Aller au contenu principal

Elevage
Des veaux de boucherie sous tunnel

Engraisser des veaux de boucherie sous tunnel, la méthode est peu répandue dans le Puy-de-Dôme pourtant elle fait ses preuves.

A l’intérieur du tunnel, la température ambiante est de 20°C sans qu’aucun système de chauffage ne soit installé

En 2001, Pascale Roux rejoint son mari, Thierry Roux sur son exploitation agricole à Cros dans le Puy-de-Dôme. Pour s’installer sur l’élevage laitier et allaitant, l’agricultrice doit développer une troisième activité peu consommatrice de surfaces. Elle crée donc un élevage hors-sol de veaux de boucherie sous tunnel. Pour Pascale, il était hors de question de construire un bâtiment sur une aire paillée. « Le curage et le paillage demandent un temps de travail trop important. De plus, le prix de la paille rend le système moins rentable. » Elle choisit alors la solution du tunnel qui s’adapte aussi à l’élevage hors-sol.

Construction technique

Une pré-fosse a été creusée sur une trentaine de centimètres de profondeur et avec une pente importante. Cette maçonnerie permet de récupérer les effluents des veaux et de les rejeter dans une fosse plus grande, construite en contre bas du tunnel. Au dessus, des caillebotis en bois exotique (essence azobé exclusivement) ont été installés. Mickaël Legoy, technicien de la société Mamellor, explique ce choix. «Les veaux sont sensibles aux écarts de températures. Les caillebotis en bois sont plus chauds que du béton. » Le tunnel a ensuite été construit au-dessus des ces aménagements. La charpente en tubulaires a été solidement conçue pour résister aux intempéries dans cette zone de montagne (plus de 1 000 mètres d’altitude). Une première bâche a été installée puis deux couches de laines de verre, et enfin une dernière bâche pour recouvrir l’ensemble.

Aujourd’hui, le bâtiment long de 45 mètres et large de 9,3 mètres accueille 130 animaux. La température ambiante varie de 15 à 20°C suivant la période de la journée et la température extérieure. A chaque extrémité, les portes sont équipées de systèmes de ventilation réglables. «L’air circule dans le couloir d’alimentation permettant de se renouveler sans que les veaux ne ressentent le froid. Il n’y a pas davantage de problèmes sanitaires sur les veaux élevés dans les tunnels que dans un autre type de bâtiment » témoigne le technicien. Deux ventilateurs ont également été installés en hauteur sous la bâche pour évacuer l’air vicié.

Aujourd’hui, Pascale Roux passe trois heures par jour aux soins de ses veaux de boucherie. Le tunnel a été rapidement rentabilisé. Et dix ans après sa construction, il suffit de changer la bâche extérieure pour repartir encore pour dix ans.

A découvrir dossier bâtiment de 9 pages dans l'Auvergne Agricole du 5 décembre 2013 n°2525.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Sébastien Ramade, nouveau président de l’interprofession Saint-nectaire
« Notre force : l’union entre les différents acteurs de la filière »
Sébastien Ramade, producteur fermier de Saint-nectaire vient d'être élu président de l'Interprofession du Saint-nectaire (ISN) et…
Betteraves
Quelles cultures après la betterave ?
Les ex-betteraviers de la Limagne étudient avec leurs partenaires techniques les productions alternatives à la betterave ayant à…
Meilleurs voeux 2021

L'Auvergne Agricole et  Excepto vous présentent ses voeux.

Maître d'apprentissage et son apprentis
Phytos : ce que la séparation de la vente et du conseil a changé au 1er janvier
Les dispositions de la loi Egalim sur la séparation vente/conseil en phytos sont entrées en vigueur au 1er janvier 2021. Éléments…
Le grand Massif central défend des fermes pas des firmes
Réunis le 8 janvier à Clermont-Ferrand, les membres de la Copamac-Sidam ont réitéré leurs propositions dans le cadre des derniers…
Personnes se promenant le long de l'Allier
Voie verte, les agriculteurs seront concertés
Le future voie verte reliant Saint-Yorre à Pont-du-Château et Authezat à Brassac-les-Mines inquiètent bon nombre d'agriculteurs.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole