Aller au contenu principal

L’écho des Jeunes Agriculteurs d’Auvergne-Rhône-Alpes
En Haute-Savoie, des éleveurs connectés et solidaires face au loup

  A partir de cette semaine, vos journaux agricoles d’Auvergne-Rhône-Alpes vous proposeront tous les mois, une rubrique dédiée à l’actualité des Jeunes agriculteurs dans leur département. Aux quatre coins de la région, entre combats syndicaux, manifestations, et actions de communication…la jeune génération ne manque pas d’inventivité pour faire parler d’elle. Cette semaine, les JA de Haute-Savoie reviennent sur la problématique de la prédation.    

Depuis quelques années le mot « loup » résonne dans tous les esprits, que ce soit en France ou ailleurs. En effet le loup a fait son grand retour en France au début des années 1990 après sa disparition dans les années trente. Depuis 1990, la population lupine ne cesse d’augmenter et de s’installer sur les différents territoires de montagne, dont la Haute-Savoie. En 2019, le Groupe National Loup a dénombré plus de 500 loups en France dont 80 meutes, évoluant sur 97 zones. Sources de nombreuses situations conflictuelles, « le retour des loups est perçu comme une difficulté supplémentaire par les éleveurs », estiment les JA de Haute-Savoie. Dans ce département, le prédateur fait de plus en plus de ravages, mettant en mal la singularité de leur modèle d’élevage. En 2019 on comptait 106 attaques dont 218 victimes (ovins et caprins principalement). Depuis ce début d’année 2020, on recense déjà 97 attaques faisant 258 victimes dont 13 bovins ! « Historiquement en Haute-Savoie, les troupeaux étaient non gardés et sur de petites estives à très hautes altitudes. Ces élevages, appartenant généralement à des doubles-actifs ou bien à des retraités, sont dans l’impossibilité d’être surveillés 24h/24. Avec le loup, ce type d’élevage non gardé ne pourra pas être viable… une quinzaine d’alpages haut-Savoyards ont déjà été abandonnés cette année », expliquent les JA. A l’inquiétude se superpose une problématique de coût : frais de matériels de protection qu’il faut avancer avec un remboursement parfois tardif (3 à 6 mois, voire 1 an), coût de gardiennage…

Une entraide entre éleveurs

Pour ne pas laisser les éleveurs seuls face à l’adversité, les JA de Haute-Savoie ont créé récemment un groupe Whatsapp (discussion instantanée) afin de recenser les attaques dans la minute de façon à mieux préparer son troupeau à une prédation possible. Au-delà de sa mission d’alerte, le groupe est un lieu où tous les conseils, astuces et entraide sont les bienvenus. Une trentaine d’agriculteurs ou de bergers en font désormais partie. « Cette entraide permet également d’apporter un soutien psychologique aux éleveurs touchés par la prédation du loup, sujet dont on parle peu ». Parallèlement, les Jeunes Agriculteurs utilisent une application baptisée « MapLoup », qui répertorie sur une carte interactive les attaques en direct et sur plusieurs semaines au sein du territoire français. Pour aller plus loin, des Jeunes Agriculteurs du département sont impliqués dans les groupes de travail liés à la prédation du loup et participent même au Plan National Loup.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Bruno Dufayet
Bruno Dufayet : « Les marchés sont porteurs, ne lâchez pas les prix sur vos fermes »
Eleveur à Mauriac dans le Cantal, Bruno Dufayet déploie la feuille de route de la Fédération nationale bovine qu’il préside, avec…
Marché du maigre et du gras, stop à l’enfumage !
 Jeudi 8 octobre, les producteurs de viande ont reçu Bruno Dufayet, président de la Fédération Nationale Bovine (FNB). Remise à l…
Cultiver l'herbe : la solution pour affronter le changement climatique
La 11ème édition de "l'Herbe de nos Montagnes" organisée à Laqueuille la semaine dernière a posé plusieurs…
Le syndicat des volailles fermières d’Auvergne vient d’intégrer le cercle très fermé des dix sponsors officiels de l’ASM Clermont-Auvergne
Les volailles fermières d’Auvergne entrent dans la mêlée
Le syndicat des volailles fermières d’Auvergne vient d’intégrer le cercle très fermé des dix sponsors officiels de l’ASM Clermont…
De gauche à droite : André Bernard, président de la chambre régionale d'agriculture PACA, David Chauve, Sébastien Windsor, président de l'APCA, Vincent Chirent et Christophe Hillairet.
« Les chambres d'agriculture doivent être innovantes »
En visite dans le Puy-de-Dôme, le président et le secrétaire général de l'Assemblée Permanente des Chambres d'Agriculture ont mis…
En Haute-Savoie, des éleveurs connectés et solidaires face au loup
  A partir de cette semaine, vos journaux agricoles d’Auvergne-Rhône-Alpes vous proposeront tous les mois, une rubrique dédiée à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole