Aller au contenu principal

Et si on consommait français ?

Une fois de plus, un énième scandale alimentaire vient salir la réputation de toute une filière et semer le doute sur le contenu de nos assiettes. Un scandale qui vient s’ajouter à une liste déjà bien fournie et qui prend désormais des allures d’inventaire.

Après les lasagnes au cheval, la viande arrivée frauduleusement de Pologne, voici celui des faux steaks hachés – provenant une fois encore de Pologne – distribués aux plus démunis via des associations caritatives.

Les responsables ? Ce sont toujours les mêmes : des individus sans scrupules, des « traders » de la viande, prêts à tout pour s’en mettre plein les poches.

En opposition à cela, à des années-lumière de ces steaks hachés de la honte, nous, artisans bouchers, faisons notre travail honnêtement et dans les règles de l’art.

Chez nous, le steak haché est composé à 100% de viande, issue de races sélectionnées spécifiquement là encore pour leur viande (limousine, aubrac, blonde d’Aquitaine, salers, parthenaise…)

Chez nous, le steak haché est préparé à la vue et à la demande de nos clients.

Pour rappeler ces éléments qui peuvent sembler anodins, mais qui sont ô-combien essentiels, une affiche destinée aux clients des boucheries artisanales a été créée par la confédération française de la boucherie.

Il est grand temps que les choses changent !

Les artisans bouchers-charcutiers sont excédés de voir toujours les mêmes brebis galeuses entacher la réputation du noble produit qu’est la viande, la vraie, la bonne, celle qui fait la fierté de nos terroirs et de notre culture.

Ce scandale n’est pas le premier et ne sera pas le dernier si aucune décision forte n’est prise.

Je pose ouvertement la question : qu’attend-on pour mieux contrôler la viande au niveau européen ?

Si les ambitions du Premier ministre à ce sujet, affichées lors de sa déclaration de politique générale, vont dans le bons sens, il est néanmoins urgent d’agir.

S’agissant des appels d’offres, la réglementation est toute aussi aberrante. Elle doit être modifiée, et vite. Il est grand temps que la qualité du travail et du produit prime sur le prix bas.

Mesdames et messieurs les élus, trouvez-vous normal qu’un artisan boucher n’ait pas le droit de servir son voisin restaurateur en viande hachée ?

Il est grand temps de faire de l’alimentation une priorité et d’arrêter de la considérer du seul point de vue macroéconomique, ce qui vaut également dans le cadre des traités internationaux où on ne peut tolérer que des viandes produites dans des conditions radicalement différentes aux nôtres (exploitations de 30 000 bêtes, engraissées de manière industrielle aux antibiotiques activateurs de croissance) nous menacent.

À ce sujet, la récente conclusion d’un accord de libre-échange entre l’Union européenne et le Mercosur (Brésil, Argentine, Uruguay, Paraguay) permettant notamment l’importation de 99 000 tonnes de viandes bovines sud-américaines imposées au taux préférentiel de 7,5%, est tout simplement scandaleuse.

Cet accord va non seulement à l’encontre des attentes sociétales des consommateurs mais s’annonce désastreux pour nos partenaires éleveurs auxquels nous adressons notre soutien inconditionnel. Un sacrifice réalisé en partie au profit des industriels européens de l’automobile qui vont voir fondre leurs droits de douane.

Il enterre définitivement les promesses des Etats généraux de l’alimentation et avec elles, l’espoir d’une alimentation saine, durable et accessible à tous.

Aujourd’hui scandale du bœuf polonais, demain scandale à la fois du bœuf polonais et du bœuf brésilien ! Et si on consommait français ?

 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Alexandre Maffre est l'un des 20 céréaliers de Limagne a produire de la luzerne pour les producteurs de Saint-nectaire.
De la luzerne de Limagne pour les producteurs AOP de montagne
Les céréaliers de Limagne cultivent de la luzerne pour les éleveurs de montagne : le projet audacieux est porté collectivement…
Le secteur du Sancy a vu sa fréquentation touristique bondir cet été.
«Les touristes ont visité l'ensemble du Sancy »
Le Sancy a été plébiscité par les touristes étrangers et locaux durant l'été. Luc Stelly, directeur de l'Office du tourisme…
Rendez-vous jeudi 24 septembre dès 9 h 30 à l’INRAE de Laqueuille (Les Fumades), inscription au 04 73 65 92 69.
11ème édition de l’Herbe de nos Montagnes, jeudi 24 septembre à l’INRAE de Laqueuille
L’Herbe de nos Montagnes illustre la dynamique entre la recherche, le développement et les agriculteurs autour du thème de l’…
Déclaration de ruches - Campagne 2020
Chaque année, les apiculteurs sont invités à déclarer leurs colonies d'abeilles auprès de la DGAL du 1er septembre jusqu'au 31…
Jérôme Aubert, président de Sodiaal  section Nord  Massif central, sur son exploitation.
Sodiaal multiplie les investissements en 2019
L'assemblée générale de la section Nord Massif central de Sodiaal, statuant sur l'activité 2019, s'est tenue mercredi 9 septembre…
Thomas Pannetier et Stéphanie Seguin devant une rangée de tabac Brun. Variété rustique, le Brun demande peu d’eau. Il possède une haute teneur en nicotine. Son stockage et séchage sont simplifiés.
Le tabac aussi mise sur le haut de gamme
Malgré les bouleversements qui ont impacté la filière tabacole ces dernières années, les planteurs du Puy-de-Dôme et de l’Allier…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole