Aller au contenu principal

Elle a dit ...

Sandrine Schiettekatte, secrétaire générale de la FDPL

« Aujourd'hui encore, à la veille du vote de la loi Alimentation, certaines laiteries sont toujours à la traîne pour rémunérer convenablement leurs producteurs. Le prix du lait est le principal problème de la filière. Le revenu des éleveurs est dans le rouge et ne participe pas, bien au contraire, à maintenir les exploitations puydômoises. La production globale sur le Puy-de-Dôme est en baisse du fait des départs à la retraite mais aussi des reconversions. Nous plaçons beaucoup d'espoirs dans cette nouvelle loi et notamment sur trois ordonnances en attente de vote.
La première permettra de limiter le seuil de revente à perte à 10%.
La seconde rejoint la première puisqu'elle encadrera les promotions des distributeurs. Ces pratiques massacrent la valeur ajoutée de nos produits. Avec cette ordonnance, fini le « un acheté, un gratuit ! » La promotion ne devra pas faire cadeau de plus de 34% de la valeur du produit. Et enfin, la troisième ordonnance permettra de définir et de valider au niveau du CNIEL, les indicateurs de coûts de production. Ils serviront de base de discussions aux organisations professionnelles qui sont, dans le cadre juridique actuel, les seuls organismes habilités à discuter le prix.
Ces ordonnances doivent être clairement rédigées et votées avant la fin de l'année 2018 pour bénéficier aux négociations commerciales de janvier et février 2019. Dans ce cas, nous pourrons espérer une évolution du prix du lait. A contrario, nous serons dans un statu quo avec les transformateurs et les distributeurs où le prix sera, une fois de trop, décrété et non construit. Enclencher une dynamique de prix prend du temps, il faut donc commencer dès maintenant pour assurer le renouvellement générationnel des exploitations laitières puydômoises. »

Sandrine Schiettekatte, secrétaire générale de la FDPL

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Sébastien Ramade, nouveau président de l’interprofession Saint-nectaire
« Notre force : l’union entre les différents acteurs de la filière »
Sébastien Ramade, producteur fermier de Saint-nectaire vient d'être élu président de l'Interprofession du Saint-nectaire (ISN) et…
Patrick Bénézit : « Une PAC qui maintient des agriculteurs nombreux et qui créé de l’économie »
Patrick Bénézit, agriculteur dans le Cantal et président de la Copamac¹, milite pour une PAC économique garante de la diversité…
Betteraves
Quelles cultures après la betterave ?
Les ex-betteraviers de la Limagne étudient avec leurs partenaires techniques les productions alternatives à la betterave ayant à…
Irrigation
Plan de relance et aléas climatiques : comment obtenir une aide ?
Le plan de relance agricole du gouvernement soutient les investissements d’équipements d’irrigation. Mais avant de déposer une…
Champs de blé face au Puy-de-Dôme
Surfaces et rendements céréaliers en baisse
En moins de cinq ans, le département du Puy-de-Dôme a perdu près de 8 000 ha de cultures, résultat d'une déprise agricole forte,…
Maître d'apprentissage et son apprentis
Phytos : ce que la séparation de la vente et du conseil a changé au 1er janvier
Les dispositions de la loi Egalim sur la séparation vente/conseil en phytos sont entrées en vigueur au 1er janvier 2021. Éléments…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole