Aller au contenu principal

Dynamique de progrès pour la race aubrac

La race poursuit son ascension tant en nombre de vaches que de nouveaux détenteurs. Le syndicat accompagne les éleveurs dans cette dynamique avec ses partenaires techniques que sont l’EDE et l’Union Aubrac.

Beaucoup de voyants sont au vert pour la race aubrac dont la progression témoigne de sa vitalité dans le département du Puy-de-Dôme avec  500 vaches de plus en janvier 2020 et une progression des installations de troupeaux aubrac (+2%) alors que toutes les autres races fléchissent.

Les nombreux participants venus de tout le département ont apprécié l’accueil dans la petite salle des fêtes du village de Bughes chez le  nouveau président Sébastien Laubanie. Ce dernier, qui présidait sa première assemblée générale, a insisté sur le besoin de travailler collectivement  et de mettre en place des moments de convivialité pour que tous se connaissent et progressent ensemble sur des axes techniques et génétiques.

L’aubrac et son talon d’achille : la mortalité !

Certes beaucoup de voyants verts mais aussi un voyant rouge ! Le rapport technique mettait l’accent sur les résultats techniques du troupeau puydômois au travers de la Valorisation IPG (valorisation automatique pour tous les troupeaux aubracs de plus de 15 Vaches et disponible auprès de l’EDE) et des résultats des quelque 70 élevages  adhérents à Conseil Elevage Viande  comparés aux résultats de la France entière.

Un constat alarmant : 1 élevage sur 2 ne maîtrise pas la mortalité qui se situe 8,8 % dont la moitié en mortalité à -2 jours. De même il est observé un poids carcasse chez les vaches de réforme nettement supérieur d’une trentaine de kg (près de 400 kg) à la moyenne nationale ce qui veut dire qu’il y a des vaches très lourdes à fort gabarit qui ne correspondent plus au standard recherché par la race qui préconise 360/380kg. Cet aspect génétique de gabarit explique en partie cette mortalité périnatale d’autant plus que le département étant en forte progression par achat, toute vache codée « aubrac » qui arrive sur le département sert à constituer des cheptels de souche sans trop de sélection. C’est pour cela que l’EDE a mis en place le catalogue  reproducteurs, puis sa version informatique GENETIC BC pour proposer des reproducteurs et en garantir une base de qualité.

Outre l’aspect génétique mis en avant, il y a plusieurs facteurs qui influent sur cette mortalité : l’alimentation et notamment en fin de gestation avec la fabrication d’un bon colostrum. La surveillance et les soins autour du vêlage pour garantir  une bonne prise du colostrum et un bon transfert immunitaire. C’est aussi le logement et l’ambiance des bâtiments qu’il faut maîtriser.

Tous ces aspects sont abordés dans les formules de conseil que l’EDE du Puy-de-Dôme propose aux éleveurs pour les accompagner pour diagnostiquer et réduire cette mortalité.

Deux nouveaux administrateurs

Lors de cette assemblée générale, deux éleveurs ont intégré le Conseil d’administration : Yoan Bony d’Aurières et Cécile Amadon de Pontaumur. Ils sont très représentatifs du profil des éleveurs aubrac du département car ils sont en système mixte Laitier/allaitant. Ils auront mission avec leurs autres collègues administrateurs d’accompagner les activités du syndicat.

Zoom sur…

La mesure du tour de poitrine des veaux naissants est simple et efficace

Le calcul du poids naissance par cette technique est un enjeu très important dans les années à venir. Il permet de suivre l’évolution des gabarits, de l’alimentation en fin de gestation et ainsi éviter les dérives de poids. Mais, utilisé avec une pesée entre 3 et 5 mois, il servira au calcul du Poids à âge type 120 jours. C’est l’indicateur de la valeur laitière des mères, essentiel en race rustique. Il débouchera sur l’édition de l’index valeur laitière qui sera exigé en base de sélection par l’Union aubrac.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Bruno Dufayet
Bruno Dufayet : « Les marchés sont porteurs, ne lâchez pas les prix sur vos fermes »
Eleveur à Mauriac dans le Cantal, Bruno Dufayet déploie la feuille de route de la Fédération nationale bovine qu’il préside, avec…
Marché du maigre et du gras, stop à l’enfumage !
 Jeudi 8 octobre, les producteurs de viande ont reçu Bruno Dufayet, président de la Fédération Nationale Bovine (FNB). Remise à l…
Cultiver l'herbe : la solution pour affronter le changement climatique
La 11ème édition de "l'Herbe de nos Montagnes" organisée à Laqueuille la semaine dernière a posé plusieurs…
Le syndicat des volailles fermières d’Auvergne vient d’intégrer le cercle très fermé des dix sponsors officiels de l’ASM Clermont-Auvergne
Les volailles fermières d’Auvergne entrent dans la mêlée
Le syndicat des volailles fermières d’Auvergne vient d’intégrer le cercle très fermé des dix sponsors officiels de l’ASM Clermont…
De gauche à droite : André Bernard, président de la chambre régionale d'agriculture PACA, David Chauve, Sébastien Windsor, président de l'APCA, Vincent Chirent et Christophe Hillairet.
« Les chambres d'agriculture doivent être innovantes »
En visite dans le Puy-de-Dôme, le président et le secrétaire général de l'Assemblée Permanente des Chambres d'Agriculture ont mis…
En Haute-Savoie, des éleveurs connectés et solidaires face au loup
  A partir de cette semaine, vos journaux agricoles d’Auvergne-Rhône-Alpes vous proposeront tous les mois, une rubrique dédiée à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole