Aller au contenu principal

Témoignage
Hors-cadre, ils ont monté leur propre troupe ovine

Stéphane Marret et Noélie Fafournoux sont éleveurs ovins à Vollore-Ville dans le Puy-de-Dôme où, partis de rien, ils ont constitué une troupe ovine de plus de 400 têtes dont une partie est commercialisée en vente directe.

Stéphane Marret et Noélie Fafournoux ont monté ensemble leur propre troupe ovine après avoir repris une exploitation bovine à Vollore-Ville.

À Vollore-Ville dans le Puy-de-Dôme, Stéphane Marret et Noélie Fafournoux élèvent des brebis Rava dont une partie des agneaux est commercialisée en vente directe. Partis de rien, ces deux hors-cadres reconvertis s'apprêtent, en décembre prochain, à investir une toute nouvelle bergerie.

La vente directe, le bon complément

Stéphane Marret s'est installé en 2014 après avoir repris une exploitation agricole à Vollore-Ville. "J'ai repris les terrains et les bâtiments mais pas le troupeau de vaches allaitantes" explique-t-il. Le jeune éleveur acquiert une troupe ovine pour atteindre les 300 têtes. Dès lors, il s'oriente vers la vente directe. Dans un premier temps, il vend les agneaux découpés en caissettes aux particuliers puis via une association de producteurs. Avec ces derniers, ils montent un magasin de producteurs "Aux Champs", à Thiers en 2017. " Dans ce magasin, mon agneau est proposé au détail." La vente directe représente alors entre 10 et 15% de sa production. Le reste est commercialisé auprès de la coopérative Sicarev.
L'exploitation connaît un second essor en décembre 2020 avec l'installation de Noélie Fafournoux, conjointe de Stéphane. A 35 ans, elle décide de se reconvertir professionnellement ne supportant plus le travail dans un bureau : "j'avais besoin de mouvement". Elle intègre le CFPPA de Marmilhat en 2018 où elle suit un BPREA. Stéphane et Noélie augmentent encore la troupe ovine avec l'achat en 2019 de 180 brebis supplémentaires. "Nous n'avions pas le choix d'accroître notre production pour tirer deux revenus. Il ne faut pas se le cacher, la vente directe permet une très bonne valorisation des agneaux." En effet, si leur exploitation s'est développée, il en est de même de la vente directe. "La Covid et les confinements ont eu leur effet, plutôt bénéfique d'ailleurs" témoignent les deux éleveurs. Désormais, se sont 25% de leurs agneaux qui sont abattus à Ambert et vendus sous forme de caissettes aux particuliers. " Par rapport à la demande, nous pourrions faire plus mais cela nous obligerait à réduire nos ventes auprès de la coopérative avec le risque de leur livrer trop peu d'agneaux."

Poursuivre la production

Petit à petit, l'Agneau du Chignore développe son activité. En décembre prochain, le couple d'éleveurs devrait intégrer leur nouvelle bergerie de 1 100 m2 équipée d'un couloir d'alimentation central, mécanisé, et d'un couloir de service. Dans le même temps, ils souhaitent étoffer leur gamme en vente directe en proposant des produits transformés (merguez...).

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Pour Patrice Gandeboeuf, producteur laitier individuel, le Service de Remplacement est la seule solution pour partir en vacances.
"Sans le Service de remplacement 63 je ne partirais pas en vacances"
Patrice Gandeboeuf est producteur laitier individuel et chaque année il s'offre une semaine de vacances en famille grâce au…
Le changement de calcul de l’aide et la suppression de l’aide à la vache allaitante sur notre bassin naisseur peut avoir des répercussions économiques importantes pour les élevages allaitants.
La PAC changera-t-elle de cap en 2023 ?
Même si certains points méritent des clarifications, les grandes orientations de la future Pac sont désormais définies. Mais les…
Quelques parcelles d'orge et de blé ont été moissonnées dimanche dernier avant d'être stoppées par le retour de la pluie.
Les moissons se font attendre...
Après un mois de pluie l'heure des moissons approche mais l'humidité ambiante fait craindre un déclassement des récoltes. Le…
Avant le démarrage de la castration, Laurent et Pascale Favy donnent conseils et explications aux 46 jeunes présents pour ce premier jour de chantier à Beauregard l'Evêque.
Castration, le casse-tête pour dénicher de la main-d'œuvre saisonnière
Les chantiers d'écimage des maïs semences ont débuté la semaine dernière avec notamment des jeunes des Maisons de Quartier de la…
Andrée Tisserand en entretien PAI avec 2 candidats à l'installation. Céline Baudry, infirmière, et Valentin Port , ingénieur, portent un projet à deux familles de paysan boulanger et une chèvrerie.
PAI, le passage obligé pour s'installer
Andrée Tisserand, conseillère Point Accueil Installation (PAI) à la Chambre d'agriculture du Puy-de-Dôme, informe et oriente les…
Autour de Jean-Michel Cellier-Courtil, les agriculteurs bio membres de quatre GIEE ont été invités à découvrir la diversité culturale de son exploitation.
Avant les moissons, dernier Tour de plaine
Bio 63 a organisé tout au long de la campagne des "tours de plaine" chez différents producteurs bio du Puy-de-Dôme pour amener…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole