Aller au contenu principal

FCO
Halte aux dérapages des prix des vaccins

La profession fustige la flambée du prix des vaccins Fco qui pourrait conduire les éleveurs à faire l’impasse sur la vaccination cette année.

Même si la situation française concernant la FCO reste plutôt favorable, la vaccination est recommandée.

Sur le terrain, difficile de se faire une idée précise des tarifs de vente des vaccins Fco pratiqués par les vétérinaires. Une chose est sûre pourtant, ils ont fortement augmenté par rapport à la précédente campagne. Entre 3 et 4 euros le coût unitaire du vaccin, jusqu’à 7 euros par endroit, comme le livrait un éleveur dernièrement au congrès de la Fédération nationale bovine, pour la profession la surenchère n’a que trop duré.

« A ce prix là, les moutonniers ne pourront pas vacciner » explique sans détour Michèle Boudoin, présidente de la section régionale ovine et secrétaire générale de la Fédération nationale ovine. Pour elle, l’enjeu est pourtant de taille. Il s’agit de ne pas perdre le bénéfice de la vaccination de 2010 dont a bénéficié 97 % du cheptel ovin.

Et de rappeler que la Fco a engendré en 2009 « 30 % de perte chez les éleveurs ovins ». En janvier, la profession a à nouveau dénoncé ses tarifs prohibitifs et en a appelé à la responsabilité des pouvoirs publics. Le ministre de l’Agriculture a récemment indiqué qu’il irait voir les laboratoires « pour leur demander de faire un effort sur le prix du vaccin ».

Trois nouveaux vaccins bivalents, c’est-à-dire efficaces à la fois pour lutter contre le sérotype 1 et le 8 viennent actuellement d’obtenir une autorisation de mise en marché. Ils devraient être en vente en mars. « Mais c’est dès le mois de février que les éleveurs vaccinent » insiste Michèle Boudoin, qui envisage « s’il le faut » avec la Fno d’aller chercher des vaccins en Espagne, commercialisés 1 euro pièce. « Les Espagnols peuvent sortir des vaccins à ce tarif là, je ne vois pas pourquoi les professionnels français ne peuvent pas en faire autant. Les marges énormes des vétérinaires ne sont plus tolérables ».

 

1 seul foyer en 2010

La situation française quant à la présence de Fco sur le territoire reste plutôt favorable, puisque l’année 2010 s’est terminée sur la déclaration d’un seul foyer de BTV 1 (dans les Alpes Maritimes). Mais il semble toutefois que des animaux faiblement virémiques (présence de virus dans le sang) aient été dépistés parmi les animaux régulièrement surveillés sur l’ensemble du territoire ce qui pourrait révéler une circulation virale à bas bruit.

Par ailleurs la période d’inactivité vectorielle qui avait commencé le 27 décembre a pris fin le 17 janvier, en raison du radoucissement de ce début janvier. Au niveau européen, un premier rapport de la commission fait état de 120 foyers recensés en 2010.

 

La vaccination par l’éleveur enfin reconnue

Suite à la pression des professionnels, menés en particulier par la Fngds, le ministre de l’Agriculture a annoncé, la semaine dernière, la reconnaissance de la vaccination contre la Fco par les éleveurs. Autrement dit, si l’éleveur vaccine lui-même, l’État reconnaîtra officiellement cette vaccination en cas de nouveau foyer d’infection. «Une avancée réelle», selon Michel Combes, président des Gds d’Auvergne qui précise que cette reconnaissance se fera sur présentation par l’éleveur de factures, ordonnances ou encore dans le cadre de la tenue du carnet sanitaire.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Pour Patrice Gandeboeuf, producteur laitier individuel, le Service de Remplacement est la seule solution pour partir en vacances.
"Sans le Service de remplacement 63 je ne partirais pas en vacances"
Patrice Gandeboeuf est producteur laitier individuel et chaque année il s'offre une semaine de vacances en famille grâce au…
Le changement de calcul de l’aide et la suppression de l’aide à la vache allaitante sur notre bassin naisseur peut avoir des répercussions économiques importantes pour les élevages allaitants.
La PAC changera-t-elle de cap en 2023 ?
Même si certains points méritent des clarifications, les grandes orientations de la future Pac sont désormais définies. Mais les…
Quelques parcelles d'orge et de blé ont été moissonnées dimanche dernier avant d'être stoppées par le retour de la pluie.
Les moissons se font attendre...
Après un mois de pluie l'heure des moissons approche mais l'humidité ambiante fait craindre un déclassement des récoltes. Le…
Avant le démarrage de la castration, Laurent et Pascale Favy donnent conseils et explications aux 46 jeunes présents pour ce premier jour de chantier à Beauregard l'Evêque.
Castration, le casse-tête pour dénicher de la main-d'œuvre saisonnière
Les chantiers d'écimage des maïs semences ont débuté la semaine dernière avec notamment des jeunes des Maisons de Quartier de la…
Andrée Tisserand en entretien PAI avec 2 candidats à l'installation. Céline Baudry, infirmière, et Valentin Port , ingénieur, portent un projet à deux familles de paysan boulanger et une chèvrerie.
PAI, le passage obligé pour s'installer
Andrée Tisserand, conseillère Point Accueil Installation (PAI) à la Chambre d'agriculture du Puy-de-Dôme, informe et oriente les…
Autour de Jean-Michel Cellier-Courtil, les agriculteurs bio membres de quatre GIEE ont été invités à découvrir la diversité culturale de son exploitation.
Avant les moissons, dernier Tour de plaine
Bio 63 a organisé tout au long de la campagne des "tours de plaine" chez différents producteurs bio du Puy-de-Dôme pour amener…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole