Aller au contenu principal

Elevage allaitant :" Rien ne justifie des prix bas en ferme"

Les éleveurs allaitants du grand Massif central, réunis lundi à Clermont-Ferrand, appellent les éleveurs à faire preuve de vigilance face à toutes les tentatives de blocage du processus de répartition de la valeur, constatées au sein même de la filière.

Christian Bajard, éleveur en Saône-et-Loire, nouveau coordonnateur du Berceau des races à viande.

Lieu de rassemblement collectif des éleveurs allaitants du grand Massif central, le Berceau des races à viande s'est réuni, lundi dernier. Coordonnateur du berceau depuis 2016, Pascal Lerousseau a souhaité céder sa place. Dans ce rôle de chef d'orchestre du lobbying allaitant, c'est Christian Bajard, éleveur à Saint-Symphorien-des-Bois en Saône-et-Loire qui va lui succéder. Future PAC, suite des Etats généraux, export...les sujets ne manquent pas. Et sur le terrain, force est de constater que « certains opérateurs soufflent le froid et le chaud pour mieux duper les éleveurs », estime Christian Arvis, éleveur en Creuse, secrétaire général de la FDSEA. Un sentiment unanimement partagé. « Le nombre de vaches abattues est stable. La consommation se maintient. Il n'y a rien qui justifie la baisse de 50 cts sur les vaches allaitantes », a témoigné Bruno Dufayet, éleveur dans le Cantal et président de la FNB.

Des labels au rabais ?

Pour le collectif d'éleveurs, ces rumeurs distillées ici et là dans les cours de ferme participent plus globalement à l'opération de sabordage de certains opérateurs de la montée en gamme et de la répartition de valeur pourtant appelées de ses voeux par le Président de la République. Suite aux Etats généraux de l'alimentation, la filière bovine française s'est en effet engagée dans un plan de filière allant dans ce sens...et pourtant, « sur la montée en gamme et le développement des labels, il est inadmissible qu'une seule organisation de défense et de gestion, qu'une seule organisation de producteurs, se précipite, comme c'est malheureusement le cas aujourd'hui, pour répondre aux demandes de la distribution qui veut acheter des produits labels au rabais, sans prendre en compte les coûts de production des éleveurs », insiste Christian Bajard.

Export : saisir des opportunités

Sur l'export aussi, les responsables professionnels FNSEA-JA ont l'intime conviction que certains acteurs de la filière rament à contre-courant ou plutôt à sens unique. « La demande des pays tiers en viande est croissante. Pourtant, trop peu d'opérateurs français s'engagent dans une réelle stratégie économique pour saisir ces marchés », a insisté Bruno Dufayet. Et d'estimer « qu'il est plus facile de laisser s'engorger le marché intérieur français pour maintenir des prix bas en ferme ».

Sophie Chatenet

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Sébastien Ramade, nouveau président de l’interprofession Saint-nectaire
« Notre force : l’union entre les différents acteurs de la filière »
Sébastien Ramade, producteur fermier de Saint-nectaire vient d'être élu président de l'Interprofession du Saint-nectaire (ISN) et…
Patrick Bénézit : « Une PAC qui maintient des agriculteurs nombreux et qui créé de l’économie »
Patrick Bénézit, agriculteur dans le Cantal et président de la Copamac¹, milite pour une PAC économique garante de la diversité…
Betteraves
Quelles cultures après la betterave ?
Les ex-betteraviers de la Limagne étudient avec leurs partenaires techniques les productions alternatives à la betterave ayant à…
Irrigation
Plan de relance et aléas climatiques : comment obtenir une aide ?
Le plan de relance agricole du gouvernement soutient les investissements d’équipements d’irrigation. Mais avant de déposer une…
Champs de blé face au Puy-de-Dôme
Surfaces et rendements céréaliers en baisse
En moins de cinq ans, le département du Puy-de-Dôme a perdu près de 8 000 ha de cultures, résultat d'une déprise agricole forte,…
Maître d'apprentissage et son apprentis
Phytos : ce que la séparation de la vente et du conseil a changé au 1er janvier
Les dispositions de la loi Egalim sur la séparation vente/conseil en phytos sont entrées en vigueur au 1er janvier 2021. Éléments…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole