Aller au contenu principal

Elevage
Le Gaec des Vareilles n°1 de la Top Liste PLM

Le Gaec des Vareilles à Saint-Just occupe la 1ère place de la Top Liste PLM avec 873 Kg de Matière Utile (MU) ; une petite prouesse technique pour cet élevage de montagne.  

Au Gaec des Vareilles à Saint-Just, Benjamin Cayre, Monique et Serge Roiron sont particulièrement attentifs au bien-être de leurs animaux.

Le Gaec des Vareilles à Saint-Just (Livradois-Forez) occupe la 1ère place de la Top Liste "rouge et brune en traite robotisée" du magazine national PLM (Production Laitière Moderne). L'élevage puydômois a été départagé parmi 175 élevages représentés dans cette catégorie, tous à plus de 650 Kg de Matière Utile (MU). Avec en moyenne 873 Kg de MU par vache, Serge et Monique Roiron et Benjamin Cayre voient leur technicité récompensée.

Le bâtiment d’élevage : l'outil indispensable

Serge et Monique Roiron reprennent l'exploitation laitière familiale en 2001. Six ans plus tard, Benjamin Cayre les rejoint. L'élevage passe alors de 56 vaches laitières Montbéliardes et 400 000 litres de production annuelle à 80 vaches et
500 000 litres.
Le Gaec des Vareilles entame un tournant dans son système en 2013 avec la construction d'un nouveau bâtiment. "Notre ancien bâtiment comptait seulement 56 logettes et le reste était en aire paillée. Nous sommes en zone de montagne, la paille est rare" souligne Benjamin Cayre. Les trois associés s'orientent vers une stabulation équipée de 150 logettes et de deux robots. Dès lors, les éleveurs ne lésinent pas sur le confort de leurs animaux mais aussi le leur. " Au départ, nous avions seulement deux robots mais le temps d'attente avant la traite était trop long pour les vaches. Dès l'installation du troisième robot, nos résultats se sont améliorés (quantité et qualité). D'en moyenne 2,4 traites/jour/vache, elles sont passées à 3 traites/jour/vache. C'est bien plus confortable pour elles."

Vigilance et rigueur sur tous les fronts

Au Gaec des Vareilles, le confort des animaux et la technicité sont placés à égalité. Les éleveurs exploitent leur bâtiment et ses équipements jusqu'au bout. Ce fut ainsi l'une des premières installations à équiper les logettes de genouillères à eau.
Aujourd'hui, il est le deuxième bâtiment d'élevage français à être équipé de la géolocalisation. "Nous connaissons la position précise de chaque vache. C'est très pratique surtout quand on cherche un animal en particulier."
Néanmoins, le confort seul ne suffit pas à expliquer ces résultats. Benjamin Cayre l'affirme : "le nerf de la guerre de la production laitière se sont les vaches taries". L'éleveur est particulièrement vigilant à l'état de santé de ses animaux au repos. "Les robots ont cet avantage de libérer du temps et de permettre une surveillance plus accrue de chaque animal."
A cette rigueur, il faut également ajouter celle de l'alimentation. Le Gaec des Vareilles autoproduit environ 80% de la ration. L'herbe est récoltée à 100% sur l'exploitation à la fois sur des prairies temporaires et naturelles. "Nous sommes très vigilants au stade et aux conditions de récoltes. En 2020, nous avons ramassé une herbe de très bonne qualité. Ce qui explique en partie les résultats de notre production laitière". Les éleveurs n'hésitent pas non plus à rééquilibrer les rations, jusqu'à six à sept fois par an "dès que l'on attaque un nouveau silo ou qu'on ajoute un nouvel aliment".
Enfin, on ne peut féliciter une telle production laitière sans évoquer la sélection génétique. Benjamin Cayre et ses associés privilégient des "vaches productives mais surtout rustiques". Leur adage : "la meilleure vache est celle dont tu entends parler uniquement pour l'insémination".

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Jacques Chazalet, président du Sommet, est optimiste quant au maintien de l’évènement en octobre prochain à la Grande Halle d’Auvergne.
Une édition 2021 maintenue avec pass sanitaire
A quatre mois de l’ouverture, les organisateurs du Sommet de l’élevage (du 5 au 8 octobre) affichent optimisme et prudence en…
La pullulation de campagnols reste un réel fléau sur certains secteurs.
Une aide d’urgence pour soutenir des agriculteurs victimes du rat taupier
Face à la présence incessante du rat taupier sur certains secteurs du département, le Conseil Régional Auvergne Rhône- Alpes a…
Aulx
L’industrie Rochias en pourparlers avec les agriculteurs
L'entreprise Rochias, spécialisée dans l'ail déshydraté, s'est récemment rapprochée de la Chambre d'agriculture du Puy-de-Dôme…
Sabine Tholoniat, présidente de la FNSEA du Puy-de-Dôme.
« Prendre à l'un pour donner à l'autre : une solution inacceptable »
Sabine Tholoniat, présidente de la FNSEA du Puy-de-Dôme, revient sur les principales annonces du plan stratégique national (PSN)…
Huit exploitations de Limagne Nord se sont équipées de sondes capacitives qui mesurent tous les 10 cm sur une profondeur totale de 60 cm, la quantité d'eau disponible pour les plantes.
Huit sondes capacitives installées en Limagne nord
La Cuma des Marais et des adhérents du CETA Val de Morge ont investi dans plusieurs sondes capacitives pour piloter au mieux leur…
« France, veux-tu encore de tes éleveurs allaitants ? »
Conjoncture, prix, travaux de filière mais aussi PAC 2023 et problématiques locales à l’ordre du jour de la section bovine du 7…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole