Aller au contenu principal

Etats Généraux de l'alimentation : « Une bonne approche à transformer dans les textes de loi »

S’il se félicite de la clarté affichée, mercredi dernier par le Chef de l’Etat, pour mettre fin à la guerre des prix, le secrétaire général adjoint de la FNSEA Patrick Bénézit estime que la vigilance doit rester de mise pour obtenir un encadrement législatif complet capable de ramener du prix à la production.

Patrick Bénézit, secrétaire général adjoint de la FNSEA.

Les annonces du Président Macron sont-elles conformes aux propositions émises par la FNSEA dans le cadre des Etats généraux de l’alimentation ?

Patrick Bénézit : « Pour la première fois, nous avons une orientation au plus haut niveau de l’Etat en faveur du prix à la production. C’est un premier pas. Dès le départ, nos demandes ont été claires : faire en sorte que les règles commerciales évoluent profondément car jusqu’à présent ces règles ne poursuivaient qu’une ambition, celle de baisser les prix, pour soi-disant préserver le pouvoir d’achat du consommateur. Pour la FNSEA, les règles commerciales françaises et européennes ne doivent pas être faites pour baisser les prix mais pour protéger les prix à la production et donc le revenu des agriculteurs. Cela nécessite de construire le prix à partir de leurs coûts de production. Sur ce volet-là, le président de la République a été clair, affirmant vouloir mettre fin à la guerre des prix ».

L’approche de la problématique par filières vous semble-t-elle être la bonne ?

P.B. : « Un travail va effectivement être mené dans chaque filière pour aboutir à des propositions concrètes d’ici la fin de l’année. En conditionnant l’octroi des soutiens publics en faveur de l’investissement a un résultat sur le prix et les attentes sociétales, le président Macron met chacun face à ses responsabilités. Cette méthode qui oblige les acteurs des filières à répondre aux objectifs fixés sur le prix et les attentes du marché, nous paraît intéressante pour concrétiser l’acte politique ».

Sur le volet central de la règlementation, Emmanuel Macron a annoncé la promulgation d’une nouvelle loi, plusieurs évolutions règlementaires avec l’intention d’aller vite en procédant par ordonnances. A ce stade des arbitrages, comment garantir, selon vous, l’efficacité des mesures ?

« Pas de trou dans la raquette »

P.B. : « Sur les décisions règlementaires, la FNSEA sera extrêmement vigilante. Nous sommes convaincus qu’il faut bouger de nombreux textes de loi pour qu’il y ait un véritable effet. L’ensemble de la règlementation doit être modifiée, sans quoi la décision restera au stade de l’intention. L’encadrement législatif doit être fort pour ne laisser aucun trou dans la raquette. Par ailleurs, tous les agriculteurs sont évidemment prêts à répondre aux attentes sociétales, à condition que leurs produits ne se retrouvent pas en permanence en concurrence avec des contrefaçons, qui ne répondent pas aux mêmes exigences (qualité, sanitaire…) ».

Propos recueillis par Sophie Chatenet

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Le premier projet individuel de réserve d'eau dans le Puy-de-Dôme est sorti de terre en Limagne, mis en place par Mathieu Daim.
Une retenue d'eau qui fait désormais référence
Le premier projet individuel de réserve d'eau dans le Puy-de-Dôme est sorti de terre en Limagne. Il s'agit d'un ouvrage d'une…
Tableau de fermage du 1er octobre 2020 au 30 septembre 2021
Indice des fermages du 1er octobre 2020 au 30 septembre 2021

L’indice des fermages pour le département du Puy-de-Dôme est constaté pour 2020 à la valeur de 105,33. Cet indice est…

Bâtiment d'élevage
Le projet bâtiment étape par étape
 Un projet bâtiment demande deux ans de reflexion, démarches administratives et construction avant que les premiers animaux n'en…
Visite d’exploitation l’après-midi du 6 mars à l'occasion de l'assemblée générale.
2020 : Carton plein pour le Syndicat Aubrac
Si 2020 fut pour les syndicats de races allaitantes une année blanche en termes d’actions promotionnelles, techniques ou festives…
Forêt qui dépérit de Celle-sur-Durolle, au cœur des Bois Noirs
Les forêts de nos contrées se meurent
Les arbres dépérissent partout en France sous les effets du changement climatique et certaines essences historiques des massifs…
Ravage de campagnols terrestres dans les prairies
La bromadiolone bannie dès le 20 décembre 2020
Par voie de communiqué, la Draaf Auvergne Rhône-Alpes confirme deux évolutions réglementaires majeures dans la lutte contre le…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole