Aller au contenu principal

RÉGLEMENTATION
Engins de levage et de manutention, n'oubliez pas le contrôle périodique !

Le contrôle périodique des engins de levage et de manutention est obligatoire pour vérifier le bon fonctionnement des dispositifs de sécurité.

Les engins de levage ou de manutention doivent être contrôlés périodiquement.

L’utilisation des engins de levage et de manutention dans les exploitations est à l’origine de nombreux accidents. Les erreurs de conduite et la détérioration du matériel en sont souvent les causes. Un cadre réglementaire entoure donc, depuis quelques années maintenant, l’emploi et l’entretien de ces engins afin de réduire les accidents. Tous les exploitants agricoles, employeurs de main-d’œuvre ou accueillant, même temporairement, du personnel (stagiaire, service de remplacement…) sont concernés par les vérifications périodiques de leurs engins de levage ou manutention.

Contrôle période des engins

Plusieurs procédures ont été mi-ses en place pour vérifier le bon fonctionnement des dispositifs de sécurité des engins. Les matériels concernés vont du chariot télescopique au mat de chargement de big bag monté sur un épandeur d’engrais. Le chargeur frontal et le camion polybenne doivent aussi être examinés tout comme les accessoires de types palettes ou pinces balles, les plateformes de cueillette ou de taille.
Les engins « de levage » (déplacement par levage des marchandises ou matériels) sont obligatoirement vérifiés tous les 6 mois. Les engins de « manutention » (déplacement par levage de produits non conditionnés : fumier, terre, fourrage...) sont contrôlés tous les ans.
Trois vérifications encadrent ces appareils. La première est la vérification de mise en service (neuf, occasion, location, prêt). Elle est à réaliser lors de l’arrivée du matériel au sein de l’exploitation et consigné dans le livret de maintenance. L’aptitude au travail de l’engin et de ses accessoires est alors contrôlée. Si l’appareil vient à être réparé, une vérification de remise en service est à effectuer.
Enfin, la vérification générale périodique ou VGP permet de juger, à intervalle régulier, si les systèmes de sécurité sont en état de fonctionnement. L'exploitant peut faire appel à un organisme certificateur ou à un expert privé (constructeur, concessionnaire, indépendant…) disposant de la formation adéquate pour le contrôle de ses engins.

Autorisation de conduite

Cependant, le contrôle des engins ne suffit pas à garantir l’entière sécurité des chantiers. Il est primordial de vérifier et valider les compétences des chauffeurs. Ces derniers doivent être en possession d’une autorisation de conduite s’ils sont amenés à manipuler un chariot télescopique. Celle-ci comprend une autorisation de la médecine du travail à la conduite de ces engins, une formation interne (dispensée par le chef d’exploitation) ou externe (CACES) à la sécurité et avoir reçu les informations nécessaires sur les différentes manipulations et l’organisation des chantiers. Une fois ces trois points validés, l’autorisation de conduite peut être délivrée par l’employeur. Il est recommandé à ce dernier de faire signer cette autorisation par le chauffeur.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Les bâtiments agricoles ont été la cible de grêlons de la taille parfois supérieure à une balle de tennis. De nombreux dégâts sont à déplorer également sur les cultures et l'herbe.
Grêle et orages : les épisodes de trop !
Le Puy-de-Dôme a été touché le week-end de la Pentecôte par de violents orages qui ont détruit des cultures et endommagé…
Tournée calamités des Combrailles : un point de départ pour bâtir le dossier « calamités ».
Grêle : et après ?
Alors que les orages de grêle ont dévasté cultures et bâtiments le week-end de la Pentecôte, les agriculteurs éprouvés par ce…
Lors de l’assemblée générale de la section auvergnate d’Unisylva à Brioude, la coopérative forestière est revenue sur le contexte actuel exceptionnel qui marque la première hausse significative des prix depuis plus de 30 ans.
Les marchés forestiers à des niveaux historiques
La coopérative forestière Unisylva clôture l'année 2021 sur un bilan positif grâce à un contexte exceptionnellement favorable au…
En l'espace de 24 heures, deux vaches de Patrick Boyer ont été dépecées par les vautours dont une où la mort de l'animal n'est pas certaine avant l'intervention des charognards.
Les vautours réapparaissent près d’Égliseneuve-d'Entraigues
Les vautours fauves ont refait leur apparition dans le Puy-de-Dôme près d'Égliseneuve d'Entraigues où Patrick Boyer, éleveur de…
Droit à l’essai : un an de dialogue pour s’associer sur de bonnes bases
Très investies dans la structure Gaec et Sociétés, Brigitte Troucellier, agricultrice dans le Cantal et Maryse Font, agricultrice…
La journée Herbe Richesse des Combrailles a réuni une centaine de visiteurs à Villossanges.
L'herbe, une culture à part entière dans les Combrailles
Les Combrailles étaient à l'honneur la semaine dernière lors d'une journée dédiée aux cultures fourragères organisée par la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole