Aller au contenu principal

Innovation
Huit sondes capacitives installées en Limagne nord

La Cuma des Marais et des adhérents du CETA Val de Morge ont investi dans plusieurs sondes capacitives pour piloter au mieux leur irrigation.

Huit exploitations de Limagne Nord se sont équipées de sondes capacitives qui mesurent tous les 10 cm sur une profondeur totale de 60 cm, la quantité d'eau disponible pour les plantes.

Huit exploitations puydômoises ont récemment installé dans leurs parcelles des sondes capacitives. Contrairement aux sondes tensiomètriques, celles-ci analysent en temps réel le taux d'humidité dans le sol tous les 10 cm sur 60 cm de profondeur.

Une mesure tous les 10 cm

C'est une innovation en faveur de la gestion de l'irrigation qui vient d'arriver dans le Puy-de-Dôme. Huit sondes capacitives ont été installées dans plusieurs parcelles. Elles ont été acquises par plusieurs adhérents du CETA Val de Morge. Sept d'entre eux ont acheté les sondes via la Cuma des Marais et un autre en individuel.
La sonde capacitive de 60 cm mesure en continu l’humidité et la température du sol via ses capteurs (un tous les 10 cm de profondeur).
L’intérêt de la sonde est de déterminer l’humidité dans un volume de sol représentatif autour de chaque capteur. Grâce à un boîtier électronique, la sonde transmet les données à une plateforme numérique.
Celle-ci produit une prévision de la courbe de consommation détaillée (en % et en mm) toutes les heures sur les 3 prochains jours. Elle écrit également une préconisation d’irrigation pour cette même durée, tenant compte de tous les facteurs agronomiques et climatiques passés et à venir. Ces préconisations sont actualisées en temps réel à chaque consultation.
Certaines sondes peuvent être équipées d'un pluviomètre connecté. Chacune d'entre elles a été installée dans différentes parcelles : maïs, pommes de terre, oignons... On les retrouve sur les secteurs de Lussat, Riom jusqu'à Ennezat. Elles ont été positionnées en fonction des passages de roues et de l'enrouleur.
Prochainement, les agriculteurs ayant acquis le matériel suivront une formation pour l’utilisation de l’application et l’interprétation des données.

"Savoir quand démarrer et quand arrêter"

Les agriculteurs attendent beaucoup de cet outil. A la CUMA des Marais, l’investissement a été réalisé en commun. Les sondes ont été réparties sur le territoire de la coopérative et chaque adhérent aura accès aux informations des sondes.
" Les sondes appartiennent à la CUMA mais il y a un agriculteur attitré par matériel. C’est un investissement inédit. L'idée est qu'elles profitent à tous les adhérents " explique Christophe Cautier. Le président de la coopérative et ses adhérents attendent beaucoup de ces sondes dans le pilotage de l’irrigation. " Nos capacités d’irrigation étant limitées à cause de la ressource en eau, nous avons des difficultés à déterminer quand démarrer et arrêter l’irrigation. Si nous prenons du retard, nous ne pourrons pas le rattraper et prenons le risque d’être dans le rouge toute la saison. Ces nouvelles sondes nous permettront de connaître la réserve facilement utilisable du sol et surtout d’anticiper sa baisse. "

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Les bâtiments agricoles ont été la cible de grêlons de la taille parfois supérieure à une balle de tennis. De nombreux dégâts sont à déplorer également sur les cultures et l'herbe.
Grêle et orages : les épisodes de trop !
Le Puy-de-Dôme a été touché le week-end de la Pentecôte par de violents orages qui ont détruit des cultures et endommagé…
Tournée calamités des Combrailles : un point de départ pour bâtir le dossier « calamités ».
Grêle : et après ?
Alors que les orages de grêle ont dévasté cultures et bâtiments le week-end de la Pentecôte, les agriculteurs éprouvés par ce…
En l'espace de 24 heures, deux vaches de Patrick Boyer ont été dépecées par les vautours dont une où la mort de l'animal n'est pas certaine avant l'intervention des charognards.
Les vautours réapparaissent près d’Égliseneuve-d'Entraigues
Les vautours fauves ont refait leur apparition dans le Puy-de-Dôme près d'Égliseneuve d'Entraigues où Patrick Boyer, éleveur de…
Lors de l’assemblée générale de la section auvergnate d’Unisylva à Brioude, la coopérative forestière est revenue sur le contexte actuel exceptionnel qui marque la première hausse significative des prix depuis plus de 30 ans.
Les marchés forestiers à des niveaux historiques
La coopérative forestière Unisylva clôture l'année 2021 sur un bilan positif grâce à un contexte exceptionnellement favorable au…
Droit à l’essai : un an de dialogue pour s’associer sur de bonnes bases
Très investies dans la structure Gaec et Sociétés, Brigitte Troucellier, agricultrice dans le Cantal et Maryse Font, agricultrice…
La journée Herbe Richesse des Combrailles a réuni une centaine de visiteurs à Villossanges.
L'herbe, une culture à part entière dans les Combrailles
Les Combrailles étaient à l'honneur la semaine dernière lors d'une journée dédiée aux cultures fourragères organisée par la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole