Aller au contenu principal
Font Size

Editorial Marion Vedel, Présidente de JA 63

Marion Vedel

«Help !»


C'est ce cri de désespoir que nous, Jeunes Agriculteurs, avons lancé au ministre de l'Agriculture lors de notre congrès national, chez lui dans la Sarthe. C'est en chanson, interprétée par Florent Dornier, notre secrétaire général, que nous l'avons accueilli, histoire qu'il comprenne bien le message !Et c'est un message de ras-le-bol que nous avons souhaité lui faire passer ; marre des discours de politicien, marre que les actes ne suivent pas les paroles ! L'économie française va mal et notre agriculture est en train de mourir à petit feu, ou plutôt à petits coups de contraintes ! Les agriculteurs sont en train de crever doucement sous les yeux de notre ministre, ou plutôt du porte-parole du gouvernement, car aujourd'hui on peut se demander si nous avons encore un ministère de l'Agriculture ! Et pourtant M. Le Foll continue de nous dire qu'il nous comprend, il s'entête à nous expliquer qu'il met toute en oeuvre pour nous aider, il s'efforce de nous convaincre qu'il n'est pas responsable... Mais à nos yeux il s'enfonce dans des beaux discours en lesquels il y a bien longtemps que nous ne croyons plus ! Non M. Le Foll vous n'avait pas «fait le job» comme vous le prétendez ; le dossier installation est toujours bloqué6 mois après la fin d'une année de transition, les zones vulnérables sont toujours une contrainte insurmontable, les déclarations PAC ne se sont pas passées sans encombre, la présence du loup s'étend tous les jours un peu plus, la grande distribution continue de s'enrichir sur notre dos, etc... L'agriculture française devrait être une chance pour notre pays et pourtant, on continue de l'assassiner en l'accusant de tous les maux, en lui imposant des contraintes qui n'ont plus de sens, en refusant que les Hommes qui la constituent puissent en tirer un revenu !M. le Ministre c'est à vous de nous aider, c'est à vous de faire en sorte que nos administrations arrêtent detourner en rond, que les GMS cessent de nous voler, que notre gouvernement stoppe le surenchérissement sur les contraintes environnementales ! Après le ras-le-bol, viendra vite la colère ; alors il est temps M. le ministre de le faire vraiment « le job » pour que demain nous ayons encore des agriculteurs nombreux sur notre territoire, des agriculteurs qui vivent de leur production, des agriculteurs heureux et fiers de leur métier !

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Le secteur du Sancy a vu sa fréquentation touristique bondir cet été.
«Les touristes ont visité l'ensemble du Sancy »
Le Sancy a été plébiscité par les touristes étrangers et locaux durant l'été. Luc Stelly, directeur de l'Office du tourisme…
Déclaration de ruches - Campagne 2020
Chaque année, les apiculteurs sont invités à déclarer leurs colonies d'abeilles auprès de la DGAL du 1er septembre jusqu'au 31…
Rendez-vous jeudi 24 septembre dès 9 h 30 à l’INRAE de Laqueuille (Les Fumades), inscription au 04 73 65 92 69.
11ème édition de l’Herbe de nos Montagnes, jeudi 24 septembre à l’INRAE de Laqueuille
L’Herbe de nos Montagnes illustre la dynamique entre la recherche, le développement et les agriculteurs autour du thème de l’…
Apprentissage, alternance, aide à l’embauche : le gouvernement incite les entreprises à employer des jeunes.
Apprentissage et emploi : des aides à l’embauche
Présenté en juin par le gouvernement, le plan « 1 jeune 1 solution » entend favoriser l’emploi des jeunes par l’intermédiaire de…
De gauche à droite : Bertrand Bissuel, directeur du lycée, Alain Mercier, président de la Communauté de communes Dômes Sancy Artense , Brice Hortefeux et le sénateur Jean-Marc Boyer.
Des travaux au lycée de Rochefort-Montagne
Le lycée agricole de Rochefort-Montagne est engagé dans un plan de rénovation de ses bâtiments pour lequel la Région contribue à…
Thomas Pannetier et Stéphanie Seguin devant une rangée de tabac Brun. Variété rustique, le Brun demande peu d’eau. Il possède une haute teneur en nicotine. Son stockage et séchage sont simplifiés.
Le tabac aussi mise sur le haut de gamme
Malgré les bouleversements qui ont impacté la filière tabacole ces dernières années, les planteurs du Puy-de-Dôme et de l’Allier…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole