Aller au contenu principal

Loi Egalim 2
Grégory Besson-Moreau : « Les agriculteurs ne seront plus les victimes de la guerre des prix »

Le Parlement a adopté définitivement jeudi dernier, par un ultime vote du Sénat, de « nouvelles règles du jeu » pour protéger la rémunération des agriculteurs dans les relations commerciales avec industriels et distributeurs. Le point sur cette loi Egalim 2 avec son rapporteur Grégory Besson-Moreau (LREM).

Grégory Besson-Moreau

Pourquoi avez-vous choisi de vous emparez du sujet agricole en général et de la rémunération des producteurs en particulier dès votre élection en 2017 ?

Grégory Besson-Moreau : Je suis élu d’un territoire rural dans l’Aube. Même si je ne suis pas moi-même issu du monde agricole, j’ai une affinité particulière avec ces gens de la terre. J’apprécie leur rudesse, leur franchise, leur bon sens, leur loyauté. Mais leur confiance se mérite, et une fois le contact noué, les postures écartées, j’ai pu travailler très concrètement avec la FDSEA et son président Joël Hospital, qui est devenu un ami, puis avec les syndicats nationaux dans le cadre de la loi Egalim 2.

La loi Egalim 1 n’était-elle selon vous pas suffisamment abouti qu’il faille la consolider par un second volet ?

 G.B.M. : Egalim 1 n’est pas une mauvaise loi mais elle n’allait pas assez loin dans l’objectif d’une meilleure rémunération des producteurs. Nous avons créé à la demande des différents syndicats agricoles davantage d’outils : indicateurs de coûts de production, possibilité de se regrouper en organisation de producteurs, contractualisation…Mais l’erreur a été de penser que séparément ces outils seraient suffisants. Il fallait un lien, un chef d’orchestre pour faire fonctionner ces outils entre eux. A l’issue d’une commission d’enquête sur les relations commerciales, nous avons constaté avec Thierry Benoît (ndlr : député d’Ille-et-Vilaine UDI) que personne n’utilisait ces outils, et que l’argent ne redescendait pas dans les cours de ferme. Notre rapport issu de cette commission d’enquête, organisée à huis-clos et sous X, c’est dire le caractère sensible du sujet, a démontré que la loi de modernisation de l’économie (LME) avait été profondément néfaste au ruissèlement. En permettant de faire tout et n’importe quoi, de négocier à outrance, cette loi a placé les acteurs de l’amont en difficulté.

De manière très concrète, quelles sont les principales avancées de la loi Egalim 2. Seront-elles suffisantes pour mettre un coup d’arrêt à la guerre des prix ?

G.B.M. : La guerre des prix, ce n’est pas mon problème. En revanche, que les agriculteurs en soient les victimes, je ne l’admets pas. C’est pourquoi nous nous sommes battus pour introduire plusieurs garde-fous gage de transparence et de régulation. Premièrement, la loi prévoit de généraliser les contrats écrits entre l'agriculteur et l'entreprise qui va transformer ses produits, sur trois ans minimum, en tenant compte des coûts de production. Et de rendre non négociable, entre l'industriel et le distributeur, la part du prix correspondant au coût des matières premières agricoles. Selon la volonté des sénateurs, ce principe de non‑négociabilité s'appliquera à tous les produits alimentaires, indépendamment du volume des différents ingrédients, et y compris pour les produits alimentaires vendus sous marque de distributeur. Deuxièmement, la commission mixte parlementaire a également validé le principe d'une expérimentation pour exclure certaines filières de fruits et légumes du relèvement du seuil de revente à perte mis en œuvre depuis Egalim 1. Enfin, la loi prévoit de rendre obligatoire l'indication du pays d'origine pour les produits agricoles et alimentaires. Ce sont des avancées considérables qui vont, nous l’espérons, permettre de remettre de l’équilibre et de la transparence entre tous les acteurs des filières, là où régnait déséquilibre, défiance et opacité.

 

Agé de 39 ans, Grégory Besson-Moreau a d’abord travaillé dans plusieurs grandes entreprises d’installations électriques, avant de créer en 2005 son bureau d’études. En 2015, il fonde la société Énergie IP, une start-up spécialisée dans le domaine du bâtiment et des objets connectés. L’entreprise conçoit des équipements permettant à des appareils ordinaires d’immeubles de bureaux, d’hôtels ou d’hôpitaux, d’être connectés afin de recevoir des données et d’être alimentés en énergie.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Une aide à l'alimentation animale est allouée aux éleveurs pour couvrir une partie de la hausse des charges à laquelle ils sont confrontés depuis l'explosion de la guerre en Ukraine.
Plan de résilience : l'aide à l'alimentation animale
Dans le cadre du plan de résilience et pour faire face à la hausse de charges d’exploitation, le gouvernement octroie aux…
Nicolas Chatard, nouveau président JA63.
Le nouveau président de JA 63 entre innovation et persévérance
Nicolas Chatard a été élu président du syndicat Jeunes Agriculteurs du Puy-de-Dôme avec une nouvelle équipe et succède ainsi à…
Le COTI du 5 mai dernier a rassemblé, à la Chambre d'agriculture du Puy-de-Dôme, la profession agricole et para-agricole, des élus locaux et l'enseignement agricole.
Installation/transmission et DJA, évolutions plus ou moins favorables
Une nouvelle DJA financée, non plus par le Feader mais par les Régions, devrait voir le jour le 1er janvier 2023 avec un montant…
Après plusieurs années d'augmentation, les effectifs de la Limousine se stabilisent en 2022.
L’Aubrac et la Limousine augmentent, la Salers se stabilise et la Charolaise décroche
Les effectifs bovins allaitants dans le Puy-de-Dôme sont en baisse chaque année mais certaines races résistent mieux que d'autres…
« Le contrat : une arme de proposition massive que doivent utiliser les éleveurs »
Alors que la décapitalisation s’accélère dans un contexte de hausse de charges sans précédent, la vente des animaux aux coûts de…
La journée de démonstration de matériel à Moureuille, le 20 avril, a attiré une trentaine de visiteurs.
La Cuma des Prés se tourne vers l’avenir
La Cuma des Prés à Moureuille compte une vingtaine d'adhérents qui ont accès à du matériel performant grâce à la collectivité.  
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole