Aller au contenu principal

Réglementation
En zone vulnérable, l'anticipation devient obligatoire

Un nouveau zonage vulnérable est en application depuis le 1er septembre sur le Puy-de-Dôme impliquant pour les agriculteurs la mise en place de diverses obligations.

La réglementation impose un calendrier d'épandage pour tous les types d'engrais ainsi qu'un prévisionnel et un enregistrement des pratiques.

Depuis le 1er septembre, le nouveau zonage vulnérable du Puy-de-Dôme est appliqué. Ce sont désormais 155 communes du département qui sont classées dont 113 sur la totalité de leur territoire et 42 partiellement. Il découle de cette réglementation plusieurs obligations pour les agriculteurs en termes d'épandage, de fertilisation et des gestions des effluents d'élevage. À l'occasion de plusieurs réu-nions d'informations organisées par la Chambre d'agriculture du Puy-de-Dôme, les agriculteurs néophytes ont découvert toute la complexité de cette réglementation.

Prévoir, anticiper et enregistrer les pratiques

Toute personne exploitant plus de trois hectares en zone vulnérable est tenue de réaliser, annuellement, une analyse de sol globale (granulométrie et mesure de l'azote totale).
La réglementation zone vulnérable impose également la mise en place d'un Plan Prévisionnel de Fumure (PPF) et d'un cahier d'enregistrement des pratiques pour les parcelles classées. Cette obligation est à suivre "même si aucun apport n'est réalisé sur les parcelles" précise Frédéric Moigny, responsable du service agronomie à la Chambre d'agriculture du Puy-de-Dôme.
Le PPF est un document dans lequel l'exploitant devra prévoir et anticiper la fertilisation azotée d'une culture ainsi que la gestion des effluents d'élevage. Les caractéristiques de l'îlot cultural (surface, type de sol, culture, période d'implantation...) y seront répertoriées, tout comme l'objectif de production et par conséquent la quantité d'azote  qui sera apportée. "Avec ce document, la dose d'azote ne pourra plus être dépassée."
Le PPF est à réaliser tous les ans, avant le 31 mars pour les cultures d'automne, et avant le semis pour les cultures de printemps. "Des outils informatiques existent pour vous aider à concevoir le plan de fumure."
À ce dernier est couplé le Cahier d'Enregistrement des Pratiques (CEP) qui permet de suivre la fertilisation azotée de la culture en cours de campagne. Là aussi, les caractéristiques de la parcelle sont à détailler ainsi que les modalités de gestion des CIPAN, le rendement de la culture principale...
Les prairies ne sont pas exemptes de cette obligation puisque l'éleveur doit noter dans le CEP la description du cheptel ainsi que le temps moyen passé à l'extérieur du bâtiment.

Calendrier d'épandage

Les autres obligations importantes, et complexes, de la zone vulnérable sont le calendrier d'épandage et la couverture permanente des sols. Ainsi, l'exploitant à l'obligation d'implanter une CIPAN, une culture dérobée ou de favoriser les repousses de colza ou céréales, que ce soit pour une inter-culture courte (colza-culture d'hiver) ou longue (culture d'hiver-culture de printemps). La CIPAN ou les repousses ne peuvent être détruites avant le 15 novembre ou après moins de 8 semaines d'implantation (l'usage chimique est interdit).
Quant au calendrier d'épandage, il faut avant tout retenir qu'il est interdit d'épandre un engrais minéral (type III) sur les cultures d'hiver à partir du 30 août et jusqu'au 1er février. L'épandage de lisiers (type II) est interdit sur ces mêmes cultures du 30 septembre au 1er février et les fumiers pailleux (type I) du 15 novembre au 15 janvier.
Les cultures de printemps précédées d'une CIPAN peuvent être fertilisées avec un fumier pailleux du 15 janvier au 15 juin (du 1er février au 15 juin pour les lisiers) ; à compter de la mi-juin les épandages sont soumis à d'autres restrictions en rapport avec la date de semis, ou de destruction, de la CIPAN. En revanche, les engrais minéraux ne sont autorisés que du 1er mars au 1er juillet. Sur les prairies implantées depuis plus de six mois, l'apport de fumier est réalisable du 15 janvier au 15 décembre et du 15 janvier au 15 novembre pour les lisiers. Les engrais minéraux sont autorisés du 1er mars (à partir du 1er février en zone de montagne) au 30 septembre.
Dans cet article, les mesures sont présentées sommairement et certaines n'ont pas été évoquées.

En savoir plus : Chambre d’agriculture du Puy-de-Dôme, pôle production au 04 73 44 45 95 ou sur le site extranet-puy-de-dome.chambres-agriculture.fr

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Une aide à l'alimentation animale est allouée aux éleveurs pour couvrir une partie de la hausse des charges à laquelle ils sont confrontés depuis l'explosion de la guerre en Ukraine.
Plan de résilience : l'aide à l'alimentation animale
Dans le cadre du plan de résilience et pour faire face à la hausse de charges d’exploitation, le gouvernement octroie aux…
Nicolas Chatard, nouveau président JA63.
Le nouveau président de JA 63 entre innovation et persévérance
Nicolas Chatard a été élu président du syndicat Jeunes Agriculteurs du Puy-de-Dôme avec une nouvelle équipe et succède ainsi à…
Le COTI du 5 mai dernier a rassemblé, à la Chambre d'agriculture du Puy-de-Dôme, la profession agricole et para-agricole, des élus locaux et l'enseignement agricole.
Installation/transmission et DJA, évolutions plus ou moins favorables
Une nouvelle DJA financée, non plus par le Feader mais par les Régions, devrait voir le jour le 1er janvier 2023 avec un montant…
Après plusieurs années d'augmentation, les effectifs de la Limousine se stabilisent en 2022.
L’Aubrac et la Limousine augmentent, la Salers se stabilise et la Charolaise décroche
Les effectifs bovins allaitants dans le Puy-de-Dôme sont en baisse chaque année mais certaines races résistent mieux que d'autres…
« Le contrat : une arme de proposition massive que doivent utiliser les éleveurs »
Alors que la décapitalisation s’accélère dans un contexte de hausse de charges sans précédent, la vente des animaux aux coûts de…
La journée de démonstration de matériel à Moureuille, le 20 avril, a attiré une trentaine de visiteurs.
La Cuma des Prés se tourne vers l’avenir
La Cuma des Prés à Moureuille compte une vingtaine d'adhérents qui ont accès à du matériel performant grâce à la collectivité.  
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole