Aller au contenu principal

«Enrayer la dynamique antispéciste»

Quentin Baumont, président JA Puy-de-Dôme

Quentin Baumont, président de Jeunes Agriculteurs Puy-de-Dôme.

Le jeudi 2 juillet, trois entrepreneurs – Xavier Niel (Free), Jacques-Antoine Granjon (Veepee - ex Vente-privee.com), Marc Simoncini (fondateur de Meetic) – et le journaliste Hugo Clément se sont associés à d’autres personnalités et des associations de protection animale (L214 mais aussi CIWF, Welfarm, OABA, ...), pour proposer un Référendum d’Initiative Partagée (RIP) avec 6 mesures, portant notamment sur l’élevage.

Retour sur le sujet avec Quentin Baumont, président de Jeunes Agriculteurs Puy-de-Dôme.

 

Pouvez-vous nous rappeler quelles sont les mesures soutenues ?

Ce RIP porte sur 6 mesures, dont deux qui concernent principalement l’élevage : l’interdiction de l’élevage des animaux de rente en cage, case, stalle ou box et l’interdiction de la construction de tout nouvel élevage n’offrant pas accès au plein air, et à terme l’interdiction de tout élevage ne présentant pas la garantie d’accès au plein air. Il y a aussi l’interdiction de l’élevage pour la fourrure, l’interdiction de la chasse à courre et des chasses traditionnelles, l’interdiction des spectacles d’animaux vivants ainsi que l’interdiction de l’expérimentation animale si possibilité d’alternative.

Quel est votre point de vue sur une telle initiative ?

Tout d’abord, il faut bien rappeler que c’est une initiative, il faut donc qu’elle arrive à rassembler le soutien de 185 parlementaires ; et pour conduire à un référendum, la proposition doit être soutenue par 10% du corps électoral (soit 4,7 millions de personnes environ).

A ce jour, 135 parlementaires soutiennent l’initiative. Et même si à ce jour, aucun député du Puy-de-Dôme n’est signataire, nous devons collectivement enrayer la dynamique de signature ! Car leur objectif est ouvertement «anti-élevage» et non pas pour l’amélioration des conditions de bien-être animal ! Demain, ces signataires veulent-ils encore des agriculteurs ? des animaux ? de la biodiversité. Ou préfèrent-ils des importations massives ?

C’est à se demander ! Si l’on ajoute à ce RIP, les tags et dégradations commis, les vidéos L214, cela donne assez nettement l’impression d’un monde agricole et rural pris entre le marteau et l’enclume des animalistes, abolitionnistes et antispécistes de tous poils, rêvant d’une campagne sans meuglement, bêlement, hennissement ou même aboiement.

 

Propos recueillis par Adeline Javion

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Sébastien Ramade, nouveau président de l’interprofession Saint-nectaire
« Notre force : l’union entre les différents acteurs de la filière »
Sébastien Ramade, producteur fermier de Saint-nectaire vient d'être élu président de l'Interprofession du Saint-nectaire (ISN) et…
Patrick Bénézit : « Une PAC qui maintient des agriculteurs nombreux et qui créé de l’économie »
Patrick Bénézit, agriculteur dans le Cantal et président de la Copamac¹, milite pour une PAC économique garante de la diversité…
Betteraves
Quelles cultures après la betterave ?
Les ex-betteraviers de la Limagne étudient avec leurs partenaires techniques les productions alternatives à la betterave ayant à…
Irrigation
Plan de relance et aléas climatiques : comment obtenir une aide ?
Le plan de relance agricole du gouvernement soutient les investissements d’équipements d’irrigation. Mais avant de déposer une…
Champs de blé face au Puy-de-Dôme
Surfaces et rendements céréaliers en baisse
En moins de cinq ans, le département du Puy-de-Dôme a perdu près de 8 000 ha de cultures, résultat d'une déprise agricole forte,…
Maître d'apprentissage et son apprentis
Phytos : ce que la séparation de la vente et du conseil a changé au 1er janvier
Les dispositions de la loi Egalim sur la séparation vente/conseil en phytos sont entrées en vigueur au 1er janvier 2021. Éléments…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole