Aller au contenu principal

Prix du lait : la guerre des prix
« Faire pression pour ne pas finir pressé »

Les producteurs de lait ne veulent pas faire les frais de la guerre des prix que mènent actuellement les entreprises. Explications avec Yannick Fialip, président de la section régionale laitière.

Pour Yannick Fialip, président de la section régionale laitière l’attitude des entreprises n’est pas de nature à pérenniser l’avenir de la filière, bien au contraire.
Le prix du lait payé au producteur est à nouveau ébranlé. Comment expliquer cette situation ?

Yannick Fialip
: Au printemps, nous avons signé un accord interprofessionnel sur le prix du lait à la fois au niveau national et régional. Force est de constater qu’aujourd’hui certaines coopératives et groupes privés ne le respectent plus, en payant le lait en dessous du prix fixé, sans qu’aucune raison économique le justifie.


Et pourtant certaines entreprises mettent en avant la nécessaire restructuration…

Y.F : Les raisons plus ou moins frauduleuses sont avant tout celles de la compétitivité. Leur seul objectif est d’augmenter leur marge en payant le lait moins cher au producteur. Elles se font ouvertement de l’argent sur leur dos. Quant aux restructurations, les entreprises sont très frileuses à des rapprochements ou à des partenariats pour améliorer la rémunération des éleveurs.

Quelles conséquences peuvent engendrer le non respect de l’accord interprofessionnel ?

Y.F : A terme, ces entreprises là ne seront plus crédibles dans les négociations. Quand on tombe d’accord sur un prix, il va de soit que l’on doit l’appliquer. D’autant plus quand à la base ce prix est déjà très faible. En le baissant encore plus, les entreprises méprisent davantage le travail des producteurs.
 

Qu’envisagez vous pour enrayer cette spirale du « moins disant » ?

Y.F : Nous allons demander à chaque producteur d’entreprendre auprès de son entreprise une démarche d’explication sur la baisse du prix du lait. Dans ce cadre là, il nous paraîtrait normal que chaque producteur réclame le remboursement des prélèvements financiers faits par ces entreprises. Si la situation continue, les représentants des producteurs n’auront qu’à constater qu’il n’y a plus d’accord interprofessionnel sur les prix national et régional.

Avec des risques pour la filière…

Y.F : En poursuivant les baisses de prix, les entreprises porteraient une grosse responsabilité quant à l’avenir de la filière laitière de notre région. La seule logique qui consiste à faire baisser le prix du lait à la production nous semble une logique suicidaire. Elle ne vise qu’à renforcer la marge des entreprises et des centrales d’achat sur le dos des producteurs sans baisse de prix à la consommation.

Propos recueillis par Sophie Giraud

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Sébastien Ramade, nouveau président de l’interprofession Saint-nectaire
« Notre force : l’union entre les différents acteurs de la filière »
Sébastien Ramade, producteur fermier de Saint-nectaire vient d'être élu président de l'Interprofession du Saint-nectaire (ISN) et…
Betteraves
Quelles cultures après la betterave ?
Les ex-betteraviers de la Limagne étudient avec leurs partenaires techniques les productions alternatives à la betterave ayant à…
Meilleurs voeux 2021

L'Auvergne Agricole et  Excepto vous présentent ses voeux.

Maître d'apprentissage et son apprentis
Phytos : ce que la séparation de la vente et du conseil a changé au 1er janvier
Les dispositions de la loi Egalim sur la séparation vente/conseil en phytos sont entrées en vigueur au 1er janvier 2021. Éléments…
Le grand Massif central défend des fermes pas des firmes
Réunis le 8 janvier à Clermont-Ferrand, les membres de la Copamac-Sidam ont réitéré leurs propositions dans le cadre des derniers…
Personnes se promenant le long de l'Allier
Voie verte, les agriculteurs seront concertés
Le future voie verte reliant Saint-Yorre à Pont-du-Château et Authezat à Brassac-les-Mines inquiètent bon nombre d'agriculteurs.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole