Aller au contenu principal

Fedatest : Un demi-siècle au service de la génétique

Boussole génétique du pôle ovin du grand sud de la France, la station Fedatest, située à Mazeyrat d’Allier en Haute-Loire fête ses cinquante ans.

Visite de la station Fedatest.

1967-2017. Au cœur du Val d’Allier, voilà cinquante ans que les équipes de Fedatest œuvrent à l’amélioration de la productivité des élevages ovins. La station génétique située sur le site de Paysat-Bas à Mazeyrat d’Allier a été imaginée par et pour les éleveurs à la fin des années soixante « dans un contexte où la modernisation de l’agriculture était une nécessité », a rappelé Jean-Luc Chauvel, président de Fedatest et des races ovines des Massifs, à l’occasion d’une visite du site, organisée vendredi dernier, en présence d’élus et de nombreux responsables nationaux de la filière ovine. La modernisation passait, à l’époque nécessairement par la création d’un centre d’expérimentation. Objectif : augmenter la prolificité des troupeaux de races pigmentées par le croisement. « Déjà, la performance économique était largement corrélée au nombre d’agneaux né ».

Qualités maternelles et bouchères

Dans les années quatre-vingt-dix, face à la concurrence notamment australienne, Fedatest a engagé des travaux sur les qualités bouchères déployées à travers les signes officiels de qualité. Au début des années 2000, tout en continuant de travailler sur les qualités maternelles et bouchères des animaux, de nouvelles expérimentations ont été menées sur la réadaptation de l’animal à son territoire, avec un enjeu de taille : développer les capacités des brebis à optimiser les ressources. Cet atout des rustiques est d’ailleurs reconnu, y compris à l’international, notamment en Iran où des races françaises ont été exportées dernièrement par Rom Sélection.

Adaptation au territoire

« Le progrès génétique nous l’avons mesuré par des critères quantitatifs (indices de consommation, GMQ…Nous avons gagné en kilo d’agneaux produit par brebis c’est indéniable, puisqu’en vingt ans, nous avons gagné un mois d’engraissement. Aujourd’hui, les index techniques évoluent vers des index économiques et environnementaux », souligne le président de Fedatest. A l’heure de faire le bilan et de se projeter dans l’ère génétique de demain, l’éleveur altiligérien se veut pragmatique : « Les marges de progrès nous les atteindrons lorsque davantage d’éleveurs utiliseront la génétique existante et auront recours à l’encadrement technique ». En clair, la génétique ne doit pas être considérée comme une charge mais bien comme un investissement. Ce manque d’intérêt pour la génétique est l’héritage « de vingt années de parent pauvre de l’élevage où les choix budgétaires des éleveurs ovins étaient très primaires ». Pour Michèle Boudoin, présidente de la Fédération nationale ovine : « la génétique est le facteur essentiel du revenu des éleveurs ». Face aux nouveaux défis à relever notamment en matière de mortalité des agneaux, de l’ordre de 15% en moyenne nationale et régionale, la filière peut compter sur la recherche. Ainsi, sur la ferme expérimentale de Fedatest, quatre protocoles ont été mis en place en partenariat avec l’Idele et l’INRA : Vipagno (mortalité des agneaux), Luthopia (limitation de l’utilisation des hormones en IA), Climagrof (plaquettes de bois comme litières), et un projet sur la résistance génétique au parasitisme gastro-intestinal.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Alexandre Maffre est l'un des 20 céréaliers de Limagne a produire de la luzerne pour les producteurs de Saint-nectaire.
De la luzerne de Limagne pour les producteurs AOP de montagne
Les céréaliers de Limagne cultivent de la luzerne pour les éleveurs de montagne : le projet audacieux est porté collectivement…
Le secteur du Sancy a vu sa fréquentation touristique bondir cet été.
«Les touristes ont visité l'ensemble du Sancy »
Le Sancy a été plébiscité par les touristes étrangers et locaux durant l'été. Luc Stelly, directeur de l'Office du tourisme…
Rendez-vous jeudi 24 septembre dès 9 h 30 à l’INRAE de Laqueuille (Les Fumades), inscription au 04 73 65 92 69.
11ème édition de l’Herbe de nos Montagnes, jeudi 24 septembre à l’INRAE de Laqueuille
L’Herbe de nos Montagnes illustre la dynamique entre la recherche, le développement et les agriculteurs autour du thème de l’…
Déclaration de ruches - Campagne 2020
Chaque année, les apiculteurs sont invités à déclarer leurs colonies d'abeilles auprès de la DGAL du 1er septembre jusqu'au 31…
Jérôme Aubert, président de Sodiaal  section Nord  Massif central, sur son exploitation.
Sodiaal multiplie les investissements en 2019
L'assemblée générale de la section Nord Massif central de Sodiaal, statuant sur l'activité 2019, s'est tenue mercredi 9 septembre…
Thomas Pannetier et Stéphanie Seguin devant une rangée de tabac Brun. Variété rustique, le Brun demande peu d’eau. Il possède une haute teneur en nicotine. Son stockage et séchage sont simplifiés.
Le tabac aussi mise sur le haut de gamme
Malgré les bouleversements qui ont impacté la filière tabacole ces dernières années, les planteurs du Puy-de-Dôme et de l’Allier…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole