Aller au contenu principal

Alimentation
Faites analyser vos fourrages !

Les analyses fourragères permettent de connaître les valeurs alimentaires des fourrages et d'ajuster au mieux la ration en limitant les achats de concentrés.

L'analyse des fourrages permet d'en connaître la valeur exacte et d'ajuster l'achat de concentrés en conséquence.

L'augmentation croissante de l'alimentation animale contraint à se reposer la question de l'autonomie alimentaire dans les fermes. L'achat de concentrés est, d'après une récente analyse de la Chambre d'agriculture du Puy-de-Dôme, le premier poste de dépense de l'exploitation. L'un des leviers d'action pour en contrôler la charge est d'avoir recours de manière systématique à l'analyse des fourrages secs et humides, produits sur l'exploitation. La connaissance de leur valeur exacte va permettre d'optimiser l'utilisation des concentrés et surtout d'assurer un équilibre constant de la ration tout en assurant productivité et santé animale.
Éclairage avec Philippe Andraud du Contrôle Laitier du Puy-de-Dôme.

MS, MAT, NDF... Qu'est-ce qui est analysé ?

L'analyse va principalement s'attacher à déterminer la valeur en Matière Sèche (MS) du fourrage ainsi que la Matière Azotée Totale (MAT), le NDF (fibrosité) ainsi que la digestibilité. De là, la valeur alimentaire du fourrage sera déterminée permettant d'adapter la ration en conséquence. " Elle doit permettre d'atteindre les objectifs de rendements fixés par l'éleveur mais aussi d'assurer la santé des animaux" souligne Philippe Andraud. Au Contrôle Laitier du Puy-de-Dôme, les analyses fourragères sont comprises dans le prix du conseil. Elles sont réalisées via AgriNIR, un appareil d'analyse infra-rouge qui permet de connaître avec précision différentes valeurs. "Nous réalisons plus de 2 000 analyses/an sur les ensilages, avec cet appareil. Le résultat est très rapide."

Quand analyser ses fourrages ?

Sur les ensilages, il est possible de réaliser une analyse à la récolte. Elle permet ainsi de connaître la valeur de sa récolte et d'anticiper les achats ou l'adaptation de la ration avant l'hiver. "Le résultat permet de confirmer si on a fait oui ou non une récolte de qualité."
Le plus fréquent est d'analyser l'ensilage quelques jours après l'ouverture du silo. Dès lors, Philippe Andraud recommande d'en faire plusieurs. "Les ensilages de maïs sont assez réguliers. Par contre, les ensilages d'herbe, suivant la parcelle et la végétation de cette dernière, ont une qualité plus hétérogène. Dans ce cas, il est intéressant de prévoir deux analyses dans le silo plutôt qu'une seule."
Concernant les foins et enrubannages, l'intérêt de l'analyse fourragère n'en est pas moindre. "Elle permet là aussi de connaître la qualité du fourrage permettant de les trier sous la grange." 
Bien entendu, toute l'importance de l'analyse fourragère est d'utiliser les résultats pour adapter au mieux la ration. Le prix des concentrés a bondi ces derniers mois et de nouvelles hausses, notamment sur le soja non OGM, sont annoncées.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Une aide à l'alimentation animale est allouée aux éleveurs pour couvrir une partie de la hausse des charges à laquelle ils sont confrontés depuis l'explosion de la guerre en Ukraine.
Plan de résilience : l'aide à l'alimentation animale
Dans le cadre du plan de résilience et pour faire face à la hausse de charges d’exploitation, le gouvernement octroie aux…
Nicolas Chatard, nouveau président JA63.
Le nouveau président de JA 63 entre innovation et persévérance
Nicolas Chatard a été élu président du syndicat Jeunes Agriculteurs du Puy-de-Dôme avec une nouvelle équipe et succède ainsi à…
Le COTI du 5 mai dernier a rassemblé, à la Chambre d'agriculture du Puy-de-Dôme, la profession agricole et para-agricole, des élus locaux et l'enseignement agricole.
Installation/transmission et DJA, évolutions plus ou moins favorables
Une nouvelle DJA financée, non plus par le Feader mais par les Régions, devrait voir le jour le 1er janvier 2023 avec un montant…
Après plusieurs années d'augmentation, les effectifs de la Limousine se stabilisent en 2022.
L’Aubrac et la Limousine augmentent, la Salers se stabilise et la Charolaise décroche
Les effectifs bovins allaitants dans le Puy-de-Dôme sont en baisse chaque année mais certaines races résistent mieux que d'autres…
« Le contrat : une arme de proposition massive que doivent utiliser les éleveurs »
Alors que la décapitalisation s’accélère dans un contexte de hausse de charges sans précédent, la vente des animaux aux coûts de…
La journée de démonstration de matériel à Moureuille, le 20 avril, a attiré une trentaine de visiteurs.
La Cuma des Prés se tourne vers l’avenir
La Cuma des Prés à Moureuille compte une vingtaine d'adhérents qui ont accès à du matériel performant grâce à la collectivité.  
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole