Aller au contenu principal

« Et si on restait dans le Sancy ? » Et pourquoi pas !

«Et si on restait ?» Pourquoi pas après tout, inciter les vacanciers à s’installer durablement dans le massif du Sancy en reprenant les commerces ou en créant une nouvelle activité ?

Christophe Serre, président de l’association du Pays du Grand Sancy (au centre) accompagné de François Marion, président de la Communauté de Communes de Sancy-Artense (à gauche) ont présenté la campagne « Et si on restait ? » dans la brasserie de Xavier Condroyer (au centre ), vacancier resté sur les terres puydômoises.

L’Association du Pays du Grand Sancy a lancé, le 29 juillet dernier, sa première campagne de communication intitulée «Et si on restait?». A travers un catalogue contenant des annonces de ventes de commerces (hôtels, chambres d’hôtes, restaurants, boucheries, boulangeries…), l’association encourage les vacanciers de l’été à s’installer durablement dans le massif. Le document a donc été mis à leur disposition dans les Offices de Tourismes du territoire.

 

Une campagne pour soutenir

«Nous souhaitons envoyer un message positif qui démontre que le développement local est possible partout. Nous avons orienté notre campagne de communication auprès des touristes parce que certains d’entre eux ne sont jamais repartis. Ils ont repris des commerces sur le point de disparaître ou ont créé une autre activité » explique Christophe Serre, président de l’association. Le Pays du Grand Sancy espère attirer l’attention des touristes de passage sur les possibilités qui leurs sont offertes de s’installer sur le territoire. L’association, à travers cette campagne, tient également à démontrer la volonté de la politique locale de soutenir et d’aider les porteurs de projet. « Toutes les structures sont basées à Clermont-Ferrand, éloignées de notre territoire. L’association du Pays du Grand Sancy a justement été créée en 2006 par les trois Communautés de Communes de Rochefort-Montagne, Sancy-Artense et Massif du Sancy pour apporter un soutien aux entrepreneurs en les orientant vers les organismes concernés. Ils ont ainsi un interlocuteur unique et local. Ce soutien, nous l’affichons dans cette campagne de communication pour montrer aux personnes intéressées qu’elles ne seront pas seules dans leur projet.»

Ils sont restés…

Xavier Condroyer est l’un de ces vacanciers séduit par le Sancy et qui a décidé en 2011 de s’installer avec sa femme. Tous deux quittent le bassin d’Arcachon pour acheter une vieille grange dans le village de Picherande. Après l’avoir remise en état, Xavier Condroyer ouvre une brasserie artisanale où il produit la bière du Sancy. Durant la phase d’installation, il a bénéficié du système « résidence d’entrepreneur longue ». Il a ainsi profité d’un accompagnement par un cabinet (partenaire de l’association du Grand Pays du Sancy) pour son étude de marché, le développement et la stratégie de commercialisation. « Je souhaitais changer de métier et le massif du Sancy, où nous venions régulièrement en vacance, nous paraissait le lieu idéal. Nous avons bénéficié d’un accueil très satisfaisant notamment grâce au soutien de l’association du Pays du Grand Sancy qui nous a orientés vers les organismes appropriés et aidés dans les différentes démarches administratives. »

L’objectif de « Et si on restait ? » est de faire du cas de Xavier Condroyer et des autres vacanciers sédentaires une démarche non plus originale mais banale. Les politiques locaux nourrissent également le désir de voir à terme ces nouveaux arrivants redynamiser l’économie locale.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Sébastien Ramade, nouveau président de l’interprofession Saint-nectaire
« Notre force : l’union entre les différents acteurs de la filière »
Sébastien Ramade, producteur fermier de Saint-nectaire vient d'être élu président de l'Interprofession du Saint-nectaire (ISN) et…
Patrick Bénézit : « Une PAC qui maintient des agriculteurs nombreux et qui créé de l’économie »
Patrick Bénézit, agriculteur dans le Cantal et président de la Copamac¹, milite pour une PAC économique garante de la diversité…
Betteraves
Quelles cultures après la betterave ?
Les ex-betteraviers de la Limagne étudient avec leurs partenaires techniques les productions alternatives à la betterave ayant à…
Irrigation
Plan de relance et aléas climatiques : comment obtenir une aide ?
Le plan de relance agricole du gouvernement soutient les investissements d’équipements d’irrigation. Mais avant de déposer une…
Champs de blé face au Puy-de-Dôme
Surfaces et rendements céréaliers en baisse
En moins de cinq ans, le département du Puy-de-Dôme a perdu près de 8 000 ha de cultures, résultat d'une déprise agricole forte,…
Maître d'apprentissage et son apprentis
Phytos : ce que la séparation de la vente et du conseil a changé au 1er janvier
Les dispositions de la loi Egalim sur la séparation vente/conseil en phytos sont entrées en vigueur au 1er janvier 2021. Éléments…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole