Aller au contenu principal

Innovation
Haies solaires : une première en France !

Le vendredi 14 octobre, Engie Green et l’INRAe inauguraient le projet Camelia, un démonstrateur agrivoltaïque installé à Laqueuille (63) ayant pour vocation de tester pendant 3 ans des haies solaires dans des prairies d’élevage.     

Haies solaires

Dans le contexte de la transition énergétique, Engie Green, acteur de référence des énergies renouvelables en France, explore les possibilités offertes par l’agrivoltaïsme. Depuis un an, le groupe travaille avec l’Herbipôle de l'INRAe (unité qui rassemble les installations expérimentales de ruminants en AuRA) qui a accepté d’installer sur une de ses parcelles un démonstrateur inédit en France : 9 haies composées de 252 panneaux solaires verticaux dans des prairies d’élevage bovin. Durant trois ans, les deux groupes pourront vérifier leurs prédictions concernant la production électrique et les impacts environnemental, agronomique et zootechnique de l'installation.

Éviter les pénuries de fourrages

L’INRAe étudiera l’impact de l’installation sur les prairies permanentes en termes de qualité de l’air, de tassement des sols (dû au chantier), de végétation et de comportement animal.
Pour Catherine Picon-Cochard, directrice de recherche à l’Institut, « l’intérêt de ce projet photovoltaïque réside dans sa capacité à pallier au manque de fourrage en été et à atténuer les effets de la sécheresse ».
En plus de créer une ombre favorable à l'enherbement et aux bêtes, la position verticale des panneaux arrangés en haies permet le passage des machines agricoles. Deux écartements sont testés : l’un de 12 m et l’autre de 18 m.
À terme, un seul écartement sera choisi pour être dupliqué sur les exploitations qui souhaiteront mettre en place ce système. « Chaque projet photovoltaïque doit être adapté au contexte agricole auquel il s’adosse » explique Aline Chapulliot, responsable du service nouvelles offres chez Engie, qui évoque une forte demande émanant des exploitants. Ce qui motive les agriculteurs selon la responsable, c'est la recherche de moyens pour lutter contre les aléas climatiques, valoriser leurs terrains et créer de nouveaux revenus.
Si l’installation de panneaux solaires en position verticale peut paraître contre-intuitive, Aline Chapulliot annonce un écart de production électrique minime (5 à 10% en moins) par rapport aux panneaux inclinés classiques, grâce à l’utilisation de panneaux bifaciaux (sensibles sur les deux faces). Leur orientation est-ouest leur permet de recevoir la lumière du matin et du soir, contrairement aux panneaux solaires inclinés majoritairement exposés en milieu de journée. « On fait souvent le reproche au solaire de tout envoyer au même moment sur le réseau. L’enjeu est d’injecter un nouveau profil de production, complémentaire » explique Aline Chapulliot. L’équipe technique d’Engie aura 3 ans pour apporter des ajustements à l'installation afin d'optimiser la réception de la lumière en fonction des observations réalisées sur le terrain. Au total, les haies devraient produire 100 kW/an (l’équivalent de la consommation électrique de 25 foyers moyens sur un an).

L’altitude, propice au solaire

Pour qu’un panneau solaire produise de l’électricité, seule la lumière compte. Paradoxalement, plus la chaleur est élevée, moins le panneau produira d'électricité. Avec ses températures modérées en été, la montagne représente donc un terrain favorable à l’implantation de projets photovoltaïques. C’est pourquoi le site de Laqueuille, situé à 1 000 mètres d’altitude, est particulièrement adapté pour le démonstrateur.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Le jeu "La Grange" est une représentation simplifiée d'un territoire d'élevage. Son objectif est la co-construction par les joueurs d'une grange qu'ils devront faire évoluer au fil du temps, des contraintes et des souhaits partagés.
GAMAE : des jeux sérieux pour répondre à de sérieux enjeux
L’INRAE présente GAMAE, la première plateforme française de ressources scientifiques et techniques dédiée aux « jeux sérieux »…
Co-président du concours, Jean-Claude Faure est éleveur de charolaises au sein du GAEC des Deux villages et conseiller municipal de la commune.
Ce week-end a lieu le 35ème concours charolais de St-Gervais
La 35ème édition du concours interdépartemental charolais de Saint-Gervais d’Auvergne aura lieu les 5 et 6 novembre…
Sécheresse plans de maïs
Le département du Puy-de-Dôme reconnu pour les calamités agricoles
Une partie du Puy-de-Dôme reconnue au titre des calamités agricoles avec 158 communes concernées. Les demandes d'indemnisation…
Bâtiment d'élevage
Visites de bâtiments : une étape cruciale
Les portes ouvertes bâtiments, organisées par l’EDE et la Chambre d’agriculture du Puy-de-Dôme, auront lieu les 8, 9 et 18…
Durant la période qui précède la reprise de l’exploitation, Sylvain investit l’argent qu’il gagne dans son futur cheptel de vaches Aubrac.
Une transmission hors-cadre familial réussie !
Jean-Louis Lescure, exploitant retraité depuis octobre 2021, a eu la chance de trouver un jeune repreneur pour son exploitation.…
Méthaniseur
Méthanisation : solution d’avenir en milieu agricole
Bertrand Duprat, agriculteur méthaniseur et vice-président de l’association des agriculteurs méthaniseurs de France (AAMF),…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole