Aller au contenu principal

Innovation
Huit sondes capacitives installées en Limagne nord

La Cuma des Marais et des adhérents du CETA Val de Morge ont investi dans plusieurs sondes capacitives pour piloter au mieux leur irrigation.

Huit exploitations de Limagne Nord se sont équipées de sondes capacitives qui mesurent tous les 10 cm sur une profondeur totale de 60 cm, la quantité d'eau disponible pour les plantes.

Huit exploitations puydômoises ont récemment installé dans leurs parcelles des sondes capacitives. Contrairement aux sondes tensiomètriques, celles-ci analysent en temps réel le taux d'humidité dans le sol tous les 10 cm sur 60 cm de profondeur.

Une mesure tous les 10 cm

C'est une innovation en faveur de la gestion de l'irrigation qui vient d'arriver dans le Puy-de-Dôme. Huit sondes capacitives ont été installées dans plusieurs parcelles. Elles ont été acquises par plusieurs adhérents du CETA Val de Morge. Sept d'entre eux ont acheté les sondes via la Cuma des Marais et un autre en individuel.
La sonde capacitive de 60 cm mesure en continu l’humidité et la température du sol via ses capteurs (un tous les 10 cm de profondeur).
L’intérêt de la sonde est de déterminer l’humidité dans un volume de sol représentatif autour de chaque capteur. Grâce à un boîtier électronique, la sonde transmet les données à une plateforme numérique.
Celle-ci produit une prévision de la courbe de consommation détaillée (en % et en mm) toutes les heures sur les 3 prochains jours. Elle écrit également une préconisation d’irrigation pour cette même durée, tenant compte de tous les facteurs agronomiques et climatiques passés et à venir. Ces préconisations sont actualisées en temps réel à chaque consultation.
Certaines sondes peuvent être équipées d'un pluviomètre connecté. Chacune d'entre elles a été installée dans différentes parcelles : maïs, pommes de terre, oignons... On les retrouve sur les secteurs de Lussat, Riom jusqu'à Ennezat. Elles ont été positionnées en fonction des passages de roues et de l'enrouleur.
Prochainement, les agriculteurs ayant acquis le matériel suivront une formation pour l’utilisation de l’application et l’interprétation des données.

"Savoir quand démarrer et quand arrêter"

Les agriculteurs attendent beaucoup de cet outil. A la CUMA des Marais, l’investissement a été réalisé en commun. Les sondes ont été réparties sur le territoire de la coopérative et chaque adhérent aura accès aux informations des sondes.
" Les sondes appartiennent à la CUMA mais il y a un agriculteur attitré par matériel. C’est un investissement inédit. L'idée est qu'elles profitent à tous les adhérents " explique Christophe Cautier. Le président de la coopérative et ses adhérents attendent beaucoup de ces sondes dans le pilotage de l’irrigation. " Nos capacités d’irrigation étant limitées à cause de la ressource en eau, nous avons des difficultés à déterminer quand démarrer et arrêter l’irrigation. Si nous prenons du retard, nous ne pourrons pas le rattraper et prenons le risque d’être dans le rouge toute la saison. Ces nouvelles sondes nous permettront de connaître la réserve facilement utilisable du sol et surtout d’anticiper sa baisse. "

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

La FCO-8 s'avère inhabituellement virulente. Les éleveurs sont appelés à la vigilance.
FCO-8 : situation préoccupante au sud du Massif Central
Depuis début août, le Sud du Massif Central est concerné par des cas cliniques de Fièvre Catarrhale Ovine-sérotype 8 sur bovins…
David Chauve est éleveur dans le Puy-de-Dôme, installé avec son épouse en Gaec en production laitière.
David Chauve : « L’agriculture n’est pas un jeu. Les agriculteurs ne sont pas des pions »
Secrétaire général de la FRSEA Auvergne-Rhône-Alpes, David Chauve estime que le Gouvernement doit cesser de mener en bateau les…
En raison d'une contamination bactériologique du réseau d'eau potable, la dizaine de producteurs de Chastreix a été contrainte de suspendre la transformation fromagère.
À Chastreix, les producteurs de Saint-nectaire forcés d'être à l'arrêt
Chastreix a connu la semaine dernière une contamination bactériologique de son eau potable suspendant sa consommation et la…
Groupe d'éleveurs adhérents à Cabriol63, lors de la visite du Gaec de la ferme de la Credogne à Puy-Guillaume.
Cabriol63 : ensemble, ils vont plus loin !
En 2021, un groupe d’éleveurs caprins et ovins lait puydômois fonde Cabriol63. Depuis, de nombreuses portes s’ouvrent, avec…
Gilles Vidal (en jaune) échangeant avec Fabrice Pannekoucke et Ludovic Walbaum sur l'adaptation de la filière auvergnate face aux enjeux environnementaux et économiques.
Vendanges catastrophiques dans le 63
Dans le Puy-de-Dôme, les vendanges s’annoncent « catastrophiques » selon Gilles Vidal, président du Syndicat de l’AOC Côtes d’…
Patrick Bénézit est éleveur dans le Cantal. Il préside depuis cette année la Fédération nationale bovine.
Pourquoi l'élevage n'est pas le problème mais la solution à bien des maux ?
Après une période marquée par des attaques répétées envers l’élevage y compris au niveau de l’Etat, Patrick Bénézit, président de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole