Aller au contenu principal

Salon de l'agriculture
Deux taureaux Charolais de la même commune à Paris

Dans quelques jours, le Salon International de Paris rouvrira ses portes pour présenter les plus beaux animaux français et parmi eux plusieurs puydômois.

Une sélection au Salon International de l'Agriculture à Paris est un événement marquant dans l'histoire d'un élevage. Moins professionnel que le Sommet de l'élevage, le rendez-vous parisien brille dans les yeux des éleveurs par son prestige.  Cette année, quatre animaux puydômois prennent la route direction la capitale pour tenter de rentrer dans l'histoire agricole française. Parmi eux, deux taureaux Charolais, deux fils d'Invictus, deux reproducteurs 100% GIE Charolais Leader, deux voisins de la même commune mais élevés dans deux élevages bien différents, vont fouler l'arène.

Parthenon du Gaec Garde - Mazet - Chaffreix

Prendre la route vers la capitale est presque devenu une habitude au Gaec Garde-Mazet-Chaffreix (Condat-en-Combraille). Ce sera leur troisième participation cette année avec Parthenon, un taureau de 30 mois, fils d'Invictus. Ce beau jeune homme de 1 450 Kg est né dans le Puy-de-Dôme à Sainte-Christine au Gaec Boilleau. Il compte d'ores et déjà à son palmarès, une première place de section au Sommet de l'élevage, une deuxième place au concours National et un prix de Grand Champion au concours de Saint-Gervais-d’Auvergne. "Un pur produit puydômois du GIE Charolais Leader" explique l'un de ses éleveurs, Clément Mazet. La sélection génétique et les concours sont dans l’ADN de l’élevage depuis 1975. Les éleveurs d'alors ont été dans les premiers à rejoindre le GIE Charolais Leader. Le Gaec compte aujourd'hui environ 110 mères Charolaises qui permettent aux trois associés de vendre entre 15 et 20 mâles reproducteurs par an ainsi qu’une dizaine de femelles. Cette passion de la sélection, Clément Mazet la partage avec ses associés Mathieu et Martine. En 2019, ils ont déjà pris la route du concours général agricole avec Onyva, un jeune taureau de deux ans. « Le SIA apporte une notoriété et une certaine image. Une participation a un impact énorme sur la vente de reproducteurs." Avant tout, gravir les plus hautes marches de l'élite Charolaise française est un signe de reconnaissance et là-dessus, Clément Mazet n'a pas l'intention de tirer la couverture à lui seul : "c'est le fruit d'un travail de longue haleine(...) sans le GIE, les élevages puydômois n'auraient jamais progressé aussi vite et aussi bien".

Olympic, Gaec Bonnabry

À 5 Km de là, toujours sur la commune de Condat-en-Combraille, le Gaec Bonnabry va participer pour la première fois. Dans cet élevage père-fils, la Charolaise occupe une place centrale depuis plus de 30 ans. Également adhérents au GIE Charolais Leader, c'est tout naturellement qu'ils conduiront à Paris, Olympic un taureau de 4 ans et inévitablement, fils d'Invictus. Du haut de ses 1 550 Kg, le Don Juan des prairies compte dans ses exploits deux prix familles à Saint-Gervais-d’Auvergne et Moulins, un 1er prix au Sommet de l'élevage et un titre de Champion Sénior à Saint-Gervais-d’Auvergne. Au Gaec Bonnabry "le prestige" d'un tel concours fait briller les yeux des éleveurs.
Ces deux beaux taureaux Charolais vont représenter le travail et la ferveur de tout un groupe d'éleveurs et porter la fierté de toute une commune.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Une aide à l'alimentation animale est allouée aux éleveurs pour couvrir une partie de la hausse des charges à laquelle ils sont confrontés depuis l'explosion de la guerre en Ukraine.
Plan de résilience : l'aide à l'alimentation animale
Dans le cadre du plan de résilience et pour faire face à la hausse de charges d’exploitation, le gouvernement octroie aux…
Nicolas Chatard, nouveau président JA63.
Le nouveau président de JA 63 entre innovation et persévérance
Nicolas Chatard a été élu président du syndicat Jeunes Agriculteurs du Puy-de-Dôme avec une nouvelle équipe et succède ainsi à…
Le COTI du 5 mai dernier a rassemblé, à la Chambre d'agriculture du Puy-de-Dôme, la profession agricole et para-agricole, des élus locaux et l'enseignement agricole.
Installation/transmission et DJA, évolutions plus ou moins favorables
Une nouvelle DJA financée, non plus par le Feader mais par les Régions, devrait voir le jour le 1er janvier 2023 avec un montant…
Après plusieurs années d'augmentation, les effectifs de la Limousine se stabilisent en 2022.
L’Aubrac et la Limousine augmentent, la Salers se stabilise et la Charolaise décroche
Les effectifs bovins allaitants dans le Puy-de-Dôme sont en baisse chaque année mais certaines races résistent mieux que d'autres…
« Le contrat : une arme de proposition massive que doivent utiliser les éleveurs »
Alors que la décapitalisation s’accélère dans un contexte de hausse de charges sans précédent, la vente des animaux aux coûts de…
La journée de démonstration de matériel à Moureuille, le 20 avril, a attiré une trentaine de visiteurs.
La Cuma des Prés se tourne vers l’avenir
La Cuma des Prés à Moureuille compte une vingtaine d'adhérents qui ont accès à du matériel performant grâce à la collectivité.  
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole