Aller au contenu principal

INTEMPERIES
Grêle : et après ?

Alors que les orages de grêle ont dévasté cultures et bâtiments le week-end de la Pentecôte, les agriculteurs éprouvés par ce nouvel aléa ont besoin de réponses.

Tournée calamités des Combrailles : un point de départ pour bâtir le dossier « calamités ».

Une large frange du département a subi des dégâts de grêle importants : toitures, matériel, fourrages sur pied et stockés, cultures ont été endommagés sur les Combrailles, le nord du département et les secteurs de Puy-Guillaume, Thiers, et Orcines. Que faire après avoir établi le constat ? Comment limiter l’ampleur des dégâts ?

Une « tournée calamités » pour débuter le processus de classement

Mercredi 8 juin dernier, deux tournées « calamités » en présence de la Chambre d’Agriculture et de la DDT ont été conduites sur les secteurs les plus touchés. De part et d’autre du département, même constat, « mes bâtiments sont tous détruits, mes prairies de fauche sont complètement grêlées, quant aux céréales, il ne reste plus rien », confie Jérémy Lamadon, éleveur à St-Priest-des-Champs ; dont le village a été bien impacté avec des dégâts également dans les maisons d’habitation. Les agents de la DDT reconnaissent l’importance des dégâts et vont débuter les expertises : « la tournée calamités est un point de départ à l’étude des dossiers calamités pour évaluer les pertes et bâtir une demande d’indemnisation étudiée en Commission nationale de gestion des risques agricoles. Il peut y avoir deux types de dossiers : les pertes de récolte pour ce qui n’est pas assurable et les pertes de fonds, qui correspondent à des dégradations des moyens de production ».

Des inquiétudes fortes et des interrogations

« J’ai ensilé mes céréales, sans trop bien savoir ce que cela pourrait donner », explique Yoann Chaffreix, éleveur à Biollet. Comme lui, les agriculteurs ne savent plus comment reprendre au mieux les cultures et fourrages, pour éviter d’alourdir encore les pertes. Pascale Faure, conseillère fourrages à la Chambre d’Agriculture, conseille de « faucher pour sortir l’herbe au plus vite des parcelles et permettre une nouvelle repousse ». Quant aux cultures, il faut bien sûr juger en fonction des pertes, mais ressemer rapidement peut-être judicieux. Les éleveurs sont inquiets « on a l’impression d’enchaîner les aléas, le sec, la grêle,… il y a toutes les années quelque chose de travers ! », s’exclame un agriculteur.

Des craintes sur les délais

Les agriculteurs soulignent la présence des assureurs, qui ont ouvert exceptionnellement pour déclarer les sinistres. « Les experts ont commencé de passer, mais comment seront indemnisés nos bâtiments couverts en fibrociment, comment allons-nous faire pour désamianter puis recouvrir d’ici cet hiver avec les pénuries de main- d’œuvre et de matériaux que nous connaissons ? » s’interrogent-ils. Aussi, beaucoup ont des bâtiments âgés, et « recouvrir à neuf peut être selon les garanties d’assurance un surcoût important pour les exploitations, sans produits d’exploitation pour les financer ! A cela s’ajoute les frais de rachat d’aliments, de fourrages, de paille… C’est une charge financière conséquente sans parler du moral qui est aussi entamé de voir son travail saccagé en une dizaine de minutes », explique Richard Randanne, membre du bureau FNSEA 63. 
A l’heure où nous bouclons le journal, une réunion d’informations est prévue sur les secteurs impactés, pour revenir sur les précautions à prendre concernant les assurances, la PAC,… Le Conseil régional a validé un accompagnement des exploitations sinistrées, tant sur un volet matériel (bâches…) que financier. « Mais il faut aussi un accompagnement rapide pour ceux qui ont perdu leurs récoltes passées et à venir », rappelle l’un des agriculteurs.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Les bâtiments agricoles ont été la cible de grêlons de la taille parfois supérieure à une balle de tennis. De nombreux dégâts sont à déplorer également sur les cultures et l'herbe.
Grêle et orages : les épisodes de trop !
Le Puy-de-Dôme a été touché le week-end de la Pentecôte par de violents orages qui ont détruit des cultures et endommagé…
Tournée calamités des Combrailles : un point de départ pour bâtir le dossier « calamités ».
Grêle : et après ?
Alors que les orages de grêle ont dévasté cultures et bâtiments le week-end de la Pentecôte, les agriculteurs éprouvés par ce…
Lors de l’assemblée générale de la section auvergnate d’Unisylva à Brioude, la coopérative forestière est revenue sur le contexte actuel exceptionnel qui marque la première hausse significative des prix depuis plus de 30 ans.
Les marchés forestiers à des niveaux historiques
La coopérative forestière Unisylva clôture l'année 2021 sur un bilan positif grâce à un contexte exceptionnellement favorable au…
En l'espace de 24 heures, deux vaches de Patrick Boyer ont été dépecées par les vautours dont une où la mort de l'animal n'est pas certaine avant l'intervention des charognards.
Les vautours réapparaissent près d’Égliseneuve-d'Entraigues
Les vautours fauves ont refait leur apparition dans le Puy-de-Dôme près d'Égliseneuve d'Entraigues où Patrick Boyer, éleveur de…
Droit à l’essai : un an de dialogue pour s’associer sur de bonnes bases
Très investies dans la structure Gaec et Sociétés, Brigitte Troucellier, agricultrice dans le Cantal et Maryse Font, agricultrice…
La journée Herbe Richesse des Combrailles a réuni une centaine de visiteurs à Villossanges.
L'herbe, une culture à part entière dans les Combrailles
Les Combrailles étaient à l'honneur la semaine dernière lors d'une journée dédiée aux cultures fourragères organisée par la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole