Aller au contenu principal

Salers
Des retrouvailles tant attendues

Les éleveurs salers reviennent en force en 2021, en organisant le premier concours interdépartemental de la race à Issoire, dans un contexte économique demeure tendu pour l’élevage.

Plus de 7000 visiteurs ont arpenté les allées du concours interdépartemental salers qui s'est tenu le 28 août à Issoire.

Samedi 28 août au cœur d’Issoire, à deux pas du centre-ville, s’est déroulé le tout premier concours interdépartemental salers. Le complexe sportif du " Bout du monde " a servi d’écrin pour accueillir près de 240 animaux issus de 30 élevages des départements du Puy-de-Dôme, de la Haute-Loire, de l’Ardèche et de l’Allier. " Organiser cet évènement interdépartemental répond à la demande des trois autres syndicats salers qui souhaitaient participer à un concours dans le berceau de la race, explique Eric Dauphin, président du syndicat salers du Puy-de-Dôme. C’est aussi l’occasion de se confronter, de mieux se connaître et d’avoir une meilleure connaissance des élevages voisins, extérieurs à notre territoire ".
Cette belle initiative conduite par le syndicat salers 63, avec le soutien de l’Union des supporters du club de foot d’Issoire et de la ville, a accueilli plus de 7000 visiteurs dont une grande part de citadins, petits et grands, venus découvrir le monde agricole. Hormis la présentation des animaux et les concours par section qui constituaient le clou de la manifestation, de nombreuses animations et découvertes ont égrené la journée durant laquelle 800 repas à la broche (bœuf salers) ont été servis.

Les marchés retrouvent des couleurs

Après l’annulation du concours départemental en 2020 pour cause de crise sanitaire, cette initiative à Issoire redonne du baume au cœur aux éleveurs. " Le marché à l’export a été bloqué pendant un an mais aujourd’hui il redémarre et redonne de l’espoir, reconnaît Eric Dauphin. Des pays comme le Portugal, la Croatie, la Bosnie ont rouvert leurs portes aux salers dont les valeurs maternelles et laitières, la rusticité et la docilité sont fortement sollicitées par les éleveurs de ces territoires ". Pour l’anecdote, les bosniaques semblent apprécier également la salers pour " ses cornes qui lui permettent de se défendre contre le loup ! … " poursuit le président Dauphin.
Sur le marché français, la filière label rouge salers maintient le cap avec de plus en plus de producteurs qui adhèrent au cahier des charges, selon le président. " Ils sont également de plus en plus nombreux à s’engager dans la vente directe de viande fraîche " confie-t-il. Enfin l'effectif salers reste stable dans le Puy-de-Dôme avec environ 18 000 vaches.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Les utilisateurs de l’abattoir réunis le 10 novembre à l’initiative du président de la Chambre d’agriculture.
L'abattoir d'Ambert face à son avenir
Le 10 novembre, à l’initiative du président de la Chambre d’agriculture du Puy-de-Dôme, était organisée une réunion d’information…
Parmi les sujets abordés, le projet alimentaire territorial sur le bassin de St-Eloy, mais aussi l’irrigation.
Une sérénité nécessaire dans les exploitations
Chambre départementale d’Agriculture, FNSEA 63 et Jeunes Agriculteurs du Puy-de-Dôme ont rencontré jeudi 28 octobre Guilhem Brun…
Faucheuse dans un champ
L'attrait pour les légumineuses relance les essais
Cette année encore les conditions climatiques n'ont pas favorisé le développement des légumineuses à graines dont le rendement…
Le Pass'installation pour les jeunes installés
Le 9 novembre, la Fédération des Caisses locales Groupama Puy-de-Dôme organisait sa journée annuelle Pass'installation destinée…
Bâtiment d'élevage
Vingt-et-une nouvelles communes classées en Zone Vulnérable
Suite à la révision des zones vulnérables engagée en 2020, la Préfète coordinatrice du bassin Loire-Bretagne a arrêté, le 30 août…
Les administrateurs de l'APLM ont profité d'une dégustation du fromage de raclette Mont Lait  dans les salons de l'Assemblée nationale pour sensibiliser députés et sénateurs du Massif central à la création d'un label Lait de Montagne.  Ici Eric Germain, trésorier de l'APLM aux côtés d'André Chassaigne, député du Puy-de-Dôme.
Un label pour valoriser la Montagne
Alors que la notion " Montagne " est aujourd’hui galvaudée sur les marchés des distributeurs, l’Association des producteurs de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole