Aller au contenu principal

ÉLEVAGE
Fonctionnalité et économies dans la stabulation

À Laqueuille, le Gaec Izard a ouvert les portes de sa stabulation laitière à logettes sur caillebottis comprenant une salle de traite 2x5 épi ainsi qu'une fromagerie.

Bruno et Quentin Izard ont investi leur nouvelle stabulation à Laqueuille.

La stabulation est la pierre angulaire de tout élevage laitier et se doit de répondre au mieux aux besoins des éleveurs comme de leurs animaux. "On ne change pas de bâtiment comme on change de chaussettes" aime à résumer Éliane Gardon, conseillère bâtiment à l'EDE du Puy-de-Dôme, d’où l'importance de bien préparer son projet en amont. Lors des Portes Ouvertes Bâtiments, coorganisées par la Chambre d'agriculture et l'EDE, les éleveurs accueillant les visiteurs ont partagé leur expérience, à l'image du Gaec Izard à Laqueuille. Bruno et Quentin Izard, père et fils, ont mis en service en janvier dernier leur stabulation à logettes sur caillebottis comprenant une salle de traite 2x5 épi. En janvier prochain, ce sera au tour de la fromagerie, intégrée à l'intérieur du bâtiment, d'entrer en fonctionnement. Leur bâtiment conjugue aussi bien fonctionnalité que confort de travail et économies d'énergies.

Positionnement optimal

Les travaux ont débuté en avril 2021 pour une première traite dans cette nouvelle stabulation 10 mois plus tard, en janvier 2022. Dès lors, les éleveurs préconisent à la quarantaine de visiteurs : "commencez votre bâtiment à l'automne plutôt qu'au printemps pour faire les finitions à la belle saison (...) poser du bardage en plein hiver, à 1 000 m d'altitude, ce n'est pas vraiment agréable".
L'objectif des éleveurs était d'avoir tous leurs animaux dans un seul et même bâtiment. De ce fait, leur stabulation a une capacité de 50 logettes et 48 places (génisses et vaches taries) sur aire paillée ainsi qu'une nurserie. Sa position centrale au sein du parcellaire de l'exploitation permet de réduire les distances parcourues par les vaches entre les prés et la salle de traite. Un choix loin d'être anodin dans la productivité des animaux puisque "pour faire un kilomètre, une vache consomme 1UF (unité fourragère)" précise Éliane Gardon.

Le choix de l'économie à long terme

Au-delà de la fonctionnalité de l'outil, l'optimisation économique et énergétique de ce dernier occupait une place centrale dans les choix de Bruno et Quentin Izard. La fosse sous caillebotis répondait à cette stratégie et ce malgré le surcoût qu'elle a entraîné lors de la construction. "L'aire paillée est très économique à court terme mais si l'on compte le coût de la paille, du GNR et du temps de travail... C'est un gouffre" explique Quentin Izard. Les éleveurs laitiers auraient pu investir dans une aire raclée mais "j'ai peu confiance dans la mécanique en plein hiver à Laqueuille". Un broyeur immergé a été installé dans la fosse et un programmateur l'actionne la nuit permettant "de conserver le tarif bleu pour l'électricité". Ce type d'installation représente "50% des projets bâtiments laitiers actuels dans le Puy-de-Dôme" précise Éliane Gardon.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Sécheresse 2022, TéléCalam ouverte jusqu'au 2 février
La déclaration des surfaces sinistrées est ouverte et concerne 179 communes puydômoises.  
16 communes du Puy-de-Dôme entrent en zone de surveillance et en zone réglementée suite à un foyer d'Influenza dans la commune limitrophe de Flayat (23).
La grippe aviaire aux portes du Puy-de-Dôme
Un foyer a été confirmé en début de semaine sur la commune limitrophe de Flayat en Creuse, une zone de surveillance et une zone…
La nouvelle aide bovine UGB pour 2023 : quels changements et à quelle date faire la déclaration ?
Parmi les changements importants de la prochaine PAC, l’aide bovine devient une aide à l’UGB bovin de plus de 16 mois. La FRSEA…
Loup
Le Puy-de-Dôme passe en cercle 3
Toutes les communes sont éligibles au financement des chiens de protection.
Dans l'Allier, l'OUGC décide de la répartition des volumes d'eau.
Gestion de l’irrigation par Organisme unique, quelles conséquences ?
Mercredi 18 janvier, le Syndicat des irrigants individuels (SII) a convié ses adhérents et plus largement les irrigants…
Les assurances et leurs fonctionnements demeurent identiques, notamment en grandes cult
Nouvelle assurance multirisques climatiques : regarder au cas par cas
Dans le nouveau cadre en 2023 pour l’assurance multirisques climatiques, grandes cultures, prairies, arboriculture et viticulture…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole