Aller au contenu principal

Agronomie
Herbe Richesse du Forez n'a pas dit son dernier mot

La plateforme Herbe Richesse du Forez à Saint-Just poursuit sa vocation en prolongeant divers essais autour de la culture de l'herbe et se diversifie vers les céréales.

La plateforme d'Herbe Richesse du Forez, implantée à Fontlobines dans le Livradois-Forez, perdure et relance des essais.

La plateforme d'essais, mise en place par la Chambre d'agriculture du Puy-de-Dôme à Fontlobines, commune de Saint-Just, dans le Livradois-Forez, poursuit sa vocation sous l'impulsion d'un groupe d'agriculteurs. Sans leur volonté commune de progression agronomique, elle serait tombée en désuétude. Les conseillers de la Chambre d'agriculture poursuivent donc leurs mesures, notamment sur la collection fourragère et le suivi des différents itinéraires techniques d'implantation de prairie. Toujours en réponse à la demande du groupe d'agriculteurs, une partie de la plateforme est aujourd'hui dédiée à la gestion de la fertilisation minérale.

Suivis des essais

La partie de la plateforme dédiée aux différents itinéraires techniques de semis perdure. Treize bandes avaient été réalisées pour évaluer l'impact des pratiques d'implantation sur la vie du sol et les résultats sur la prairie. On retrouve des bandes implantées "classiquement" avec un labour puis d'autres bandes sans labour (trois semoirs différents utilisés) avec et sans désherbage. Les conditions météorologiques de ces dernières semaines n'ont pas permis à Fontlobines (940 m d'altitude NDLR) la reprise végétative des prairies. "Le sol est encore très froid" souligne Pascale Faure, conseillère fourrage à la Chambre d'agriculture. Les observations du 29 mars sont donc succinctes et seront à compléter dans les prochains mois. Malgré tout, on observe sur les bandes n'ayant pas reçu de Roundup "une présence importante de rumex".
La collection fourragère de la plateforme demeure également. L'ensemble des 23 mélanges implantés ont pour objectif de produire du stock malgré la chaleur et des conditions séchantes. Certains sont dits "classiques", d'autres réa- lisés par des éleveurs et d'autres ont été élaborés via les méthodes Capflor® et Pépite (résistant au sec). La bibliographie et les données autour de prairies "innovantes", comptant parfois jusqu'à 10 espèces différentes, sont peu nombreuses. Leur observation sur plusieurs années permettra d'enrichir les informations et surtout de les régionaliser.

La gestion de l'azote

L'année passée, une section de la plateforme était dédiée au fractionnement des apports d'azote. Les conseillers de la Chambre d'agriculture et les agriculteurs du secteur souhaitaient observer les impacts des différentes pratiques de fertilisation minérale sur le rendement et le taux de Matière Azotée Totale (MAT) dans les fourrages.
Cette année, un essai similaire est reconduit mais il concerne la fertilisation organique et minérale. "Nous sommes sur un secteur d'élevage. Les agriculteurs s'interrogent sur la gestion de la fertilisation minérale par rapport à la fertilisation organique par lisier" explique Pascale Faure. Sur plusieurs bandes, du lisier a été appliqué avec un système pendillard et un système buse palette. Sur ces dernières, des apports minéraux seront réa- lisés avec différents dosages (120, 150, 200 U/ha ; 120 U à la première coupe et la deuxième coupe ; 200 U à la première coupe puis 120 U à la seconde). Les résultats seront connus en fin de campagne.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Une aide à l'alimentation animale est allouée aux éleveurs pour couvrir une partie de la hausse des charges à laquelle ils sont confrontés depuis l'explosion de la guerre en Ukraine.
Plan de résilience : l'aide à l'alimentation animale
Dans le cadre du plan de résilience et pour faire face à la hausse de charges d’exploitation, le gouvernement octroie aux…
Nicolas Chatard, nouveau président JA63.
Le nouveau président de JA 63 entre innovation et persévérance
Nicolas Chatard a été élu président du syndicat Jeunes Agriculteurs du Puy-de-Dôme avec une nouvelle équipe et succède ainsi à…
Le COTI du 5 mai dernier a rassemblé, à la Chambre d'agriculture du Puy-de-Dôme, la profession agricole et para-agricole, des élus locaux et l'enseignement agricole.
Installation/transmission et DJA, évolutions plus ou moins favorables
Une nouvelle DJA financée, non plus par le Feader mais par les Régions, devrait voir le jour le 1er janvier 2023 avec un montant…
Après plusieurs années d'augmentation, les effectifs de la Limousine se stabilisent en 2022.
L’Aubrac et la Limousine augmentent, la Salers se stabilise et la Charolaise décroche
Les effectifs bovins allaitants dans le Puy-de-Dôme sont en baisse chaque année mais certaines races résistent mieux que d'autres…
« Le contrat : une arme de proposition massive que doivent utiliser les éleveurs »
Alors que la décapitalisation s’accélère dans un contexte de hausse de charges sans précédent, la vente des animaux aux coûts de…
La journée de démonstration de matériel à Moureuille, le 20 avril, a attiré une trentaine de visiteurs.
La Cuma des Prés se tourne vers l’avenir
La Cuma des Prés à Moureuille compte une vingtaine d'adhérents qui ont accès à du matériel performant grâce à la collectivité.  
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole