Aller au contenu principal

RÉGLEMENTATION
Engins de levage et de manutention, n'oubliez pas le contrôle périodique !

Le contrôle périodique des engins de levage et de manutention est obligatoire pour vérifier le bon fonctionnement des dispositifs de sécurité.

Les engins de levage ou de manutention doivent être contrôlés périodiquement.

L’utilisation des engins de levage et de manutention dans les exploitations est à l’origine de nombreux accidents. Les erreurs de conduite et la détérioration du matériel en sont souvent les causes. Un cadre réglementaire entoure donc, depuis quelques années maintenant, l’emploi et l’entretien de ces engins afin de réduire les accidents. Tous les exploitants agricoles, employeurs de main-d’œuvre ou accueillant, même temporairement, du personnel (stagiaire, service de remplacement…) sont concernés par les vérifications périodiques de leurs engins de levage ou manutention.

Contrôle période des engins

Plusieurs procédures ont été mi-ses en place pour vérifier le bon fonctionnement des dispositifs de sécurité des engins. Les matériels concernés vont du chariot télescopique au mat de chargement de big bag monté sur un épandeur d’engrais. Le chargeur frontal et le camion polybenne doivent aussi être examinés tout comme les accessoires de types palettes ou pinces balles, les plateformes de cueillette ou de taille.
Les engins « de levage » (déplacement par levage des marchandises ou matériels) sont obligatoirement vérifiés tous les 6 mois. Les engins de « manutention » (déplacement par levage de produits non conditionnés : fumier, terre, fourrage...) sont contrôlés tous les ans.
Trois vérifications encadrent ces appareils. La première est la vérification de mise en service (neuf, occasion, location, prêt). Elle est à réaliser lors de l’arrivée du matériel au sein de l’exploitation et consigné dans le livret de maintenance. L’aptitude au travail de l’engin et de ses accessoires est alors contrôlée. Si l’appareil vient à être réparé, une vérification de remise en service est à effectuer.
Enfin, la vérification générale périodique ou VGP permet de juger, à intervalle régulier, si les systèmes de sécurité sont en état de fonctionnement. L'exploitant peut faire appel à un organisme certificateur ou à un expert privé (constructeur, concessionnaire, indépendant…) disposant de la formation adéquate pour le contrôle de ses engins.

Autorisation de conduite

Cependant, le contrôle des engins ne suffit pas à garantir l’entière sécurité des chantiers. Il est primordial de vérifier et valider les compétences des chauffeurs. Ces derniers doivent être en possession d’une autorisation de conduite s’ils sont amenés à manipuler un chariot télescopique. Celle-ci comprend une autorisation de la médecine du travail à la conduite de ces engins, une formation interne (dispensée par le chef d’exploitation) ou externe (CACES) à la sécurité et avoir reçu les informations nécessaires sur les différentes manipulations et l’organisation des chantiers. Une fois ces trois points validés, l’autorisation de conduite peut être délivrée par l’employeur. Il est recommandé à ce dernier de faire signer cette autorisation par le chauffeur.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Les éleveurs du syndicat Aubrac des Volcans sur le ring confectionné en partenariat avec les élèves du lycée du Breuil-sur-Couze.
L'Aubrac a fait le show au château du Breuil !
La 20ème édition de la compétition départementale Aubrac a rassemblé une centaine d'animaux et attiré plus de 600…
Une équipe de professionnels et de techniciens au complet pour organiser le concours départemental Salers du Puy-de-Dôme version 2022
#salers2022, une belle réussite !
Samedi 27 août, c’était au tour de la commune d’Ardes-sur-Couze d’accueillir le concours départemental Salers et de mettre en…
Le 8 septembre, la coopérative a inauguré son nouveau moulin dans la plaine de Saint-Ignat, en présence de nombreuses personnalités politiques locales.
Limagrain inaugure son nouveau moulin
Limagrain a inauguré son nouveau moulin à blé à Saint-Ignat, après plus de deux ans de travaux et 24 millions d'euros d'…
L’Aubrac présente son fleuron dans le Puy-de-Dôme
Le 10 septembre prochain, le syndicat Aubrac des volcans vous donne rendez-vous au lycée agricole du Breuil-sur-Couze pour le…
De gauche à droite : Gilles Flandin et Damien Bonaimé, respectivement président et directeur de la Safer Auvergne-Rhône-Alpes.
La Safer Auvergne-Rhône-Alpes présente sa feuille de route 2022-2028
À l’occasion de la rentrée 2022, la Safer Auvergne-Rhône-Alpes a présenté sa feuille de route pour les années à venir. Gilles…
Bouteille de lait
Prix du lait : à la recherche de plus de visibilité
La juste rémunération des producteurs de lait est toujours au cœur des combats de la Fédération des producteurs de lait du Puy-de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole