Aller au contenu principal

Fromages AOP: des impacts différents face à la crise !

Editorial de David Chauve, président de la FNSEA 63 et de la FDPL du Puy-de-Dôme

Dès l'annonce du confinement, la filière laitière n'a pas échappé à l'implosion des réflexes de consommation des français.

En effet, tout s'est brutalement déséquilibré ; la restauration hors foyer (RHF) a fermé, les marchés ont été interdits et souvent les rayons coupe en GMS ont fermé. On assiste alors à une ruée vers les produits laitiers standards au détriment des fromages en général et plus particulièrement des fromages AOP considérés, habituellement, comme une consommation plaisir.

Les chiffres sont terribles les premières semaines, jusqu'à -80% de consommation tant pour les laiteries que pour les producteurs fermiers mais ils semblent se stabiliser en dessous 50% cette semaine.

Selon l'orientation des marchés, les répercussions sont différentes pour les entreprises.

De manière générale, les grands groupes encaissent mieux ce chamboulement avec souvent un éventail de produits plus large et plus orienté vers la GMS à l'inverse des PME très spécialisées fromage, et parfois plus orientées vers la RHF.

Certaines entreprises ont arrêté des lignes de fabrication comme en pâte persillée, alors que d'autres tournent à plein régime sur le lait de consommation, la raclette notamment... et tant mieux.

Cette situation inédite génère des excédents et amène des PME à orienter 30 à 40 % de leur collecte vers le marché Spot- faute d'autres solutions de dégagement-, alors que les grands groupes coopératifs ou privés possèdent des tours de séchage et vont sur le marché de la poudre de lait jusque-là plus rémunérateur.

Résultat : en un mois la poudre passe de 300EUR à 200EUR et le Spot de 300EUR à 150EUR/1000L !

Malgré une incitation générale à baisser les volumes de production, l'addition risque d'être lourde !

Les entreprises peuvent bénéficier des dispositifs mis en place par l'Etat.

Il faut donc en urgence une intervention de l'Europe pour mettre en place des mesures de stockage de fromage et obtenir de l'Etat une compensation de perte de valeur pour les producteurs concernant ces laits de dégagement qui représentent plus d'1 Million de litres par semaine sur notre département !

Certes, personne n'est responsable de cette situation, mais les producteurs ne peuvent pas être l'habituelle variable d'ajustement d'une filière où certains nous expliquent déjà que l'horizon est bouché, ce qui n'est pas forcément vrai, et d'autres qu'il va falloir s'adapter rapidement au pouvoir d'achat des consommateurs.

Soyons lucides, certains sont déjà dans l'APRES...et vous l'aurez compris, l'accalmie n'aura été que de courte durée !

 

 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Le secteur du Sancy a vu sa fréquentation touristique bondir cet été.
«Les touristes ont visité l'ensemble du Sancy »
Le Sancy a été plébiscité par les touristes étrangers et locaux durant l'été. Luc Stelly, directeur de l'Office du tourisme…
Rendez-vous jeudi 24 septembre dès 9 h 30 à l’INRAE de Laqueuille (Les Fumades), inscription au 04 73 65 92 69.
11ème édition de l’Herbe de nos Montagnes, jeudi 24 septembre à l’INRAE de Laqueuille
L’Herbe de nos Montagnes illustre la dynamique entre la recherche, le développement et les agriculteurs autour du thème de l’…
Alexandre Maffre est l'un des 20 céréaliers de Limagne a produire de la luzerne pour les producteurs de Saint-nectaire.
De la luzerne de Limagne pour les producteurs AOP de montagne
Les céréaliers de Limagne cultivent de la luzerne pour les éleveurs de montagne : le projet audacieux est porté collectivement…
Déclaration de ruches - Campagne 2020
Chaque année, les apiculteurs sont invités à déclarer leurs colonies d'abeilles auprès de la DGAL du 1er septembre jusqu'au 31…
Thomas Pannetier et Stéphanie Seguin devant une rangée de tabac Brun. Variété rustique, le Brun demande peu d’eau. Il possède une haute teneur en nicotine. Son stockage et séchage sont simplifiés.
Le tabac aussi mise sur le haut de gamme
Malgré les bouleversements qui ont impacté la filière tabacole ces dernières années, les planteurs du Puy-de-Dôme et de l’Allier…
Jérôme Aubert, président de Sodiaal  section Nord  Massif central, sur son exploitation.
Sodiaal multiplie les investissements en 2019
L'assemblée générale de la section Nord Massif central de Sodiaal, statuant sur l'activité 2019, s'est tenue mercredi 9 septembre…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole