Aller au contenu principal

Faciliter avant tout les exportations

Chaque semaine, l’épisode FCO prend une tournure nouvelle sur le territoire français.

Treize nouveaux cas de fièvre catarrhale ovine (FCO) ont été déclarés, vendredi dernier dans le Puy-de-Dôme, provoquant l'élargissement de la zone interdite à la quasi-totalité du département. Ces nouveaux cas, qui portent à 17 le nombre de foyers FCO pour ce département ont été découverts à la suite de la surveillance programmée sur le territoire de 26 cheptels sentinelles. «Compte tenu de la répartition de ces foyers dans le département, le ministère de l'Agriculture a élargi le périmètre de la zone interdite en incluant les communes autour de Clermont-Ferrand. Aujourd'hui, ce périmètre interdit s'étend sur la quasi-totalité du département en excluant la zone du Livradois-Sud Forez », précise la préfecture dans un communiqué.

 

Les broutards immobilisés

Les éleveurs du département sont inquiets ; ils craignent une immobilisation des broutards sur les exploitations. « On espère les vendre avant leur rentrée en bâtiments pour l’hiver, soit mi-novembre » explique l’un d’entre eux. « Les garder sur l’exploitation durant l’hiver signifierait plus de place et plus d’aliment. Une équation impossible au vu des trésoreries des élevages ; d’autant plus que le gouvernement n’a pris aucune mesures d'accompagnement des élevages infectés et des élevages dont les ventes sont reportées » explique Christian Peyronny, président de la Fnsea 63. Le temps presse donc pour que les échanges puissent reprendre. «La Fnsea 63 est en contact permanent avec la DDPP (Directions départementales de la protection des populations) pour travailler sur la mise en place de la vaccination afin qu’elle soit plus fluide et plus proche de la réalité des broutards à vacciner » poursuit le président. Ainsi mardi 29 septembre 30 000 doses ont été distribuées sur le département dans les cabinets vétérinaires avec pour instruction de « répondre au mieux aux besoins réels des bovins concernés par l’export ». «L’objectif est d’aller vite et d’attribuer les doses au-delà des quotas basés sur l’historique de chaque élevage ; cet historique n’étant pas réaliste du tout ! » souligne Christian Peyronny. La Fnsea du Puy de Dôme a par ailleurs soulevé le problème des veaux laitiers du département qui aujourd’hui souffrent de l’absence de dérogation pour pouvoir partir en dehors de la zone interdite. « Le directeur départemental s’est engagé à alerter la DGAL sur l’urgence à débloquer le problème des veaux laitiers ».

Enfin, le syndicat Fnsea 63 appelle les politiques « à mouiller leurs chemises » pour accélérer les négociations dans le cadre du protocole sanitaire des pays importateurs. «Nous demandons que ce protocole soit le plus court possible dans les délais de vaccination. Nous demandons 15 jours après le 2ème vaccin au lieu des 60 jours actuellement prévus » précise le président.

Novembre-décembre : période sensible

Malgré la FCO, on constate que le prix du broutard est maintenu. Et au niveau national, les flux d’exportation restent quasi-réguliers permettant d’éviter un engorgement aux frontières. Ces deux éléments peuvent faciliter la reprise des exportations entre novembre et décembre prochains ; «c’est en tout cas ce sur quoi nous allons veiller au sein de la Fnsea63» conclut Christian Peyronny.

 

Vaccination

30 000 doses de vaccins Mérial ont été attribuées au département du Puy de Dôme et distribuées aux cabinets vétérinaires depuis mardi 29 septembre.

Tout le département est concerné par la vaccination.

Priorité à la vaccination des élevages infectés et à celle des broutards destinés à l'export.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Alexandre Maffre est l'un des 20 céréaliers de Limagne a produire de la luzerne pour les producteurs de Saint-nectaire.
De la luzerne de Limagne pour les producteurs AOP de montagne
Les céréaliers de Limagne cultivent de la luzerne pour les éleveurs de montagne : le projet audacieux est porté collectivement…
Le secteur du Sancy a vu sa fréquentation touristique bondir cet été.
«Les touristes ont visité l'ensemble du Sancy »
Le Sancy a été plébiscité par les touristes étrangers et locaux durant l'été. Luc Stelly, directeur de l'Office du tourisme…
Rendez-vous jeudi 24 septembre dès 9 h 30 à l’INRAE de Laqueuille (Les Fumades), inscription au 04 73 65 92 69.
11ème édition de l’Herbe de nos Montagnes, jeudi 24 septembre à l’INRAE de Laqueuille
L’Herbe de nos Montagnes illustre la dynamique entre la recherche, le développement et les agriculteurs autour du thème de l’…
Déclaration de ruches - Campagne 2020
Chaque année, les apiculteurs sont invités à déclarer leurs colonies d'abeilles auprès de la DGAL du 1er septembre jusqu'au 31…
Jérôme Aubert, président de Sodiaal  section Nord  Massif central, sur son exploitation.
Sodiaal multiplie les investissements en 2019
L'assemblée générale de la section Nord Massif central de Sodiaal, statuant sur l'activité 2019, s'est tenue mercredi 9 septembre…
Thomas Pannetier et Stéphanie Seguin devant une rangée de tabac Brun. Variété rustique, le Brun demande peu d’eau. Il possède une haute teneur en nicotine. Son stockage et séchage sont simplifiés.
Le tabac aussi mise sur le haut de gamme
Malgré les bouleversements qui ont impacté la filière tabacole ces dernières années, les planteurs du Puy-de-Dôme et de l’Allier…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole