Aller au contenu principal

Faux semis contre glyphosate, le match est ouvert en Limagne

La gestion des adventices à l’inter-culture est au cœur des interrogations des professionnels agricoles puydômois.

Déchaumeurs, vibroculteurs, herses… Pas moins de sept outils ont été passés au crible lors de la journée du 18 septembre à Culhat.

La question est sur toutes les lèvres depuis plusieurs mois, comment se passer de glyphosate ? Depuis l’annonce du gouvernement d’interdire l’utilisation de la molécule d’ici trois ans, les acteurs agricoles sont en effervescence. Le 18 septembre dernier, la FD Cuma conjointement avec la Chambre d’agriculture du Puy-de-Dôme organisaient une journée de démonstration de gestion des adventices en inter-culture. Sept matériels, plus ou moins innovants, ont été testés en conditions réelles à Culhat.

Conditions extrêmes


Malgré une chaleur écrasante et un sol très sec, les démonstrations de matériels ont tenu leurs promesses. Cover-crop, déchaumeur à disque indépendant, vibroculteur, néo-déchaumeur Rau-Polymag et Horsh-Terrano (dents et disques), herse de déchaumage et herse écomulch ont été testés sur une parcelle avec un précédant blé. L’objectif de la journée pour Alban Mialon, conseiller agronomie à la Chambre d’agriculture, est de «montrer aux agriculteurs une alternative possible à l’utilisation systématique du glyphosate en inter-culture». La technique du faux semis consiste à détruire les adventices avant leur montée en graine et donc à épuiser le stock de graines sur la durée. L’agronome l’assure, «il est possible de réduire de 40% la levée des adventices avec un faux-semis et de 70% avec trois passages». La technique n’est pas récente. Les Cuma de Bord de Limagne, des Domaines Réunis ou encore de Four à Chaux ont d’ailleurs investi depuis longtemps dans ces matériels travaillant le sol de façon superficielle. Nombre d’agriculteurs du département sont également propriétaires de déchaumeurs et autres outils. Ce jour-là, ce sont donc davantage les résultats économiques qui intéressent la cinquantaine de cultivateurs ayant fait le déplacement.

Résultats économiques


Charles-Henri Layat, animateur à la FD Cuma, a chiffré pour chaque outil le coût de l’intervention (achat du matériel en commun, tracteur, carburant et main d’œuvre). Sur le Cover-crop de 4 mètres, le coût à l’hectare est de 30€ et le temps de travail de 0,5 heure. Pour le déchaumeur à disques indépendants de 3 mètres, il faut débourser 26€/ha et compter 0,5 h/ha.
Avec un vibroculteur de 5,5 mètres, équipé d’un rouleau, le coût est de 15€/ha et le temps de travail de 0,25 h/ha. Les néo-déchaumeurs Rau-Polymag et Horsh-Terrano sont respectivement à 23€/ha et 33€/ha pour tous deux 0,5 h/ha. Enfin, les herses de déchaumages (12 mètres) et écomulch (6 mètres) reviennent à 5€/ha et 8€/ha pour une durée de travail allant de 5 à 10 minutes par hectare. «En comparaison, un passage de glyphosate à 2,5 L/ha revient à 32€/ha» précise l’animateur.
Devant ces chiffres, Pascal Robillon, l’agriculteur accueillant la manifestation, est plus que perplexe. Eleveur laitier et producteur de céréales, il avoue utiliser systématiquement le glyphosate. «Non pas que j’apprécie d’employer de la chimie précise-t-il, c’est avant tout pour une question de temps». «Entre les vaches et les champs, nous avons toujours quelque chose à faire. Le faux semis c’est bien mais ça demande beaucoup de temps puisqu’il faut plusieurs passages». L’agriculteur l’avoue, si le glyphosate venait à être interdit, la structure de son exploitation changerait «par la force des choses» et «ce ne sont pas les champs qu’on arrêtera».

Mélodie Comte

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Le secteur du Sancy a vu sa fréquentation touristique bondir cet été.
«Les touristes ont visité l'ensemble du Sancy »
Le Sancy a été plébiscité par les touristes étrangers et locaux durant l'été. Luc Stelly, directeur de l'Office du tourisme…
Rendez-vous jeudi 24 septembre dès 9 h 30 à l’INRAE de Laqueuille (Les Fumades), inscription au 04 73 65 92 69.
11ème édition de l’Herbe de nos Montagnes, jeudi 24 septembre à l’INRAE de Laqueuille
L’Herbe de nos Montagnes illustre la dynamique entre la recherche, le développement et les agriculteurs autour du thème de l’…
Alexandre Maffre est l'un des 20 céréaliers de Limagne a produire de la luzerne pour les producteurs de Saint-nectaire.
De la luzerne de Limagne pour les producteurs AOP de montagne
Les céréaliers de Limagne cultivent de la luzerne pour les éleveurs de montagne : le projet audacieux est porté collectivement…
Déclaration de ruches - Campagne 2020
Chaque année, les apiculteurs sont invités à déclarer leurs colonies d'abeilles auprès de la DGAL du 1er septembre jusqu'au 31…
Jérôme Aubert, président de Sodiaal  section Nord  Massif central, sur son exploitation.
Sodiaal multiplie les investissements en 2019
L'assemblée générale de la section Nord Massif central de Sodiaal, statuant sur l'activité 2019, s'est tenue mercredi 9 septembre…
Thomas Pannetier et Stéphanie Seguin devant une rangée de tabac Brun. Variété rustique, le Brun demande peu d’eau. Il possède une haute teneur en nicotine. Son stockage et séchage sont simplifiés.
Le tabac aussi mise sur le haut de gamme
Malgré les bouleversements qui ont impacté la filière tabacole ces dernières années, les planteurs du Puy-de-Dôme et de l’Allier…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole