Aller au contenu principal

SYNDICALISME
FRSEA : Une assemblée générale entre fierté et inquiétude

La FRSEA AuRA a tenu son assemblée générale le 4 juillet, en présence des représentants de la Draaf, de la chambre régionale d’agriculture, des Jeunes agriculteurs et de l’Institut de l’élevage. Les débats ont tourné autour de l’avenir de l’élevage ruminant.

De gauche à droite : Bruno Ferreira, directeur de la Draaf, et Michel Joux, président de la FRSEA.

Comme chaque année, la FRSEA Auvergne-Rhône-Alpes a convié ses adhérents à son assemblée générale, organisée ce lundi 4 juillet à la MFR de Chessy-les-Mines (Rhône). Passée la partie statutaire de la matinée, les échanges ont repris à 14 h en présence d’une assistance garnie. Le mot introductif est revenu à Michel Joux, président de la FRSEA Auvergne-Rhône-Alpes. « Nous avons une agriculture exceptionnelle mais elle a deux faiblesses : sa faible rentabilité et le manque de reconnaissance sociétale », a-t-il martelé, enjoignant Bruno Ferreira, nouveau directeur de la Draaf Auvergne-Rhône-Alpes, à « revenir à des bases fondamentales pour pouvoir continuer de produire ».
David Chauve, secrétaire général de la FRSEA AuRA, a lui insisté sur le dossier de la gestion des risques, avec « des seuils qui doivent tenir la route » pour cesser d’avoir « une épée de Damoclès au-dessus de la tête ».
Un film retraçant l’année écoulée du réseau syndical régional a ensuite été projeté. L’occasion notamment de revenir sur les deux grandes mobilisations en région, mais aussi sur les principales avancées obtenues grâce à la mobilisation syndicale : la loi Egalim 2, l’enveloppe agricole du plan France Relance, le Varenne de l’eau ou la nouvelle méthode de comptage des loups.

L’élevage ruminant doit se réinventer

La parole a ensuite été laissée à Eva Groshens de l’Institut de l’élevage, pour une présentation sur le thème « Montrer les atouts d’un élevage ruminant controversé ». Dans une région où 70 % de la surface agricole utile est composée de prairies, l’enjeu est de taille. Après une grosse capitalisation entre 2013 et 2016, la filière bovin allaitant est frappée depuis plusieurs années par une inquiétante décapitalisation. « Cette décapitalisation s’explique par des moteurs démographiques mais aussi par un contexte économique défavorable et une mission nourricière qui n’est plus assez estimée », relève Eva Groshens. Les échanges ont d’ailleurs porté sur les nouvelles attentes sociétales, et sur l’affrontement qui s’est aujourd’hui engagé entre le monde de l’élevage et une partie du monde associatif anti-élevage. Pour Eva Groshens, il est important de « prendre en compte un changement des modes de consommation de la viande ». En effet, si la part de végétariens reste stable, autour de 2 %, 14 % des « carnivores » déclarent envisager de cesser leur consommation de viande, et 18 % de la diminuer. Des études menées par l’Institut de l’élevage ont démontré que les nouvelles attentes des consommateurs concernent l’augmentation de la part de bio, le renforcement de la sécurité alimentaire, le bien-être animal et l’accès au plein-air. « Ils veulent être rassurés sur leur consommation de viande », a résumé Eva Groshens.

La problématique du revenu

« Le problème reste toujours le revenu : avec suffisamment de revenu, nous serions en mesure de faire différemment », a réagi Cédric Tranquard, président de la FRSEA Nouvelle-Aquitaine invité à cette assemblée générale. Des propos qui faisaient écho à ceux de Bruno Le Maire qui, ce lundi matin, proposait d’élever le seuil de promotions en GMS de 34 à 50 %. Si le directeur de la Draaf Auvergne-Rhône-Alpes, Bruno Ferreira, a promis de faire remonter le mécontentement du monde agricole, il a assuré que la protection du revenu des agriculteurs restait la première des priorités du Gouvernement, de même que l’aboutissement du dispositif sur la gestion des risques. Le sujet de la communication du monde agricole a aussi été évoqué par Jocelyn Dubost, nouveau président des Jeunes agriculteurs Auvergne-Rhône-Alpes, qu’il considère comme « le combat des métiers de demain ». Sur ce type de sujets, Gilbert Guignand a souligné la chance de disposer en Auvergne-Rhône-Alpes d’une chambre régionale d’agriculture, d’une FRSEA et de Jeunes agriculteurs « sur la même ligne politique ». Pour conclure comme il se doit cette assemblée générale, les participants ont été conviés à partager un verre dans un esprit convivial, pour oublier le temps d’un instant un contexte des plus tendus pour le monde agricole.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

De gauche à droite : Laurine Rousset, présidente JA43, Eric Richard, président de la section laitière FDSEA43, Stéphane Joandel, président de la section laitière régionale, Vincent  Chirent, producteur de lait 63 et Sabine Tholoniat, présidente de la FNSEA63 ont procédé à une  vérification des prix du lait au supermarché E.Leclerc à Clermont-Ferrand
Les producteurs revendiquent 500 €/1000 litres de lait
Dans un contexte de flambée des prix et de sécheresse sans précédent, les responsables professionnels de la région demandent à la…
Les agriculteurs investissent dans le matériel économe en eau.
Comité départemental de l’eau : un renforcement des mesures de restriction

Le secrétaire général de la préfecture a réuni le Comité départemental de l’eau le 19 juillet afin d’échanger sur la situation…

L’Axe Allier passe en alerte renforcée
A l’issue du Comité départemental de l’eau (CDE) du 9 août, le Préfet a pris le 5ème arrêté de restriction des usages…
Jérôme Aubert, président de Sodiaal Massif central est venu à la rencontre des producteurs de lait.
Les producteurs de lait toujours dans l’incertitude
Le jeudi 4 août, les producteurs de lait puydômois ont mené une action devant les bureaux de Sodiaal à Clermont- Ferrand avant d'…
Durant les fortes chaleurs, les équipes de castration sont intervenues dans les champs le matin.
Les castrations sur la fin
La castration des maïs semence arrive bientôt à son terme après près d'un mois de travaux mais les fortes chaleurs laissent…
En marron, les communes classées en zone de montagne et qui bénéficient d'une majoration supplémentaire de 15%.
La récupération des eaux pluviales financée
L'Agence de l'Eau Loire-Bretagne double l'enveloppe financière de son appel à projets "économies d'eau dans les élevages" pour…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole