Aller au contenu principal

Litière bois
Du bois sous le pied des vaches : que des avantages !

L’utilisation des plaquettes forestières pour la litière des animaux est une solution avantageuse pour la santé des animaux, l’ambiance des bâtiments et le portefeuille de l’éleveur.

Le 19 septembre, les participants ont été accueillis sur l’exploitation de François Déchelette à Celles-sur-Durolle. Cet éleveur allaitant a démarré les plaquettes forestières en 2005. «Depuis, j’en mets tous les ans sous le pied des vaches et j’économie ainsi 1 balle ronde tous les 2 jours, soit 12 tonnes, soit une économie de 700 € pour 2011».

Les 19 et 20 septembre, la Chambre départementale d’agriculture en partenariat avec la FDCuma du Puy-de-Dôme et la Mission Haies Auvergne, consacrait deux journées techniques à l’utilisation des plaquettes bois pour litière.

Mettre de la plaquette forestière sous le pied des vaches est une démarche peu commune mais qui tend aujourd’hui à se développer dans les élevages allaitants et laitiers. Au regard les résultats des essais réalisés depuis plusieurs années sur une trentaine d’exploitations du Massif central, on s’interroge aujourd’hui sur le faible nombre d’utilisateurs. Car les avantages sont multiples : meilleure portance des animaux, litière sèche et sans odeurs, limitation du développement des pathogènes, animaux propres, troupeau plus calme, absence de boiteries et d’échardes, aucun risque d’ingestion de plaquettes, curage aisé … «Les craintes que nous pouvions avoir quant à la santé des animaux ont en fait totalement disparu et le produit final est valorisable sur les parcelles » explique Guillaume Gasc de la Sicaseli (1).

 

Autre avantage notable : le coût !

Le comparatif économique par rapport à l’utilisation de la paille montre en effet une économie moyenne de paille de 40%. Les résultats varient selon les exploitations et leur configuration. La production de plaquette à partir du bois de l’exploitation permet ainsi des gains par économie de paille de 500 € à plus de 4000 € pour la substitution totale. La plaquette forestière peut- être utilisée seule ou en mélange avec de la paille. Son utilisation est adaptée aux stabulations libres, aux aires d’exercice et aux logettes. En revanche, elle ne convient pas aux systèmes sur caillebotis.

 

Réussir son chantier

La préparation, l’organisation du chantier de déchiquetage et le stockage des plaquettes sont des étapes essentielles à la bonne qualité du produit fini et à son optimisation économique. Régis Brun de la Cuma des deux Rochers, insiste sur la nécessité d’adapter le chantier au type de bois à broyer et à son calibre. Le chantier n’est pas le même selon que le bois est issu d’élagage ou de coupe de petits taillis et arbre entiers, ou de billons de bois. Enfin, les plaquettes doivent être stockées minimum 5 semaines, à l’abri dans un endroit ventilé, favorable au séchage, « l’idéal étant de gerber les plaquettes afin de constituer une pyramide »précise Régis Brun.

La plaquette est aussi un très bon engrais de ferme qui peut être épandu en surface seulement avec un épandeur classique. «C’est un produit propre, homogène, désodorisé et de bonne qualité agronomique. La plaquette se décomposent rapidement à la surface de la prairie à condition de bien la laisser en surface et de ne pas excéder 15 t/ha » indique le technicien de la Cuma des deux Rochers.

 

(1) Sicaseli est une Sica d’approvisionnement située dans le Lot. Elle conduit depuis 10 ans un travail de recherche et développement d’utilisation des plaquettes litière.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Le secteur du Sancy a vu sa fréquentation touristique bondir cet été.
«Les touristes ont visité l'ensemble du Sancy »
Le Sancy a été plébiscité par les touristes étrangers et locaux durant l'été. Luc Stelly, directeur de l'Office du tourisme…
Rendez-vous jeudi 24 septembre dès 9 h 30 à l’INRAE de Laqueuille (Les Fumades), inscription au 04 73 65 92 69.
11ème édition de l’Herbe de nos Montagnes, jeudi 24 septembre à l’INRAE de Laqueuille
L’Herbe de nos Montagnes illustre la dynamique entre la recherche, le développement et les agriculteurs autour du thème de l’…
Déclaration de ruches - Campagne 2020
Chaque année, les apiculteurs sont invités à déclarer leurs colonies d'abeilles auprès de la DGAL du 1er septembre jusqu'au 31…
Alexandre Maffre est l'un des 20 céréaliers de Limagne a produire de la luzerne pour les producteurs de Saint-nectaire.
De la luzerne de Limagne pour les producteurs AOP de montagne
Les céréaliers de Limagne cultivent de la luzerne pour les éleveurs de montagne : le projet audacieux est porté collectivement…
Le Covid aura finalement eu raison du plus grand rassemblement du monde de l'élevage.
Le Sommet de l'élevage reporté en 2021
Le rendez-vous européen des professionnels de l'élevage prévu début octobre à Clermont-Ferrand ne se tiendra pas cette année.
De gauche à droite : Bertrand Bissuel, directeur du lycée, Alain Mercier, président de la Communauté de communes Dômes Sancy Artense , Brice Hortefeux et le sénateur Jean-Marc Boyer.
Des travaux au lycée de Rochefort-Montagne
Le lycée agricole de Rochefort-Montagne est engagé dans un plan de rénovation de ses bâtiments pour lequel la Région contribue à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole