Aller au contenu principal

En 10 ans, Agri Emploi 63 s’impose dans le développement de l’emploi partag

Au service des agriculteurs employeurs depuis 10 ans, Agri Emploi 63 réaffirme, lors de son assemblée générale, sa volonté de développer l’emploi salarié dans les exploitations.

Agri Emploi 63 a 10 ans ! Créée en 2006 pour répondre aux demandes en main-d’œuvre des agriculteurs, l’association a su développer ses services. Formations, rédaction des contrats de travail, édition des bulletins de salaire, gestion des mésententes entre salariés et adhérents, Agri Emploi 63 est devenu un acteur privilégié de l’emploi agricole. À tel point que l’association cumule plusieurs partenariats avec des structures du secteur mais aussi non agricoles.

 

Multiples ramifications

C’est sans nul doute l’une des grandes fiertés d’Agri Emploi 63 : ses partenariats. Grâce à la demande croissante de salariés agricoles, l’association a pu construire des relations durables avec bien des acteurs. Pôle Emploi, FDGDON, Syndicat des producteurs de maïs semence, Missions Locales… autant de mariages naturels qui permettent à l’association de répondre aux demandes des agriculteurs et de développer son activité.

En 2015, elle s’est immiscée dans l’écimage des maïs en proposant notamment aux semenciers, de recruter les saisonniers ou de gérer le côté administratif (contrats de travail, bulletins de paie…). En lien avec l’ADSEA (Association Départementale pour la Sauvegarde de l’Enfance et de l’Adolescence) avec qui Agri Emploi 63 travaille déjà pour le bâchage des betteraves, l’association agricole espère élargir son vivier de recrutement et permettre ainsi l’échange et les rencontres entre les jeunes de la ville et les agriculteurs.

Seconde nouveauté, la lutte collective contre les taupes, par le gazage au Ph3. Agri Emploi 63 propose de mettre à disposition des salariés qualifiés. Cette nouvelle prestation, en lien avec la FDGDON, démarrera en octobre 2016, à condition d’un minimum de 300 heures d’activités pour l’automne.

L’emploi, encore et toujours

Malgré la crise, l’emploi en agriculture maintient le cap. Avec plus de 43 000 heures travaillées par les salariés et trois offres d’emplois par mois en 2015, le salariat agricole reste la solution privilégiée pour se libérer du temps. «Les salariés apportent une certaine sérénité sur l’exploitation. Ils permettent de voir l’exploitation davantage comme une entreprise et donc de réfléchir autrement» explique Vivianne Chomette, présidente d’Agri Emploi 63.

Pourtant, le coût de l’embauche est encore considéré comme un frein pour nombre d’agriculteurs qui préfèrent investir par exemple dans l’automatisation des tâches que de privilégier l’emploi partagé. «Beaucoup de producteurs laitiers se tournent vers l’automatisation pour se libérer de la traite. Je ne crois pas qu’il s’agit là d’une solution permettant un gain de temps, explique Pascal Servier, vice-président d’Agri Emploi 63. Un salarié peut vous répondre et même vous aider. Jusqu’à preuve du contraire, une machine ne vous répond pas. Ce n’est pas négligeable surtout quand on sait combien les agriculteurs sont parfois isolés.»

L’emploi de demain ?

Forte désormais de son expérience de dix ans, Agri Emploi 63 tient à développer encore son activité et surtout à la pérenniser. Ainsi en 2016, elle prévoit de consolider ses partenariats pour la création de CDI ou de chantiers collectifs. Elle espère également se rapprocher des apiculteurs qui eux aussi, ponctuellement, ont besoin de main-d’œuvre.

Le développement de la formation mais aussi d’outils facilitant les liens entre salariés, entre salariés et adhérents et facilitant la mesure du temps de travail sont en cours de développement. Bref, Agri Emploi 63 ne cesse d’avancer pour trouver toujours plus de solutions.

Trois questions à...

Vivianne Chomette, présidente d’Agri Emploi 63

Agri Emploi 63 a dix ans. Pari gagné ?

Oui, on peut dire ça. Agri Emploi a été créé en 2006 pour répondre à la demande des agriculteurs qui ne parvenaient pas à trouver de salariés. L’association est partie de zéro avec comme unique soutien le syndicat FNSEA 63.

Aujourd'hui, au regard de ces dix dernières années, oui nous pouvons dire que nous avons bien progressé.

 

En dix ans, Agri Emploi 63 est resté concentré sur l’emploi en agriculture tout en s’ouvrant à des partenaires non agricoles (Pôle Emploi, Missions Locales…). Comment l’association est-elle parvenue à construire de telles relations ?

Agri Emploi 63 a souvent été cité dans les médias. Nous en avons également fait notre promotion dans les forums pour l’emploi... Tout a été question, en réalité, de rencontres fortuites avec des personnes ayant les mêmes affinités que nous notamment Pôle Emploi. Leurs conseillers sont venus en formation chez moi pour découvrir le métier.

 

Le groupement d’employeurs a-t-il toujours fait l’unanimité auprès des agriculteurs ?

Non loin de là ! Les agriculteurs n’ont pas la fibre de l’employeur. Le groupement d’employeurs leur faisait peur surtout le côté administratif. Agri Emploi 63 a su les aider, les conseiller et les accompagner dans leurs démarches d’emplois.

Propos recueillis par M.C

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Sébastien Ramade, nouveau président de l’interprofession Saint-nectaire
« Notre force : l’union entre les différents acteurs de la filière »
Sébastien Ramade, producteur fermier de Saint-nectaire vient d'être élu président de l'Interprofession du Saint-nectaire (ISN) et…
Betteraves
Quelles cultures après la betterave ?
Les ex-betteraviers de la Limagne étudient avec leurs partenaires techniques les productions alternatives à la betterave ayant à…
Patrick Bénézit : « Une PAC qui maintient des agriculteurs nombreux et qui créé de l’économie »
Patrick Bénézit, agriculteur dans le Cantal et président de la Copamac¹, milite pour une PAC économique garante de la diversité…
Irrigation
Plan de relance et aléas climatiques : comment obtenir une aide ?
Le plan de relance agricole du gouvernement soutient les investissements d’équipements d’irrigation. Mais avant de déposer une…
Maître d'apprentissage et son apprentis
Phytos : ce que la séparation de la vente et du conseil a changé au 1er janvier
Les dispositions de la loi Egalim sur la séparation vente/conseil en phytos sont entrées en vigueur au 1er janvier 2021. Éléments…
Champs de blé face au Puy-de-Dôme
Surfaces et rendements céréaliers en baisse
En moins de cinq ans, le département du Puy-de-Dôme a perdu près de 8 000 ha de cultures, résultat d'une déprise agricole forte,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole