la feuille de route de la Fédération nationale bovine qu’il préside, avec…
Marché du maigre et du gras, stop à l’enfumage !
 Jeudi 8 octobre, les producteurs de viande ont reçu Bruno Dufayet, président de la Fédération Nationale Bovine (FNB). Remise à l…
Cultiver l'herbe : la solution pour affronter le changement climatique
La 11ème édition de "l'Herbe de nos Montagnes" organisée à Laqueuille la semaine dernière a posé plusieurs…
Le syndicat des volailles fermières d’Auvergne vient d’intégrer le cercle très fermé des dix sponsors officiels de l’ASM Clermont-Auvergne
Les volailles fermières d’Auvergne entrent dans la mêlée
Le syndicat des volailles fermières d’Auvergne vient d’intégrer le cercle très fermé des dix sponsors officiels de l’ASM Clermont…
De gauche à droite : André Bernard, président de la chambre régionale d'agriculture PACA, David Chauve, Sébastien Windsor, président de l'APCA, Vincent Chirent et Christophe Hillairet.
« Les chambres d'agriculture doivent être innovantes »
En visite dans le Puy-de-Dôme, le président et le secrétaire général de l'Assemblée Permanente des Chambres d'Agriculture ont mis…
En Haute-Savoie, des éleveurs connectés et solidaires face au loup
  A partir de cette semaine, vos journaux agricoles d’Auvergne-Rhône-Alpes vous proposeront tous les mois, une rubrique dédiée à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole