Aller au contenu principal

Doucement, la réserve de la Sep se reconstitue

Après plusieurs mois à sec, le barrage de la Sep se remplit doucement mais sûrement, grâce aux pluies abondantes d’octobre et novembre.

Dès avril 2019, la réserve du barrage de la Sep a entamé sa descente pour ne jamais s’arrêter jusqu’au mois d’août.

Y aura-t-il de l’eau dans le barrage de la Sep l’été prochain ? S’il est encore un peu tôt pour affirmer quoique ce soit, il est d’ores et déjà certain que les pluies d’octobre et novembre ont apporté de quoi amorcer le remplissage. «Le barrage contient 660 000m³. Nous sommes encore loin des 4,7 millions de m³ qu’il peut retenir mais c’est un bon début » précise Michel Saintemartine, chargé d’affaire à la Somival. Pour Marc Rouganne, agri- culteur irrigant sur la zone du barrage, il s’agit « d’un rayon de soleil, je suis optimiste ».

« 50 000 m³ par jour »

La sécheresse 2018/2019 a eu de lourdes conséquences dont la première d’assécher considérablement les sols et les cours d’eau. Le barrage de la Sep a été lourdement impacté puisque dès le mois de juillet, l’irrigation qui en dépendait a été suspendue. Le soutien d’étiage de la Sep et de la Morge n’a pu être assuré jusqu’au 22 août. Vide depuis, la réserve se reconstitue doucement après les importants cu- muls de pluies des trois derniers mois. « Les premières pluies ont permis de saturer les sols jusqu’alors déficitaires. Le ruissellement est mainte- nant efficace pour le remplissage du barrage. » En plus de ce ruissellement, le barrage peut compter sur le Sep 2. Le dispositif à ce jour renvoie un peu plus de 700 m³ par heure dans la réserve depuis la Morge. « Au 20 décembre, le barrage recevait environ 50 000 m³ par jour. Fin décembre, avec le maintien des conditions pluviométriques, nous avons atteint près d’ 1,8 million de m³ stockés. »

Le barrage de la Sep reconstitue doucement ses réserves offrant ainsi de quoi redonner de l’optimisme aux agriculteurs concernés. « On peut à nouveau espérer un résultat positif qui pourrait offrir l’irrigation l’été prochain » s’enthousiasme Marc Rouganne.

Zoom sur…

Une gestion de l’eau à repenser sur le long terme

Des communes ont encore connu des ruptures momentanées et partielles de leur alimentation en eau potable durant l’été. Certaines ont été contraintes de mettre en place des approvisionnements en eau par des navettes de camions-citernes. Il apparaît désormais plus que nécessaire d’anticiper de telles situations et de prendre en compte les effets du changement climatique. C’est pourquoi la préfète du Puy-de-Dôme, Anne-Gaëlle Baudoin-Clerc, a engagé une stratégie départementale de l’eau, de façon à traiter le sujet avec tous les acteurs concernés, tout au long de l’année et pas uniquement en période de crise. Cette démarche s’articule avec l’élaboration du nouveau Schéma départemental d’alimentation en eau potable mené par le Conseil départemental du Puy-de-Dôme pour favoriser l’interconnexion entre les gestionnaires de l’eau du territoire. La révision de l’arrêté « sécheresse » qui encadre les mesures de restriction d’eau, est également engagée dans le but d’améliorer sa lisibilité, l’équité des usages et le respect des milieux. L’objectif est qu’il soit effectif dès la prochaine saison estivale de 2020. Bien que les restrictions soient terminées, la Préfecture appelle chaque citoyen à continuer d’éviter les gaspillages d’eau, et a minima, avoir une gestion économe.

D’après communiqué

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Jacques Chazalet, président du Sommet, est optimiste quant au maintien de l’évènement en octobre prochain à la Grande Halle d’Auvergne.
Une édition 2021 maintenue avec pass sanitaire
A quatre mois de l’ouverture, les organisateurs du Sommet de l’élevage (du 5 au 8 octobre) affichent optimisme et prudence en…
La pullulation de campagnols reste un réel fléau sur certains secteurs.
Une aide d’urgence pour soutenir des agriculteurs victimes du rat taupier
Face à la présence incessante du rat taupier sur certains secteurs du département, le Conseil Régional Auvergne Rhône- Alpes a…
Aulx
L’industrie Rochias en pourparlers avec les agriculteurs
L'entreprise Rochias, spécialisée dans l'ail déshydraté, s'est récemment rapprochée de la Chambre d'agriculture du Puy-de-Dôme…
Sabine Tholoniat, présidente de la FNSEA du Puy-de-Dôme.
« Prendre à l'un pour donner à l'autre : une solution inacceptable »
Sabine Tholoniat, présidente de la FNSEA du Puy-de-Dôme, revient sur les principales annonces du plan stratégique national (PSN)…
Huit exploitations de Limagne Nord se sont équipées de sondes capacitives qui mesurent tous les 10 cm sur une profondeur totale de 60 cm, la quantité d'eau disponible pour les plantes.
Huit sondes capacitives installées en Limagne nord
La Cuma des Marais et des adhérents du CETA Val de Morge ont investi dans plusieurs sondes capacitives pour piloter au mieux leur…
« France, veux-tu encore de tes éleveurs allaitants ? »
Conjoncture, prix, travaux de filière mais aussi PAC 2023 et problématiques locales à l’ordre du jour de la section bovine du 7…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole