Aller au contenu principal

SYNDICALISME
FRSEA : Une assemblée générale entre fierté et inquiétude

La FRSEA AuRA a tenu son assemblée générale le 4 juillet, en présence des représentants de la Draaf, de la chambre régionale d’agriculture, des Jeunes agriculteurs et de l’Institut de l’élevage. Les débats ont tourné autour de l’avenir de l’élevage ruminant.

De gauche à droite : Bruno Ferreira, directeur de la Draaf, et Michel Joux, président de la FRSEA.

Comme chaque année, la FRSEA Auvergne-Rhône-Alpes a convié ses adhérents à son assemblée générale, organisée ce lundi 4 juillet à la MFR de Chessy-les-Mines (Rhône). Passée la partie statutaire de la matinée, les échanges ont repris à 14 h en présence d’une assistance garnie. Le mot introductif est revenu à Michel Joux, président de la FRSEA Auvergne-Rhône-Alpes. « Nous avons une agriculture exceptionnelle mais elle a deux faiblesses : sa faible rentabilité et le manque de reconnaissance sociétale », a-t-il martelé, enjoignant Bruno Ferreira, nouveau directeur de la Draaf Auvergne-Rhône-Alpes, à « revenir à des bases fondamentales pour pouvoir continuer de produire ».
David Chauve, secrétaire général de la FRSEA AuRA, a lui insisté sur le dossier de la gestion des risques, avec « des seuils qui doivent tenir la route » pour cesser d’avoir « une épée de Damoclès au-dessus de la tête ».
Un film retraçant l’année écoulée du réseau syndical régional a ensuite été projeté. L’occasion notamment de revenir sur les deux grandes mobilisations en région, mais aussi sur les principales avancées obtenues grâce à la mobilisation syndicale : la loi Egalim 2, l’enveloppe agricole du plan France Relance, le Varenne de l’eau ou la nouvelle méthode de comptage des loups.

L’élevage ruminant doit se réinventer

La parole a ensuite été laissée à Eva Groshens de l’Institut de l’élevage, pour une présentation sur le thème « Montrer les atouts d’un élevage ruminant controversé ». Dans une région où 70 % de la surface agricole utile est composée de prairies, l’enjeu est de taille. Après une grosse capitalisation entre 2013 et 2016, la filière bovin allaitant est frappée depuis plusieurs années par une inquiétante décapitalisation. « Cette décapitalisation s’explique par des moteurs démographiques mais aussi par un contexte économique défavorable et une mission nourricière qui n’est plus assez estimée », relève Eva Groshens. Les échanges ont d’ailleurs porté sur les nouvelles attentes sociétales, et sur l’affrontement qui s’est aujourd’hui engagé entre le monde de l’élevage et une partie du monde associatif anti-élevage. Pour Eva Groshens, il est important de « prendre en compte un changement des modes de consommation de la viande ». En effet, si la part de végétariens reste stable, autour de 2 %, 14 % des « carnivores » déclarent envisager de cesser leur consommation de viande, et 18 % de la diminuer. Des études menées par l’Institut de l’élevage ont démontré que les nouvelles attentes des consommateurs concernent l’augmentation de la part de bio, le renforcement de la sécurité alimentaire, le bien-être animal et l’accès au plein-air. « Ils veulent être rassurés sur leur consommation de viande », a résumé Eva Groshens.

La problématique du revenu

« Le problème reste toujours le revenu : avec suffisamment de revenu, nous serions en mesure de faire différemment », a réagi Cédric Tranquard, président de la FRSEA Nouvelle-Aquitaine invité à cette assemblée générale. Des propos qui faisaient écho à ceux de Bruno Le Maire qui, ce lundi matin, proposait d’élever le seuil de promotions en GMS de 34 à 50 %. Si le directeur de la Draaf Auvergne-Rhône-Alpes, Bruno Ferreira, a promis de faire remonter le mécontentement du monde agricole, il a assuré que la protection du revenu des agriculteurs restait la première des priorités du Gouvernement, de même que l’aboutissement du dispositif sur la gestion des risques. Le sujet de la communication du monde agricole a aussi été évoqué par Jocelyn Dubost, nouveau président des Jeunes agriculteurs Auvergne-Rhône-Alpes, qu’il considère comme « le combat des métiers de demain ». Sur ce type de sujets, Gilbert Guignand a souligné la chance de disposer en Auvergne-Rhône-Alpes d’une chambre régionale d’agriculture, d’une FRSEA et de Jeunes agriculteurs « sur la même ligne politique ». Pour conclure comme il se doit cette assemblée générale, les participants ont été conviés à partager un verre dans un esprit convivial, pour oublier le temps d’un instant un contexte des plus tendus pour le monde agricole.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Le jeu "La Grange" est une représentation simplifiée d'un territoire d'élevage. Son objectif est la co-construction par les joueurs d'une grange qu'ils devront faire évoluer au fil du temps, des contraintes et des souhaits partagés.
GAMAE : des jeux sérieux pour répondre à de sérieux enjeux
L’INRAE présente GAMAE, la première plateforme française de ressources scientifiques et techniques dédiée aux « jeux sérieux »…
Sécheresse plans de maïs
Le département du Puy-de-Dôme reconnu pour les calamités agricoles
Une partie du Puy-de-Dôme reconnue au titre des calamités agricoles avec 158 communes concernées. Les demandes d'indemnisation…
Durant la période qui précède la reprise de l’exploitation, Sylvain investit l’argent qu’il gagne dans son futur cheptel de vaches Aubrac.
Une transmission hors-cadre familial réussie !
Jean-Louis Lescure, exploitant retraité depuis octobre 2021, a eu la chance de trouver un jeune repreneur pour son exploitation.…
Méthaniseur
Méthanisation : solution d’avenir en milieu agricole
Bertrand Duprat, agriculteur méthaniseur et vice-président de l’association des agriculteurs méthaniseurs de France (AAMF),…
La nouvelle programmation FEADER 2023-2027 en Auvergne Rhône-Alpes met l'accent sur l'installation et les investissements agricoles.
La Région assoit son soutien à l'agriculture
Les services de la région Auvergne Rhône-Alpes ont présenté le nouveau programme FEADER 2023-2027 à l’occasion d’une rencontre…
Julien Villedieu, Éric Villedieu et Jean-François Geille se tenant devant leur bâtiment récemment agrandi.
Robots de traite en circulation libre et maintien du pâturage
Mardi 8 novembre, des portes ouvertes bâtiment étaient organisées par l’EDE 63 au Gaec du Puy de Boucaud à Heume-l’Église,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole