Aller au contenu principal

SOCAVIAC
Fusion actée entre la section ovine de Socaviac et Copagno

Les deux coopératives, Copagno et Socaviac section ovine, travaillaient ensemble depuis longtemps. Elles ont désormais fusionné.

Bertrand Laboisse, président de Socaviac et Michel Millot, directeur

Sérénité et confiance. C’est dans cet état d’esprit que la section ovine de Socaviac abordait la fusion programmée avec la Coopérative des producteurs ovins d’Auvergne (Copagno). «Cette fusion proposée par la section ovine de Socaviac est, en réalité, l’aboutissement d’un parcours commun», explique Éric Duboulet, président de la section ovine de la Socaviac. En effet, depuis le début des relations en 2008 engendrant la création d’une union de service traduite en 2009 par la mise en commun des moyens (logistique, commerce…) jusqu’au renforcement des échanges par la mise en place de deux pôles d’allotements (un pôle hébergé à Villefranche-d’Allier et un pôle rustique à Saint-Beauzire (43), les deux structures ont eu le temps de se fréquenter. «À travers cette fusion avec Copagno, notre OP (organisation professionnelle) ovine retrouve une conformité économique dans une dynamique et un optimisme qui je l’espère maintiendra voir même développera cet élevage ovin, fleuron de nos régions», résume Bertrand Laboisse, président de Socaviac. Et d’ajouter que «2012 sera l’année de la construction d’un pôle ovin dans «Feder», union de coopératives (voir encadré).

 

119 000 bêtes traitées en 2011 par l’union Copagno/Socaviac

Les deux coop’ n’en étaient donc pas à leur premier flirt avant de s’unir pour de bon. Pour preuve, en 2011, l’union Copagno-Socaviac a traité 119 788 bêtes, soit une hausse de 1,7 % par rapport à 2010. Copagno récupère les 58 éleveurs qui adhéraient à Socaviac en plus de ses 450 adhérents propres. «Cette fusion entraîne logiquement des modifications de statut», note Henry Tamain, directeur de Copagno. L’engagement passe ainsi de trois à cinq ans. Autre changement pour les adhérents qui deviennent, de fait, adhérents à l’OP de Copagno : ils doivent commercialiser au moins

75 % de leur production via la coopérative ovine. Cette décision entraîne également une modification des zones, Copagno qui regroupe ses adhérents sur les quatre départements auvergnats, intègre désormais les adhérents de la Creuse et du Cher et a formulé une demande d’extension à la Loire. Une initiative saluée par Yannick Martinet, président de la Commission élevage à la Chambre d’Agriculture de l’Allier. Pour être complètement finalisée, cette fusion a été actée à effet rétroactif au 1er janvier 2012 lors des deux assemblées générales extraordinaires. Socaviac garde un pied dans la filière ovine puisque trois de ses administrateurs deviennent membres du conseil d’administration de Copagno.

 

Création de feder (Union de coopératives avec global et Epis centre)

Dernier point abordé devant les adhérents de Socaviac, la création (1er mars 2012) de l’union de coopératives Feder qui regroupe Socaviac, Global et Epis-centre. Ce «projet ambitieux» présidé par Bertrand Laboisse et dirigé par Michel Millot regroupe 4 500 élevages pour 210 000 bovins et 170 000 ovins commercialisés. Feder emploie 200 collaborateurs basés dans huit centres d’allotement en Auvergne, Bourgogne et Champagne-Ardenne. «Avec Feder et au terme de cette année, nous deviendrons un des leaders français du modèle coopératif dans la sphère du marché de l’élevage bovin et ovin (210 000 bovins et 60 000 ovins caprins). Notre volonté d’ouverture et notre désir d’accueillir a suscité, chez certains amis coopérateurs, de l’intérêt pour venir nous rejoindre au sein de cette nouvelle entité et ceux-ci ont compris aussi toute l’importance de se regrouper tout en gardant la légitimité de nos coopératives respectives», conclut Bertrand Laboisse.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Le secteur du Sancy a vu sa fréquentation touristique bondir cet été.
«Les touristes ont visité l'ensemble du Sancy »
Le Sancy a été plébiscité par les touristes étrangers et locaux durant l'été. Luc Stelly, directeur de l'Office du tourisme…
Rendez-vous jeudi 24 septembre dès 9 h 30 à l’INRAE de Laqueuille (Les Fumades), inscription au 04 73 65 92 69.
11ème édition de l’Herbe de nos Montagnes, jeudi 24 septembre à l’INRAE de Laqueuille
L’Herbe de nos Montagnes illustre la dynamique entre la recherche, le développement et les agriculteurs autour du thème de l’…
Alexandre Maffre est l'un des 20 céréaliers de Limagne a produire de la luzerne pour les producteurs de Saint-nectaire.
De la luzerne de Limagne pour les producteurs AOP de montagne
Les céréaliers de Limagne cultivent de la luzerne pour les éleveurs de montagne : le projet audacieux est porté collectivement…
Déclaration de ruches - Campagne 2020
Chaque année, les apiculteurs sont invités à déclarer leurs colonies d'abeilles auprès de la DGAL du 1er septembre jusqu'au 31…
Jérôme Aubert, président de Sodiaal  section Nord  Massif central, sur son exploitation.
Sodiaal multiplie les investissements en 2019
L'assemblée générale de la section Nord Massif central de Sodiaal, statuant sur l'activité 2019, s'est tenue mercredi 9 septembre…
Thomas Pannetier et Stéphanie Seguin devant une rangée de tabac Brun. Variété rustique, le Brun demande peu d’eau. Il possède une haute teneur en nicotine. Son stockage et séchage sont simplifiés.
Le tabac aussi mise sur le haut de gamme
Malgré les bouleversements qui ont impacté la filière tabacole ces dernières années, les planteurs du Puy-de-Dôme et de l’Allier…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole