Aller au contenu principal

Agroalimentaire
Guillaume Garot promet des adaptations

Le ministre délégué chargé de l’Agroalimentaire a annoncé lundi à l’occasion d’un déplacement en Auvergne, la révision des règles qui régissent les relations entre producteurs transformateurs et grande distribution.

De gauche à droite : Jean-Claude Guillon, président de l’URIAA, Eric Delzant, préfet de Région et Guillaume Garot, ministre délégué en charge de l’Agroalimentaire.

La restitution des rencontres régionales pour l’avenir de l’agroalimentaire et du bois s’est déroulée, lundi, sur le site de VetagroSup, en présence du ministre délégué chargé de l’agroalimentaire. Attentif aux conclusions des divers groupes de travail, Guillaume Garot est revenu à plusieurs reprises sur les relations entre producteurs, transformateurs et grande distribution, qui doivent, selon lui, être modifiées.

D’ici l’été, le ministre a annoncé que la loi de modernisation de l’économie devrait être adaptée. « Deux points vont être révisés : le plan d’affaires qui donne un cadre aux prix, aux volumes, aux promotions, fixe une durée et l’accord cadre du 3 mai 2011 permettant de tenir compte de la volatilité des prix », a précisé Guil- laume Garot. Pour l’accord du 3mai, il s’agit de préciser ses conditions d’application « en donnant un terme aux négociations». Prudent face à ses annonces, le président de la Fnsea Auvergne, Patrick Escure a souhaité ramener le débat à la réalité quotidienne des producteurs :

« Jusqu’à maintenant, les lois qui ont été retouchées ont, au final, donné des résultats pire qu’avant». Et d’estimer qu’au sein des filières, « les producteurs ont l’impression d’être considérés comme des problèmes et non comme des opportunités ».

« J’ai peur, qu’à court terme, nous soyons en sous-production », a souligné Danielle Chemelle, président de la coopérative de viande Sicaba. Pour Patrick Escure, «s’il n’y a pas de revenus du côté des producteurs, les entreprises seront en difficulté ».

Une PAC plus juste

Message bien reçu par le ministre qui a insisté sur la complémentarité : « il n’y a pas d’industrie s’il n’y a pas de production et inversement ». Face au risque de « végétalisation » de certaines régions d’élevage, Guillaume Garot en appelle à la PAC « qui doit être plus juste en particulier au bénéfice de l’élevage. La majoration des cinquante premiers hectares est fondamentale ».

Avant fin avril, le ministre a annoncé la mise en place d’une nouvelle stratégie, notamment commerciale pour la filière porcine.

De manière plus transversale, la question des financements a bien évidemment été largement abordée. Le crédit d’impôt recherche pourrait ainsi être élargi aux dépenses d’innovations des PME, y compris travaillant dans l’agroalimentaire. Il est par ailleurs prévu que les soutiens de la banque publique d’investissement, qui disposera d’un encours global de 40 milliards d’euros, soient adaptés aux besoins spécifiques des industries agroalimentaires et forestières, au nom d’une réalité : « on ne finance pas des projets d’entreprises travaillant sur du vivant comme on financerait une start-up du numérique !»

Ecotaxe : « le pragmatisme sera la règle »

Face aux vives inquiétudes suscitées par la mise en place de l’écotaxe, qui pourraient faire perdre encore davantage de compétitivité aux entreprises de l’agroalimentaire et forestière, en particulier en Auvergne où les coûts de collecte sont plus élevés, Guillaume Garot s’est voulu rassurant : « Cette écotaxe a vocation à financer la modernisation du réseau routier interrégional et national. Le réseau départemental n’est pas concerné. Nous serons pragmatiques dans sa mise en place en tenant compte des spécificités et de la réalité des territoires ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Alexandre Maffre est l'un des 20 céréaliers de Limagne a produire de la luzerne pour les producteurs de Saint-nectaire.
De la luzerne de Limagne pour les producteurs AOP de montagne
Les céréaliers de Limagne cultivent de la luzerne pour les éleveurs de montagne : le projet audacieux est porté collectivement…
Le secteur du Sancy a vu sa fréquentation touristique bondir cet été.
«Les touristes ont visité l'ensemble du Sancy »
Le Sancy a été plébiscité par les touristes étrangers et locaux durant l'été. Luc Stelly, directeur de l'Office du tourisme…
Rendez-vous jeudi 24 septembre dès 9 h 30 à l’INRAE de Laqueuille (Les Fumades), inscription au 04 73 65 92 69.
11ème édition de l’Herbe de nos Montagnes, jeudi 24 septembre à l’INRAE de Laqueuille
L’Herbe de nos Montagnes illustre la dynamique entre la recherche, le développement et les agriculteurs autour du thème de l’…
Déclaration de ruches - Campagne 2020
Chaque année, les apiculteurs sont invités à déclarer leurs colonies d'abeilles auprès de la DGAL du 1er septembre jusqu'au 31…
Jérôme Aubert, président de Sodiaal  section Nord  Massif central, sur son exploitation.
Sodiaal multiplie les investissements en 2019
L'assemblée générale de la section Nord Massif central de Sodiaal, statuant sur l'activité 2019, s'est tenue mercredi 9 septembre…
Thomas Pannetier et Stéphanie Seguin devant une rangée de tabac Brun. Variété rustique, le Brun demande peu d’eau. Il possède une haute teneur en nicotine. Son stockage et séchage sont simplifiés.
Le tabac aussi mise sur le haut de gamme
Malgré les bouleversements qui ont impacté la filière tabacole ces dernières années, les planteurs du Puy-de-Dôme et de l’Allier…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole