Aller au contenu principal

Franck Ceyssat, agriculteur et candidat aux élections MSA, revient sur les enjeux du scrutin

Du 20 au 31 janvier 2020, les adhérents de la MSA sont appelés à voter pour élire leurs délégués cantonaux. Franck Ceyssat, agriculteur sur la commune d’Orcival (Gaec six associés), délégué et administrateur de la MSA Auvergne, est candidat pour un 4ème mandat.

Quelles sont les missions des délégués cantonaux MSA ?

Les délégués sont ambassadeurs de la MSA sur leur canton. Ils représentent les ressortissants sur leurs secteurs. Ils ont pour missions de les informer sur les rôles de la MSA et de faire remonter leurs préoccupations et leurs demandes auprès du conseil d’administration et des services de la Mutualité. La MSA est souvent perçue comme une structure créancière et non comme une structure de services. Certes, son rôle est de collecter, gérer et verser les prestations sociales de ses adhérents, mais pas que!

Justement, quels types de services propose la MSA ?

La MSA intervient pour la prévention des risques professionnels des exploitants et entreprises agricoles. Elle agit pour améliorer les conditions de travail et celles des salariés au travers d’actions collectives ou individuelles. Elle conseille et accompagne les agriculteurs dans l'accueil de leurs salariés, leur sensibilisation aux risques du métier. Des formations en matière de sécurité et de prévention de la santé sont également proposées, notamment aux jeunes que nous incitons à se tourner vers la MSA.

C’est donc bien aux délégués présents sur le terrain d’expliquer tout ce que fait la MSA pour accompagner ses ressortissants y compris ceux en difficulté…Par notre écoute, nous essayons en effet de recenser les collègues en difficulté pour mieux les accompagner. C’est une mission difficile car les gens ne se confient pas facilement dans ce type de situation. Mais le délégué doit être vigilant et savoir donner l’alerte auprès des services de la MSA afin que soit mis en place un accompagnement social et humain. Ces dernières années, nous avons croisé davantage d’agriculteurs en détresse ; le premier signe c’est le non-paiement des cotisations MSA

Qu’est-ce qui vous motive à être candidat pour un 4ème mandat sur le canton d’Orcines ?

J’aime bien m’engager pour comprendre. Ça été mon leitmotiv de départ et ça l’est resté ! Être délégué MSA correspond également aux valeurs que je porte : œuvrer pour l’intérêt collectif, aider mon voisin, apporter ma pierre à l’édifice social…Je retrouve cela dans le rôle d’élu du régime agricole.

Par ailleurs, en tant qu’administrateur de la MSA, je peux suivre les dossiers que nous faisons remonter du terrain et avoir ainsi une vision plus globale des actions que nous menons.

Le régime social agricole doit-il craindre une remise en cause ?

Les régimes spéciaux sont particulièrement remis en cause en ce moment…Le régime agricole, porté par la MSA, doit donc faire valoir ses atouts : connaissance des particularités de l’agriculture, relation de proximité, accompagnement individualisé, présence en milieu rural… À la différence du régime général, nous avons des délégués qui permettent ce type de fonctionnement. Nous devons défendre et sauvegarder cette spécificité en faveur des exploitants, ainsi que nos valeurs de solidarité et de mutualisme. C’est pourquoi ces élections représentent un rendez-vous important pour nos territoires ruraux.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Sébastien Ramade, nouveau président de l’interprofession Saint-nectaire
« Notre force : l’union entre les différents acteurs de la filière »
Sébastien Ramade, producteur fermier de Saint-nectaire vient d'être élu président de l'Interprofession du Saint-nectaire (ISN) et…
Betteraves
Quelles cultures après la betterave ?
Les ex-betteraviers de la Limagne étudient avec leurs partenaires techniques les productions alternatives à la betterave ayant à…
Patrick Bénézit : « Une PAC qui maintient des agriculteurs nombreux et qui créé de l’économie »
Patrick Bénézit, agriculteur dans le Cantal et président de la Copamac¹, milite pour une PAC économique garante de la diversité…
Irrigation
Plan de relance et aléas climatiques : comment obtenir une aide ?
Le plan de relance agricole du gouvernement soutient les investissements d’équipements d’irrigation. Mais avant de déposer une…
Maître d'apprentissage et son apprentis
Phytos : ce que la séparation de la vente et du conseil a changé au 1er janvier
Les dispositions de la loi Egalim sur la séparation vente/conseil en phytos sont entrées en vigueur au 1er janvier 2021. Éléments…
Champs de blé face au Puy-de-Dôme
Surfaces et rendements céréaliers en baisse
En moins de cinq ans, le département du Puy-de-Dôme a perdu près de 8 000 ha de cultures, résultat d'une déprise agricole forte,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole