Aller au contenu principal

EDE 63
Identification électronique des ovins et caprins

En ovin et caprin, l’identification électronique sera obligatoire pour les animaux nés après le 1er juillet 2010.

Dès la naissance, une boucle électronique est fixée à l’oreille gauche des ovins. Une boucle conventionnelle est ajoutée à l’oreille droite.

Les agneaux devront être identifiés avec un repère électronique à l'oreille gauche avant leur sortie de l'exploitation et avant l'âge de 7 jours. Un délai supplémentaire de 6 mois est prévu pour les agneaux nés en cours de transhumance et certaines races à pe­tites oreilles. Tout le cheptel ovin et caprin devra être identifié électroniquement au 1er juillet 2013.
Les caprins sont identifiés avant l'âge de 6 mois ou avant leur sortie de l'exploitation. Le premier identifiant posé est obligatoirement un repère auriculaire qu'il soit électronique ou conventionnel. Les caprins de boucherie, destinés à l'abattage avant l'âge de 12 mois (animaux dérogataires dont chevreaux) sont identifiés avec un repère auriculaire. Ce repère peut être un repère conventionnel (boucle pendentif ou tip-tag pour les animaux de moins de 4 mois destinés à l'abattage).

La boucle électronique à l'oreille gauche

La boucle électronique se fixe à l'oreille gauche des ovins avec la pince recommandée par le fabricant. S'y ajoute une boucle conventionnelle à l'oreille droite posée dans un délai de 6 mois ou avant la sortie de l'exploitation de l'animal. Il est possible de poser les deux repères à la naissance. Si les agneaux sont destinés à l'abattage avant l'âge de 12 mois, ils peuvent sortir de l'exploitation avec seulement la boucle électronique à l'oreille gauche.
Les caprins de boucherie , destinés à l'abattage avant l'âge de 12 mois (animaux dérogataires dont chevreaux) sont identifiés avec un repère auriculaire. Ce repère peut être un repère conventionnel (boucle pendentif ou tip-tag pour les animaux de moins de quatre mois destinés à l'abattage).

 

 

Une subvention de 80 centimes d'euro par boucle 

Pendant 3 ans, les pouvoirs publics au travers d'un financement du FEADER (50 %) et de l'Etat (50 %) prendront en charge 0.80 € par repère électronique pour les animaux nés après le 1er juillet 2010. Par conséquent, le surcoût de l'électronique est pris en charge par ce co-financement franco-européen en 2010.

 

 

Perte de la boucle électronique ou conventionnelle

En cas de perte de la boucle conventionnelle ou électronique, le détenteur remplace celle-ci par une nouvelle boucle conventionnelle ou électronique portant le même numéro d'identification dans les meilleurs délais.
Dans l'attente du rebouclage à l'identique, il appose sur l'animal une boucle de remplacement rouge sur laquelle il note manuellement le numéro d'identification individuel de l'animal. Ce dernier peut être envoyé à l'abattoir ainsi identifié.
En revanche, l'animal ne peut pas sortir de l'exploitation vers une autre exploitation d'élevage ou vers l'export. Ainsi, l'exploitant remplace la boucle perdue par une nouvelle boucle portant le même numéro d'identification avant toute sortie de l'exploitation vers une destination autre qu'un abattoir.

Pour toute information complémentaire, n'hésitez pas à contacter le service IPG de l'EDE au 04.73.44.46.00.

 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Le secteur du Sancy a vu sa fréquentation touristique bondir cet été.
«Les touristes ont visité l'ensemble du Sancy »
Le Sancy a été plébiscité par les touristes étrangers et locaux durant l'été. Luc Stelly, directeur de l'Office du tourisme…
Rendez-vous jeudi 24 septembre dès 9 h 30 à l’INRAE de Laqueuille (Les Fumades), inscription au 04 73 65 92 69.
11ème édition de l’Herbe de nos Montagnes, jeudi 24 septembre à l’INRAE de Laqueuille
L’Herbe de nos Montagnes illustre la dynamique entre la recherche, le développement et les agriculteurs autour du thème de l’…
Alexandre Maffre est l'un des 20 céréaliers de Limagne a produire de la luzerne pour les producteurs de Saint-nectaire.
De la luzerne de Limagne pour les producteurs AOP de montagne
Les céréaliers de Limagne cultivent de la luzerne pour les éleveurs de montagne : le projet audacieux est porté collectivement…
Déclaration de ruches - Campagne 2020
Chaque année, les apiculteurs sont invités à déclarer leurs colonies d'abeilles auprès de la DGAL du 1er septembre jusqu'au 31…
Thomas Pannetier et Stéphanie Seguin devant une rangée de tabac Brun. Variété rustique, le Brun demande peu d’eau. Il possède une haute teneur en nicotine. Son stockage et séchage sont simplifiés.
Le tabac aussi mise sur le haut de gamme
Malgré les bouleversements qui ont impacté la filière tabacole ces dernières années, les planteurs du Puy-de-Dôme et de l’Allier…
Jérôme Aubert, président de Sodiaal  section Nord  Massif central, sur son exploitation.
Sodiaal multiplie les investissements en 2019
L'assemblée générale de la section Nord Massif central de Sodiaal, statuant sur l'activité 2019, s'est tenue mercredi 9 septembre…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole